Jusqu’à hier midi, je n’avais jamais entendu  parler de verglas d’été... Il s’agit d’un phénomène peu connu des automobilistes. Après une période de sécheresse, la route devient grasse avec les dépôts accumulés d’hydrocarbures, de gomme des pneus, de suies d’échappement et la première averse  rend alors la chaussée aussi glissante que s’il y avait du verglas, une vraie patinoire... il faut plusieurs heures de pluie importante pour laver la route et écarter ce danger. La seule parade est d’accentuer les distances de sécurité et de réduire notablement sa vitesse.

******

J’accompagnais la Demoiselle  à Bordeaux en vue de sa rentrée universitaire lundi , il bruinait à peine, la chaussée était à peine humide et dans une côte avec des virages accentués entre Pau et Aire sur l’Adour, zone réputée à risques, j’ai perdu le contrôle de la voiture qui s’est déportée sur la gauche alors qu’une voiture arrivait en face, paniquée j’ai donné un coup de volant vers la droite ... la voiture est partie en tête à queue pour finir renversée sur le bas-côté heurtant au passage un  panneau de signalisation...

*****

Nous en sommes sorties indemnes, il faut maintenant digérer cette violente frayeur...Un bon cocooning s’impose pour dissiper les tensions de nos corps, qui nous semblent être passés sous un rouleau compresseur, et celles de nos esprits...La voiture(sa voiture !) elle, risque de finir sa vie à la casse...

*****

Elle ne tient qu'à un fil...

DSC05140

♥ ♥ ♥