lundi 16 juillet 2012

Retrouver son âme d’enfant...

“Allo, Mme D. êtes-vous toujours intéressée par la boîte dont nous avions parlé ?...Eh bien, tout dépend du prix que vous en voulez bien sûr... 20 euros ...Alors oui avec grand plaisir !!!”

C’était  une quinzaine de jours après ce fameux vide-maison, la dame devait voir avec ses filles si elles étaient intéressées, elles ne l’ont pas été si bien que...

DSC01990

♥ Revenir toute excitée avec LA boîte, la vider et la nettoyer d’abord, elle était recouverte d’une épaisse couche de poussière accumulée au fil des années dans la cave, laver le contenu ...

La teinter pour enlever ce côté neuf du bois blanc alors qu'elle doit avoir 50 ou 60 ans voire plus...(teinte effet grisé de Libéron)

Fabriquer un couvercle, trouver exactement les initiales de son ancienne propriétaire sur une serviette de table chinée ailleurs, capitonner les parois intérieures de lin avec un passepoil sur le bord...

détails boite

♥ Enfin la regarnir joyeusement de son contenu, en cherchant la meilleure disposition,  imaginer la petite fille qui avait un jour reçu ce cadeau et joué sans doute des heures avec et qui avant moi déjà, rangeait soigneusement dans cette boite...

sa dînette !

DSC01996 

♥ Tailler et ourler à la main dans un torchon irrécupérable trouvé dans la même maison, deux torchons à la mesure de la dînette ( les assiettes font 12,5 cm de diamètre, le grand plat ovale mesure 18 cm de long), les marquer de ruban chiffré...

Une fois trouvé l'agencement idéal, se régaler à ressortir toutes les pièces une à une pour mieux vous les montrer !

 DSC01997

 

♥ Dresser un inventaire et l’inscrire sur une étiquette collée à l’intérieur du couvercle (image Graphic fairy ), s’émerveiller que toutes ces pièces aient passé les ans sans dommages ou presque, car mis à part le compotier qui avait dû voler en éclat et qui est tout “raccommodé”,  une anse de tasse cassée, un léger fêle sur le saladier, le reste est en parfait état... Elle devait y tenir à sa dînette la petite Marie !

dînette détails

(Il manque sûrement des pièces: des tasses notamment, peut-être un pichet aussi et une cafetière, car les services de poupée d’autrefois reprenaient  en miniature les grands services de table alors en usage ...)

♥ Imaginer que parfois, je dirais “je suis très occupée” mais qu’en réalité je serais en train de jouer avec la dînette de Marie, ouvrir la boîte, sortir quelques pièces, partir dans une douce rêverie, et puis qui sait, chiner un jour des couverts de poupée...

DSC02012 

Mille Mercis

pour vos adorables messages sur mes petits espaces de rêverie au jardin,

je vous y accueillerais bien volontiers le temps d’une tasse de thé et d’un échange informel et amical...

Le temps est venu d’une pause estivale, je vous souhaite un bel été et je vous dis

à bientôt ...

Posté par cathfd à 00:02 - - Commentaires [96] - Permalien [#]
Tags : , , ,


mardi 10 juillet 2012

Invitation à une douce oisiveté...

Les beaux jours étant enfin là, il fallait que je me dépêche de mettre en service ce petit lit chiné chez les compagnons l’automne dernier qui attendait encore que je me décide quant à son sort...Le laisser se rouiller ? J’en ai un à l’intérieur de la maison. Le repeindre en blanc (sa couleur d‘origine)? Non, je l’ai repeint en gris, comme les boiseries de la maison et le pied du guéridon bistrot qui est à côté a subi le même sort...

DSC01728

Ensuite je me suis attaquée à  sa garniture afin de le rendre douillet et accueillant...

 coussinagecoussinage 2

Du chanvre, du lin, du jute... Un grand napperon rond chiné m’a inspiré pour un grand coussin rond bien moelleux, le napperon teint et retaillé doublé d’un reste de chemise ancienne teinte dans une autre nuance, un passepoil rayé, un entourage en lin anglais de chez Cabbages & Roses rapporté de Londres par ma grande... J’ai adopté la méthode proposée dans le dernier Marie-Claire Idées  pour ce type de coussin, il est ainsi déhoussable facilement et  me permettra le repassage facile et efficace du centre brodé: la bande froncée est coulissée derrière tout simplement par dessus le coussin intérieur.

Un grand coussin rectangulaire dans un immense et solide torchon de chanvre trouvé dans le vide-maison dont je vous ai parlé il y a quelque temps, sur la rayure atypique duquel j’ai cousu, sur une face, un ruban d’Aurélia qui n'en laisse apparaître que la crénelure, un effet décoratif  sympa, je trouve...

Deux coussins carrés, dos en chanvre et face avant en lin anglais et un petit coussin rectangulaire dont la face avant a été  taillée dans un sac à café “chiné” chez mon torréfacteur  sont venus compléter ce coussinage. Je me suis amusée à lui faire un passepoil en lin anglais, trouvant le contraste entre les deux matières intéressant et son dos est réalisé avec deux chutes de chanvre différents  et fermé par deux boutons de nacre joliment incurvés chinés  et une grosse ficelle de lin nouée...Un ruban et une pièce de lin imprimé d’Aurélia se sont posés sur le jute ainsi qu’un cœur en zinc noué de satin violet...

Le tout est posé sur un matelas de mousse houssé d’un vieux drap en chanvre brodé à mes initiales  dont j’ai refait la couture centrale en la renforçant (couture rabattue) et en la déplaçant pour la garder au milieu du matelas et surtout pour garder en vue les initiales qui étaient tout au bord du drap...

DSC01943

A défaut d’arbre et d’ombrage bienfaisant, c’est un parasol qui apporte un peu  de protection à cet espace où il fait bon s’installer le matin quand la grange étend encore sur lui son ombre  fraiche et le soir quand l’ardeur du soleil s’adoucit...J’ai planté juste derrière trois pieds de lavande dont le parfum en fin de journée sera un petit bonheur pour qui viendra s’installer là...

 DSC01945

♥ ♥ ♥

Ce matin-là, j’avais cueilli quelques têtes d’hortensias, car en 48 heures de chaleur intense elles avaient commencé à griller comme en  plein mois d’août, pour les rentrer dans la fraicheur de la maison où elles m’offriraient encore quelque jours,  leur délicatesse et leur douceur...

DSC01925 

Une brassée de rose à mauve clair  rassemblés dans le Médicis au pied de l’escalier et deux fragiles têtes de cette variété que j’aime tant, les pétales très clairs ourlés de rose plus foncé et  tiges et nervures rouges, ont été rejoint par trois branches de lavandin dans un vase ampoule en verre...

bouquets d'hortensias ♥ ♥ ♥

Sur ma lancée, j’ai fabriqué un grand coussin dans le sac à café, doublé de tissu rayé et deux autres carrés rayés doublés toile de Jouy coordonnée, ils rendent plus accueillant le banc dans le jardin derrière la cuisine...(un des coussins carrés est installé devant le mur de la maison sur un banc de  pierre)

DSC01947

DSC01948

Ensuite, j’ai cousu...

DSC01926

Je vous raconterai cela une autre fois !!!

édit de 9h35: 

Hélas , le beau temps qui était bien là quand j'ai pris ces photos s'est envolé depuis,et le petit lit est resté vide depuis de nombreux jours, car les coussins passent la nuit à l'abri de l'humidité, le matelas sous housse dans la grange, les coussins du lit sur mon canapé, les autres dans la grange aussi... je ne me hasarderais pas à les laisser en permanence dehors ! Le Béarn est une région très très verte, très très arrosée !!!

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 12:48 - - Commentaires [101] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 2 juillet 2012

Pochettes aux demoiselles (suite)...

Ce n’est pas sur une mais sur trois cartes de Gaëlle Boissonnard que j’avais craqué ce printemps et moi qui n’aime pas faire deux fois la même chose, je me suis lancé le défi de réaliser trois pochettes différentes sur un même schéma...

 Pour vous présenter la seconde, j’ai associé du rose et du gris !!!

DSC01793

Six serviettes  de table chinées il y a trois ans, teintes  ces jours-ci avec le rose fuchsia n°29 (une cuillère à soupe ? j’ai oublié le dosage exact.. Tu devrais noter ! me dit chaque fois monsieur Rose & Gris et il a raison ...) Un joli monogramme inscrit dans un losange, une incrustation  dans un angle, une double rangée de jours sur tout le tour et un lin granité très agréable à l’œil et au toucher...A côté un faitout en tôle émaillée grise en parfait état hormis le couvercle où quelques éclats sont les  témoins de ses bons et loyaux services passés...

serviettes rose soutenu 

La pochette est en lin rose, la demoiselle est transférée sur un carré de tissu à pâquerettes sur fond gris de la Droguerie, lui-même posé sur une bande échantillon de tissu brodé violine donné par ma sœur. Et comme j’ai bordé cette bande d’un galon fleuri, pas de passepoil pour cette pochette-là pour ne pas la surcharger... le même petit imprimé pâquerettes a été utilisé pour doubler la bandoulière et la pochette...Une discrète touche de bleue sur la carte reprise par un bout de biais entre deux autres rubans sur le côté...Cette fois-ci le froufrou est dans le même lin rose que la pochette...

pochette rose détails pf

Pour la troisième , il se trouve que j’avais d’abord eu un coup de foudre pour un biais à la Droguerie et que cette carte là s’associait parfaitement avec ce biais, pour une pochette dans les couleurs estivales, ensoleillée par l’orange et rafraichie par le bleu turquoise, une couleur que j’aime depuis toujours porter l’été...

DSC01803

Sur fond de lin naturel, la demoiselle qui danse avec les étoiles et la lune dans sa robe de nuage est posée sur un coton satiné turquoise, que l’on retrouve en doublure de la pochette et de sa bandoulière. Ce carré est posé sur une superbe dentelle ancienne sur tulle blanche, qui fait écho à la robe de la demoiselle,  dentelle bordée d’un simple croquet blanc.Tu la reconnais, Monica ? Le biais qui m’avait inspiré m’a servi à faire le froufrou et à border la poche intérieure...

Chèche emprunté à la demoiselle de Poitiers pour la similitude parfaite de ses couleurs avec les miennes !

pochette lin naturel 

Sur la première photo vous pouvez voir une toute petite tasse  et sa sous-tasse. Je vais vous raconter son histoire, je ne l’ai pas chinée, pourtant elle est ancienne et elle a fait un très long voyage...

DSC01806

Mon grand-père maternel, professeur de philo-latin-grec était aussi principal de collège et il avait reçu toute une année un ou deux étudiants chinois qui avaient vécu au pensionnat du collège. Ce sont eux qui avait apporté en cadeau cette tasse, enfin j’imagine  un service complet mais elle est la seule rescapée, c’est maman qui à l’époque était enfant, dans les années 20-30, qui m’a raconté l’histoire et transmis la fameuse tasse, elle y tenait beaucoup...Il faut dire que dans ces années-là côtoyer des étudiants chinois devait paraitre sacrément exotique, les échanges  estudiantins ne connaissaient pas la même vogue et la même facilité que maintenant... Ce n'était pas des collégiens, comment mon grand-père avait-il été amené à les recevoir ? comment le contact avait-il été noué ? Je ne le sais pas, je peux juste imaginer...

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 00:02 - - Commentaires [69] - Permalien [#]
Tags : , ,