Cela avait commencé par un arrosoir, une bassine, puis un broc, et cela commençait à ressembler à une mini collection... Sur les brocantes ou vide-greniers, difficile de passer à côté de ces pièces intemporelles surtout lorsque leur prix est raisonnable voire riquiqui  et surtout que leur forme... comment dire ? lorsque c'est exactement celle qu’on n’a pas ! car vous êtes d’accord ce n’est pas drôle d’accumuler des modèles identiques, mais beaucoup plus  de mettre la main sur des formes originales voire un peu rares...

C’est ainsi qu’à Bonnieux j’ai eu le coup de foudre pour un nouvel arrosoir...

les arrosoirspf

Tout à droite, regardez, n’est-il pas intéressant avec sa forme si particulière et cet arrondi qui permet d’y glisser la main et de le porter facilement lorsqu’il est plein... Il a vécu et porte sur lui les traces d’un passé  besogneux et rude, soumis aux aléas du climat qui ne l’a pas épargné, poignée un peu enfoncée, traces de rouille, étanchéité défunte... il a  donc bien gagné le droit de se reposer dorénavant  dans mon jardin tandis que travailleront ses collègues...

♥ ♥

les brocs

Contre le mur de la grange, ce sont les brocs que j’ai rassemblés devant une grille chinée et repeinte en rouge, histoire avec cette mise en scène d’attirer l’œil et de détourner l’attention d’une partie du mur  rebouchée, quelle hérésie, avec des moellons ! Le pichet central est le dernier chiné à Soumoulou (il y a plusieurs mois, je dois bien l’avouer!) J’aime beaucoup cette forme différente...

♥ ♥ ♥

l'abreuvoir sur le banc

Sur un coin du banc, a pris place un abreuvoir   atypique et original, sans doute à pigeons, trouvé à Villeneuve les Avignon. Très ancien et rare, m’a dit le brocanteur, ce que je veux bien croire car je n’en ai vu passer aucun d’identique ni sur les brocantes, ni sur les blogs et mes recherches sur google sont restées vaines...

l'abreuvoir détails 

On trouve couramment l’abreuvoir avec une gouttière circulaire mais je n’avais jamais vu ce type avec six trous et un pétale de zinc sous chacun des trous...Et vous, en aviez-vous déjà vu ?

Edit du 20 juin: Philippe de Gris-bleu avait chiné en 2008 un abreuvoir différent des classiques abreuvoirs circulaires, avec un trou et un "pétale" de zinc vous pouvez le voir ici et grâce à Yvette j'ai appris  que le mien est un abreuvoir à poussins. Lorsqu'elle était enfant, ses parents élevaient des poussins et tous les abreuvoirs étaient du même type que celui que j'ai chiné, suspendus au ras du sol pour rester accessibles aux poussins mais ne pas se souiller au contact de la terre....Merci Yvette!

♥ ♥ ♥ ♥

la frise de zinc

Enfin, pour 1 euro, oui vous avez bien lu, cet adorable morceau de frise de zinc chinée à Pau. Une chute qui avait dû être conservée à l’abri, car elle est comme neuve... Pour l’instant simplement posée au sol devant l’échelle de bambou et les bouteilles anciennes pour que les intempéries la patinent un peu, avant de  la rentrer  dans la maison un peu plus tard... Dans la bouteille la plus étroite, une bouteille  de cognac, sont rassemblées les tiges métalliques de coquelicots en céramique trouvés chez Jardins animés qui viennent créer la surprise et mettre un peu de couleur devant le vieux mur en attendant que fleurissent les hortensias...

Et bien que ce ne soit pas du zinc, je vous montre deux autres objets métalliques à l’intérieur de la maison cette fois, suivez-moi...

DSC01763

Une balance Roberval émaillée turquoise chinée sur l’île d’Oléron en mars, à laquelle il manque l’aiguille et je ne m’en suis aperçu que plus tard, dont les plateaux ne sont pas d’origine et donc, pas à la bonne taille !!! Il reste encore à nettoyer le mécanisme, les plateaux, quant à eux, après un bain d’acide citrique ont retrouvé un éclat oublié depuis longtemps. Devant à gauche, une adorable petite boite de coton à repriser “A la croix” en tôle lithographiée, chinée à Bonnieux et dont l’intérieur est bleuté aussi, ce n’est pas le reflet de la balance ! Du coup, j’ai rassemblé des objets aimés aux couleurs en harmonie: une coupelle artisanale à la forme et aux couleurs superbes, reçue en cadeau, une poterie découverte chez des amis et achetée l’année suivante  à Florence (tu te souviens, Michèle?), poterie dont je suis toujours amoureuse dix ans après et une serviette à thé brodée de bleuets par Maman. La nappe et les serviettes furent sa dernière broderie, elle attendait alors ma naissance...

harmonie de bleus

J’ai plein de trésors de chine à vous montrer, et j’espère ne pas vous faire attendre trop longtemps (n’est-ce pas Sophie !) Il faut dire que l’appel du jardin  (quand il ne pleut pas) et mille occupations dans la maison me rendent un peu moins disponible sur l’ordinateur ... Pourtant vous me manquez, alors à bientôt!

♥ ♥ ♥