mardi 30 octobre 2012

La voix de son maître...

Lors de notre dernière chine, dans un coin, une boite fermée m’a intriguée, en assez mauvais état, avec des manques dans la moleskine et de nombreuses traces de rouille sur les ferrures, mais ce qu’elle avait à l’intérieur m’a suffisamment enthousiasmée pour que je passe outre sa piteuse allure...

DSC03148

Et c’est avec une immense joie qu’après quelques heures de travail , patient décrassage, dérouillage des parties métalliques à la paille de fer extra-fine, cirage de la boite, ré-argenture de la manivelle et de la fermeture, remontage de l’équerre d’ouverture du couvercle, j’ai pu installer et faire fonctionner mon ... Gramophone !

gramophone de face et de profil

Car c’est bien d’un gramophone “La voix de son maître” qu’il s’agit. Je n’ai pas de souvenir personnel de cet appareil, bien que mon père en ait possédé un, mon frère me l’a confirmé et lui s’en souvient, mais lorsque j’étais enfant, Maman écoutait encore des 78 tours. Elle était fan d’opérettes qu’elle avait vues pour la plupart avec sa grand-mère à Paris et j’étais plus familiarisée avec La belle-Hélène(1864), La vie parisienne(1866), La Périchole(1868) , La fille de Madame Angot(1872), Les mousquetaires au couvent(1880), Véronique(1898), Là-haut et le Pays du sourire(1923), L’auberge du cheval blanc (1930) et les voix de Maurice Chevalier, Georges Thill ou du célèbre couple Marcel Merkès et Paulette Merval qu’avec les musiques et chanteurs en vogue dans les années 60...Et ce sont tous ces souvenirs qui ont resurgi, un pan joyeux de mon enfance car nous entonnions souvent à tue-tête nos airs préférés au moment le plus inattendu ou dans les lieux les plus insolites...

DSC03207 

Le petit chien au gramophone,  sans doute le logo  le plus connu et célèbre du monde !  Francis Barraud, peintre anglais(1856-1924) avait recueilli Nipper, le petit chien de son frère après le décès de celui-ci ainsi qu’un phonographe avec de nombreux enregistrements de sa voix. Un jour qu’il avait mis en marche l’appareil il remarqua l’intérêt manifesté par l’animal qui semblait reconnaitre... la voix de son maître. Il en fit un tableau dont le directeur de la Compagnie du gramophone de Londres  acquit les droits   et c’est ainsi que le petit chien eut la destinée que l’on sait...L’étiquette est assez abîmée mais suffisamment lisible pour attester  de son origine....

gramophone détails

Le gramophone-valise fut produit en grande quantité entre 1920 et 1950 et fut un très grand succès populaire. Henri, mon beau-père m’a raconté qu’il était chargé de remonter la manivelle lorsqu’il était enfant et que les adultes poussaient les meubles pour danser au son du gramophone...Il a trouvé place chez moi sous le vieil évier du salon juste à côté du portrait de Maman, posé sur une boite qui en le rehaussant, permet à la manivelle de fonctionner...

DSC03211

Juste à côté un piège à guêpes éclairé d’une guirlande, une jolie idée de Marie et à droite, deux merveilleux volumes reliés en cuir de La mode Parisienne de 1893 et 1894 que je vous ouvrirai un jour si vous le souhaitez ainsi que deux cintres anciens trouvés derrière les volets, l’un nettoyé et simplement ciré pour mettre en valeur la jolie veinure  de son bois et l’autre en bois plus ordinaire, blanchi avec la base gris foncé. Chacun a reçu un petit cabochon émaillé chiffré...

♥ ♥ ♥

Envie d’un peu de nostalgie ou pour les plus jeunes de découvrir une de ces chansons désuètes  et le son très particulier de cet instrument ? alors cliquez pour démarrer l’enregistrement ...

Posté par cathfd à 00:05 - - Commentaires [92] - Permalien [#]
Tags : , , ,


jeudi 11 octobre 2012

Une chine un peu particulière(2) et des petits bouts de la maison...

Vous vous souvenez de  ces cadres ramenés de Toulouse ? là, sur la photo plutôt devant...

DSC02852

Le tout petit ovale en résine a été peint en off-black de F&B et a accueilli une toute petite gravure chinée à Bruxelles...

DSC03147

Le grand cadre ovale bombé a subi le même sort et s’est révélé être vraiment un très vieux cadre et non un de ces cadres au verre bombé à l’entourage en plastique que l’on trouve couramment sur les brocantes en ce moment remplis de fleurs artificielles, datant probablement des années  60, qui font le bonheur des bricoleuses qui s’empressent de les démonter pour récupérer le verre bombé et en faire de superbes compositions. Non, celui-ci a un verre tout bullé et irrégulier soufflé bouche, très bombé et surtout sa fixation  sur le cadre en bois est faite avec un osier cloué ...

DSC02881

Je n’ai donc pas démonté le verre pour peindre la baguette !

DSC03117

Je vous le remontrerai lorsque j’aurai enfin réalisé la composition que j’ai en tête..Quant à la petite huile sur bois, même traitement pour la baguette par trop clinquante et nettoyage de la peinture.

DSC03120

J’aime ses couleurs qui s’harmonisent parfaitement avec tout ce qui habite le palier des chambres, regardez...

DSC03118

La couleur de la baguette répond à celle des piétements des mannequins situés juste en face... mais attardons-nous sur le petit chiffonnier où depuis peu a pris place la boite d’une couronne de mariée, récupérée à la poubelle, celle de ma voisine Madeleine. Comment ne pas faire une toute petite place à ce vestige émouvant d’un beau jour, pieusement conservé jusqu’alors et qui  s’est fondu si facilement dans le décor chez moi...

couronne de mariée

Juste à côté protégé par le globe, un porte-chapeau Napoléon III en bois noirci chiné à Lourmarin au printemps...

DSC03128

...accueille un délicat et étonnant bonnet chiné à Villeneuve les Avignon... Une sorte de fine soutache d’un seul tenant  dessine des motifs ensuite reliés par un savant  et incroyable travail de jetés, de brides, de nœuds et de roues ...

bonnet

Je vous disais que la couleur du cadre faisait écho à celle du piétement des mannequins, les voilà...

DSC03140

C’est l’occasion de vous montrer une délicieuse petite broche  Art déco au motif automnal de marronnier, feuille et fruits, chinée cet été, que j'ai agrafée sur  le col de  Valentine ...

DSC03137

et Anatole  a reçu un plastron plissé bien empesé sur lequel j’ai cousu de tous petits boutons de ... bottines noirs!

DSC03138

En installant la petite huile sur bois, j’ai réorganisé les cadres du lieu et désormais dans la montée de l’escalier vers le deuxième, se trouvent côte à côte trois cadres bien différents  auxquels je suis très attachée...

cadres vers le 2e

Un dessin d’Alphonse Mucha que j’adore, encadré en 99, une carte de Saint-Valentin américaine en relief  encadrée avec un lavis sur hausse et entre les deux une peinture sur soie  de 87 dont j’aime toujours autant les couleurs et le motif ... Finalement, même si  mes goûts ont évolué, je suis restée fidèle à certaines couleurs  et lorsque nous avons aménagé dans cette maison, y trouver les portes de chambre de ce bleu que j’aime tant a été jubilatoire...Juste en face de ces trois cadres, une autre peinture sur soie de la même époque toujours dans les mêmes harmonies...

DSC03145

Enfin,  un motif en bois sculpté chiné il y a un bon moment  est enfin passé sous mon pinceau et vient ponctuer le haut d’un des placards grillagés du salon...

DSC03110

(Sous une belle lumière matinale, l’off-black prend une teinte gris-bleuté et pourtant c’est bien la même couleur que les cadres...) 

DSC03111

♥ ♥ ♥

Merci à vous pour vos messages sur le précédent billet, merci pour votre enthousiasme, vos mots gentils, votre présence  et votre fidélité sur ces pages.

Posté par cathfd à 00:12 - - Commentaires [108] - Permalien [#]
Tags : , , ,