lundi 13 septembre 2010

Les petits plaisirs de la fin de l’été...

♥  Guetter l’arrivée des pommes nouvelles sur les marché est un de ces  petits plaisirs  qui font que j’aime particulièrement la fin de l’été. Vous savez , la pomme Akane, dont la peau rouge se met à briller comme un sou neuf lorsque vous la frottez, à la chair blanche et juteuse ,  celle à laquelle Blanche-Neige ne sut résister ...

pommes akane

Les empiler en pyramide sur un compotier et les admirer avant de les croquer...

♥ Cueillir enfin la lavande du jardin, la rassembler en grosse gerbe dans un torchon ancien  reçu en cadeau cet été ...

gerbe de lavande

avant de l’égrener et de la mettre en pots en attendant qu’elle aille remplir d’odorants petits sachets...

confiture de lavande

 

Petit cadre ancien chiné sur un vide-grenier, en attente de patine...

♥ Savourer les belles journées qui s’offrent à nous, encore plus précieuses qu’en plein cœur de l’été, avec la lumière inégalable de cette période de l’année* ...

11 septembre 7h17 et 7h44

 

 

Samedi matin entre 7h17 et 7h44, les prémices d’une journée radieuse...

logo de clarelis

♥ Décider à la fin de cette belle journée, vers 18 h, de “partir aux champignons “dans le bois voisin en se souvenant qu’il y a quinze jours déjà, nous avions trouvé de quoi accompagner délicieusement une brouillade d’œufs...

premières girolles

et revenir avec 1kg430  en une heure et demie en se disant que cela aurait été dommage de ne pas y être allés ! Ici, les gens cherchent plutôt les cèpes, alors à nous les savoureuses girolles !

la récolte du 12 septembre

S‘en régaler le soir même  et parce que les bonnes choses sont encore meilleures partagées, inviter mes beaux-parents à se régaler eux aussi le lendemain dimanche...

♥ Refaire des confitures parce qu’il n’y a rien de plus agréable que de remplir la maison de l’odeur délicieuse des fruits  qui cuisent avec sucre et épices, parce que comme les écureuils, j’aime engranger dans tous les sens du terme (mes confitures sont rangées dans la grange  !) des délices pour les jours gris... et aussi parce que je suis TRES gourmande**...

l'autrichienne

D ‘après une recette de Christine Ferber, “L’autrichienne”, une merveilleuse alliance de saveurs...

Pour 1 kilo net  de pommes pelées et coupées en tranches fines, j’ai ajouté 550 g de sucre en poudre bio,  un jus de citron et une gousse de vanille fendue en deux, porté à ébullition, versé dans une bassine et mis au frais toute la nuit.

Le lendemain, j’ai reporté à ébullition et ajouté 100 g de raisins secs macérés pendant la nuit dans 5 cl de rhum, 2 g de cannelle moulue et 150 g de cerneaux de noix brisés, laissé cuire environ 15 mn. Selon le jus rendu par vos pommes, soit cela sera suffisant soit vous ferez comme moi, j’ai ajouté 1 g d’agar-agar  et laissé bouillonner 2 mn de plus parce que mon jus était trop liquide et que je ne voulais pas laisser cuire plus longtemps ma confiture. J’ai mis en pots en répartissant la gousse de vanille coupée en petits morceaux ...

Un délice gourmand et subtil à savourer aussi avec du fromage de brebis ou du chèvre frais...

♥ ♥ ♥

Les astérisques * placés après certains mots sont ma façon de répondre au jeu proposé par Calou et Isa qui me demandent dix choses que j’aime. Vous en avez deux dans ce post, il y en aura dans tous les posts suivants jusqu’à vous avoir “livré”  dix confidences qui parlent de ce que j’aime ou de ce que je suis...

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 07:13 - - Commentaires [85] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 31 août 2010

Où il est question de confiture et de chine...

pêches blanches

Un plateau de succulentes pêches blanches du Roussillon rapporté du marché m’a donné envie de mettre en pot ce délice parfumé tout en vous montrant quelques trésors de chine butinés ici ou là sur brocante ou vide-grenier  durant l’été. Un rassemblement hétéroclite  à la Prévert  dont le seul point commun est le plaisir que j’ai eu à les chiner...

chine et confiture de pêche 

Tout d’abord un tout petit pot à confiture ancien, idéal pour les petits restes, vous savez , la dernière louche qui ne rentre pas dans le pot,  et ce qu’on racle sur les parois de la bassine pour ne pas perdre une goutte de la précieuse gourmandise...Je ne sais pas si vous avez remarqué, ces pots anciens, plus ils sont petits, plus ils sont chers, j’ai réussi à négocier celui-ci (7 cm de haut, 8 cm de diamètre intérieur) 13 euros  mais il a fallu beaucoup de persuasion et aussi que le brocanteur ait envie de me faire plaisir, je crois !

mini pot à confiture 

J’ai laissé la peau des pêches ce qui explique la couleur rose très prononcée de ma confiture de pêches... blanches ! Et après cuisson, elle avait fondu littéralement et nous ne l’avons pas trouvée à la dégustation...

Je vous montre l’ensemble, confitures et objets chinés sur un drap de bébé en lin superbement travaillé avec un monogramme fleuri, un feston profond  sur le revers et surtout entièrement ourlé à jour sur tout le tour du drap.

monogramme drap BB

feston drap BB

 

Vous vous souvenez peut-être que l’an dernier à Paris, j’avais eu un coup de foudre pour des assiettes de la faïencerie Longchamp, j’ai retrouvé cet été deux assiettes à compartiment saucier pour asperges ou artichauts  de la même provenance.

assiette Longchamp

Enfin, un joli motif en bois sculpté dans la masse, avec un très léger manque facilement réparable...

bois sculpté

Je vous laisse avec ce couple d’hirondelles en conversation très animée !

conversation d'hirondelles

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 08:07 - - Commentaires [96] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 23 août 2010

Escapade parisienne...

A l’occasion d’un repas d’anniversaire, nous avons fait une courte escapade vers la capitale.  Une échappée à deux, d’autant  plus agréable que des amis nous ont hébergés bien qu’eux-mêmes soient alors en vacances sur la côte basque ! Ils ne sont pas sur Paris depuis très longtemps et nous ne connaissions pas leur appartement, malgré leur absence , nous les y avons retrouvé et nous avions l’étrange sensation d’être dans un environnement à la fois familier et différent, c’était chaleureux, serein et rassurant, loin de du caractère impersonnel des grandes chaines d’hôtel...Merci encore à vous Michelle et Christophe.

Pas de balades dans Paris, Françoise ou Christian font cela bien mieux que je ne saurais le faire, mais je veux simplement vous montrer quelques détails architecturaux de la rue où habitent nos amis dans le XVII ème. Je me suis régalée devant ces immeubles tous plus beaux les uns que les autres, édifiés de 1910 à 1913.

Mascarons au dessus des portes d’entrée...

portes

Guirlandes végétales...

portes 2

Au dessus des fenêtres...

fenêtres

D’autres détails...

détails

Une vue plus large pour ce médaillon entre deux fenêtres en saillie arrondie sur une façade...

DSC05928

Cette façade, elle, me fait penser à un théâtre...Je ne me lasse pas d’admirer cette harmonie...

DSC05941

Harmonie qui doit beaucoup aux innombrables règlements d’urbanisme qui ont régi les constructions , très restrictifs et parfaitement respectés, ainsi que je l’ai appris dans un livre formidable pour qui veut avoir une autre vision de la ville et porter un regard éclairé sur les façades, livre dont m’avait parlé mon amie et que connait bien aussi Françoise :

grammaire des immeubles de Paris

 

Enfin, vous savez combien j’aime les fleuristes parisiens, alors une mosaïque de roses d’une toute petite boutique, petit clin d’œil  amical à celle qui me l’a fait découvrir...roses 5

Posté par cathfd à 07:48 - Commentaires [57] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 20 août 2010

Chines estivales, acte III : cartes postales, chromos et autres papiers, une chine au féminin...

 

Trois cartes anciennes aux portraits délicieusement désuets... J’aime l’air mutin de la première  fillette et la couleur très discrète de la carte, la douceur du visage de la jeune femme et la moue rêveuse de la dernière fillette. Si ses mains jointes peuvent la faire croire en prière, son air absent évoque une douce rêverie ...

trilogie de cartes anciennes

Une autre CPA  d’avant 1905 très différente dont j’ai aimé la composition et les myosotis si souvent présents sur les cartes anciennes...

DSC06013   

Un numéro de Lisette de 1951 et un de la semaine de Suzette de 1923 à 1 euro pièce...

journaux d'enfants anciens pf

Une série de chromos, très difficiles à trouver, j’en cherche partout sans succès à petit prix pour une réalisation précise... J’aime particulièrement le buste au centre; en réalité il est à peine plus grand que les autres , c’est le montage photo qui le fait paraitre plus grand ! Mais quel que soit le chromo,  la douceur des visages féminins de ceux que j’ai choisis est remarquable...So romantic !

chromos détails   

Un coup de cœur pour ce calendrier publicitaire miniature de 1910 en parfait état ...

DSC06014   

Ces petits calendriers étaient offert par les commerçants comme cela se perpétue encore parfois... notamment dans les pharmacies, à ceci près qu’autrefois ils étaient d’un raffinement   exquis...J’ai choisi celui-ci , j’aurais pu en choisir un autre, ils étaient tous plus beaux les uns que les autres et il y en avait un classeur entier...Le comble est  que le marchand a une boutique dans la ville la plus proche de mon village et que je n’y suis jamais rentrée en trente ans...

calendrier 1910

Enfin , cadeau de broc ( c’est toujours surprenant et très agréable, ces élans de générosité spontanée après quelques instants à échanger autour de la marchandise) cette poupée normande à habiller...

poupée normande à habiller

Et sur la planche, vous avez remarqué , il y a ma couleur fétiche de l’été, le violet, qui m’accompagne depuis déjà un certain temps...

DSC06032

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin pour rester dans la note féminine jusqu’au bout, bien que ne rentrant pas dans la catégorie du jour, une adorable poupée en biscuit  peinte à la main dont j’ai simplement changé l’élastique qui relie bras et jambes, haute de 10,5 cm, datant de 1900 environ...

poupée biscuit 1900

Posté par cathfd à 07:47 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 16 août 2010

2010, l’été des petits sacs et pochettes...

Comme Céladon, j’ai eu beaucoup de plaisir à réaliser le joli sac pochon de Manon, dont elle avait donné le tuto dans E-Mag déco. Simple et ludique il suffit de suivre son tuto  pour le réussir à coup sûr. Bien sûr je n’ai pas pu m’empêcher de mettre mon grain de sel et de changer un  ou deux petits détails, comme  Céladon, j’ai mis une  cordelière de lin à la place du ruban pour resserrer l’ouverture du sac...

J’ai aussi calculé l’intervalle des bandes de dentelles et galons de telle façon que je puisse appliquer un galon sur la couture avant de monter le fond du sac, rendant ainsi la couture d’assemblage du sac invisible. Elle ne se voit que sur la partie fleurie...

sac de Manon 21

De plus près...

sac Manon détails

 

Un gros chanvre au tissage rustique, un lin imprimé de fleurs dans des tons un peu fanés pour le haut du sac et la doublure, une dentelle ancienne et un galon bien contemporain.

fleurs de Patricia gros plan

Parce que de temps en temps, il est très agréable de sortir avec un petit sac qui contient juste le nécessaire ( encore qu’il me soit très difficile de ne pas avoir avec moi  ce qui s’apparente à un nécessaire de survie urbaine, mon sac avec toutes ses trousses, carnets et autres indispensables ! ) j'ai eu envie d'un tout petit sac:

J’ai superposé deux pochettes, de taille différente, l’une extérieure plate, l’autre avec un fond de trois cm. Les deux sont réunies par une piqûre sur le bord supérieur des deux pochettes, la plus petite étant centrée sur la plus grande...

petit sac lin fleuri violet

J’ai utilisé un lin japonais fleuri (Yuwa) et un petit motif coordonné acheté à Bordeaux  au mois de mai dans une petite boutique dédiée au patchwork et aux travaux d’aiguilles où Elle m’avait emmenée. Depuis de longs mois maintenant, je suis irrésistiblement attirée par le violet décliné dans toutes ses nuances et variations, aussi j’ai eu immédiatement un coup de foudre pour le lin fleuri... 

 

Au départ, j’avais conçu ce petit sac avec la pochette intérieure beaucoup plus grande et j’avais mis la même cordelière de lin  pour la bandoulière que celle qui sert à attacher le bouton. A l’usage je me suis rendue compte que les proportions n’étaient pas correctes, que le petit sac ployait d’une façon disgracieuse lorsqu’il y avait quelques affaires dedans et que la cordelière sciait l’épaule...

petit sac détail

petit sac poche intérieure

  

 

 

 

 

 

 

 

J’ai donc repris mon ouvrage, remplacé la cordelière par une tresse plate de lin, réduit la largeur de la pochette intérieure la laissant dépasser d’environ 1,5 cm de la pochette extérieure...

petit sac profil

J’avais envie d’un transfert et mon choix s’est porté sur une aquarelle de Blanche Odin, des hirondelles dont les délicates nuances s’harmonisent à merveille avec les couleurs des tissus...

hirondelles B.Odin détail

Avec le même lin, associé cette fois avec du liberty, j’ai cousu une petite trousse pour ma sœur, sur le même modèle que la mienne (une des trousses assorties à ma “chemise-transformée-en-besace”) légèrement moins haute, avec un bout de dentelle ancienne que j'ai teint ...

Nicole trousse 2   

toute doublée du même liberty ”EloÏse” prune...

 

Nicole trousse ouverte

♥ ♥ ♥

L’objet mystère:

Vous avez eu de l’imagination, vous avez été nombreuses à penser à la bourrellerie ou  à la maréchalerie...

C’est Anne, Prunelle Grise qui la première a trouvé quelle collection allait compléter mon objet mystère et donc à quoi il servait, c’est l’ancêtre de nos maniques en silicone ! Il servait à protéger la main sur la poignée des fers à repasser lorsqu’ils étaient chauds...Bravo Anne !

 

 

Posté par cathfd à 07:45 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags : , , ,


lundi 9 août 2010

Chines estivales, acte II : Métal, bois, etc ...

chines estivales métal bois etc

Une très jolie patère  pour laquelle j’ai déjà trouvé une place à la maison, en bois tournée et fer avec une petite plaque de fixation ouvragée...

patère 

Deux cadrans de montre dont un avec son mécanisme et ses aiguilles finement travaillées...

cadrans anciens

 

De tout petits tampons chiffres en bois...

tampons chiffres

Un lot de boutons que j’ai eu en négociant pour 10 euros les huit, ce qui me parait un prix raisonnable quand on sait les prix étonnants que peuvent atteindre les boutons anciens chez les brocanteurs spécialisés et si l’on compare avec le prix des beaux boutons neufs actuels...Le couple sur celui du centre est incroyablement détaillé sur un très joli fond de forêt, je suis incapable de dater ce genre de boutons, celui de gauche me parait art déco, quant à l’autre, je ne sais pas plus...

boutons 

Enfin quelque chose que j’ai découvert avec ravissement, qui va venir compléter ma collection de .... Mais de quoi donc ? Si vous trouvez , vous saurez à quoi servait cet objet.... C‘est  la première fois que j’en voyais ...L’intérieur est en métal, en trois parties qui s’articulent légèrement  et l’extérieur, en cuir... Il est très usagé et porte les marques de ses années de  bons et loyaux services...

métal et cuir   

Posté par cathfd à 07:44 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 6 août 2010

Chines estivales, acte I : textiles...

Les grandes brocantes et autres festivals des chineurs ne manquent pas en été. Nous avons été particulièrement chanceux à Soustons, où il y avait un beau choix de marchandises, et à Ahetze, bien sûr...Histoire de ne pas vous lasser, je vous montrerai mes trouvailles en plusieurs épisodes classés selon les matières comme je l’avais fait l’an dernier. Ma chine textile a été relativement modeste, encore qu’il y manque une pièce à voir plus tard dans le cadre d’un début de collection...

chines estivales textiles

Luxe suprême, j’ai trouvé un drap en chanvre à mes initiales !

Le monogramme est joliment travaillé et fleuri, voyez plutôt:

C en gros plan 

Du ruban tissé GC  et 1m40 de dentelle à l’aiguille, au motif original ...

dentelle et ruban tissé pf

 

Quatre monogrammes d’origine, de facture et de complexité variable... Remarquez le monogramme triple, plutôt rare...Les deux de gauche, MH et MB sont particulièrement beaux... Le rouge est brodé sur une pochette porte-serviette dont l’autre face est ornée d’un iris...

4 monogrammes pf

Impossible de faire quoi que ce soit sans qu’Elfie ne vienne superviser la situation et veiller au bon déroulement des opérations, aurait-elle été huissier dans une vie antérieure, cette chatte ?

DSC06005

 

Merci pour tous vos commentaires et vos réactions sur les précédents posts, c’est avec un plaisir immense  toujours renouvelé que je vous lis, merci de votre fidélité !   

Posté par cathfd à 11:44 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 2 août 2010

Fronton...

Longuement cherché, plutôt rare dans notre région, c’est à Bordeaux sur les Quinconces en mai, que j’ai enfin trouvé LE fronton qu’il me fallait ...Sous le pallier de repos de l’escalier est en effet aménagé un vestiaire, discrètement masqué par un simple rideau de lin et j’avais vu chez un cousin, dans une configuration presque identique, un fronton posé au dessus des portes du rangement aménagé sous un escalier, idée qui m’avait beaucoup plu...

fronton

Je l’ai repatiné couleur lin, car le gris n’allait pas pas plus avec le rideau qu’avec les boiseries (la photo ne donne pas à voir la couleur telle qu’elle était en réalité et on dirait qu’il n’y a aucune différence entre l’avant et l’après !!!) et voilà en situation ce que cela donne...

le vestiaire sous le pallier

Sur une idée de mon beau-père, je l’ai simplement fixé à l’aide de deux chevilles à bois  à l’arrière, moitié dans le fronton , moitié dans la poutre, fixation invisible et  réversible si mon fronton avait la bougeotte, sait-on jamais...

fronton entrée détails

Posté par cathfd à 09:04 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 28 juillet 2010

Petite couture pour Elfie...

Parce que ma princesse Elfie a été bien éduquée par sa mère chatte, même lorsqu’elle a accès au jardin, elle n’a pas l’idée d’y faire ses besoins comme le ferait n’importe quel matou, elle attend d’être rentrée pour aller dans sa caisse que je nettoie donc deux fois par jour...  Et je trouve très pratique d’avoir à portée de mains un pochon contenant les indispensables sacs...J’en avais fait un pour les chiennes da ma Grande, souvenez-vous...J’ai donc refait le même modèle  avec des détails plus en rapport avec la gent féline, rapport tout théorique car demoiselle Elfie n’aime pas le poisson, mais tenter de capturer des papillons, çà,  oui !

pochon Elfie

Un pochon élastiqué en bas, coulissé avec une ficelle de lin en haut pour le remplir facilement, suspendu sur un paravent dans la cuisine, paravent qui masque chaudière et cumulus, en bois exotique, teinté avec la Teinte effet grisé de Libéron, puis ciré avec la Cire effet blanchi de la même marque  ...

Posté par cathfd à 08:03 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 24 juillet 2010

Lectures en partage...(Voyages immobiles 15)

Pour beaucoup, les vacances sont synonymes de temps pour soi et de temps pour la lecture qu’un quotidien trop chargé ne permet pas , voici  mes deux premières lectures de vacances, de jolis moments...Merci à Françoise de m’avoir donné envie de lire le premier...

 

la relieuse du gué

Mathilde délaisse une carrière prometteuse de diplomate pour ouvrir un atelier de reliure dans un village de Dordogne. Cuirs, fibres de bois, feuilles d’or et pigments accompagnent désormais le quotidien de la jeune femme qui restaure avec passion et minutie les ouvrages qu’on lui confie.

Un matin alors que la pluie bat le pavé de la ruelle, un visiteur franchit le seuil de l’atelier.Un homme d’une beauté renversante et enveloppé d’un parfum de fougère et de terre fraîche. Celui-ci lui remet un livre ancien pour restauration, et disparait .

“Un bon relieur est quelqu’un qui ne lit pas” disait le grand-père de Mathilde. Et pourtant, comment résister à la tentation de plonger dans ce mystérieux ouvrage relié à l’allemande, offrant des dessins représentant un fanum, antique lieu de culte gallo-romain, et dissimulant dans sa reliure une liste de noms à l‘origine inconnue ?

Lorsqu’on prend le livre en mains, on a la surprise des pages roses, un peu déroutant d’abord, c’est un détail qu’on oublie vite au profit du contenu du roman. J’ai beaucoup aimé cette histoire pour deux raisons: indépendamment de “l’ enquête” dans laquelle se lance Mathilde pour connaitre l’origine du livre et de son mystérieux propriétaire   qui l’a subjuguée par sa présence, j’ai presque envie de dire son aura, tout autant que  par le mystère qui l’entoure, le cadre, une ruelle d’artisans aux personnalités originales et le métier de l’héroïne, la reliure, m’ont vraiment transportée ailleurs d’une façon très agréable. Le style est clair et limpide, l’auteur(elle-même relieuse) parle de son métier d’une façon attachante, attirante (c’est un de ces métiers d’art qui m’ont toujours attirée...) et on est vraiment transporté dans son atelier... J’ai beaucoup aimé les personnages qui l’accompagnent, campés d’une façon réaliste et plus vrais que nature, le boulanger chaleureux, la cordonnier excentrique, l’horloger décalé, jusqu’aux deux épicières méchantes commères...

Ajoutez à cela, la passion de l’héroïne pour Cyrano, dont les vers scandent l’histoire sans que cela ne soit ni pesant ni artificiel comme je l’ai craint un instant ( c’est noté en quatrième de couverture)...Au contraire les vers choisis sont toujours en concordance parfaite avec  l’histoire et viennent élégamment lui faire écho. Une fois le livre reposé, il reste en tête une petite musique délicieuse et la sensation d’avoir passé un moment vraiment agréable à suivre la destinée des personnages...

“Je tressaillis quand le téléphone sonna. C’était ma mère. Ce fut difficile de parler de tout et de rien. Si je lui avais dit que j’étais en deuil d’un homme dont je ne connaissais pas le nom et dont j’étais pourtant pour l’instant l’unique héritière, elle m’aurait dit ”ma chère fille, tu es comme ton grand-père, tu attends toujours de la vie, des choses extraordinaires”

♥ ♥ ♥

quand souffle le vent du nord

A cause d’une simple lettre en trop dans une adresse mail, Léo Leike reçoit des mails de résiliation d’abonnement destinés aux éditions Like. Au troisième, il signale poliment à l’auteur, une femme qui signe Emmi Rothner, qu’elle s’est trompée, elle s’excuse. Pourtant l’adresse de Léo reste dans les contacts d’Emmi et plusieurs mois après, lors d’un banal envoi de vœux groupé, il reçoit à nouveau un mail d’Emmi auquel il répond avec humour. Commence alors une correspondance  qui l’amènera, lui, à écrire “Vous êtes comme une deuxième voix en moi qui m’accompagne au quotidien.” tandis qu’elle admet ”Quand vous ne m’écrivez pas pendant trois jours, je ressens un manque.”

Emmi est mariée et heureuse, Léo se remet à grand-peine d’un chagrin d’amour. De plus en plus attirés l’un par l’autre, Emmi et Léo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre...

Der Spiegel avait écrit à propos de ce  roman traduit de l’autrichien ”Un des dialogues amoureux les plus enchanteurs et les plus intelligents de la littérature contemporaine”.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman  qui revisite la carte du tendre  à la façon d’un roman épistolaire; ce sont les mails tels qu’ils arrivent chez leur destinataire, qui forment la trame du roman avec juste l’indication de l’intervalle de temps écoulé depuis le précédent mail. Cela se lit vite, les mails à l’exception de quelques uns sont très courts, c’est souvent drôle, percutant, on sait peu de choses au début de la vie des deux héros, on connait juste leur état d’esprit et l’histoire qui prend naissance au fil des mails est parfaitement crédible. Une relation de plus en plus intime se noue grâce aux mots  et seulement aux mots et ressenti des destinataires. Toute la gamme des sentiments amoureux y passe et à l’instar des protagonistes, on vibre, on sourit, on trépigne, on soupire... Le suspense est maintenu jusqu’au bout, se rencontreront-ils ou pas ?

En tant que blogueuse, je sais combien des sympathies spontanées peuvent pousser à des relations plus personnelles  et  tout en lisant avec jubilation cette histoire bien ancrée dans la réalité du XXIème siècle, c’est en même temps  avec un œil amusé et un certain recul que je l’ai fait et  je crois que cela a ajouté à mon plaisir !

La demoiselle de Bordeaux et M. Rose et Gris  ont eux aussi succombé au charme de cette histoire d’amour par mails interposés... Laissez-vous tenter, vous ne le regretterez pas !

♥ ♥ ♥

Bravo à Françoise qui a trouvé avec quoi j’ai rempli mon cœur en grillage :

Beaucoup ont pensé au tamaris, mais il s’agissait du COTINUS ou arbre à perruque, cet arbre étonnant dont les inflorescences vaporeuses forment un nuage rose au dessus du feuillage !

cotinus ou arbre à perruque  (photo prise sur internet)

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 08:03 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : ,