mardi 6 octobre 2009

Carnet d'automne: les courges...

La fin de l’été voit déjà arriver certaines courges sur les étals et le mois d’octobre voit s’élargir l’offre avec d’autres variétés qui viennent prouver pour autant qu’il le faille, la magnificence et la prodigalité de cette saison...

courges

Sous le nom de courge sont regroupées plusieurs espèces botaniques. appartenant au genre cucurbita. Jusqu'au XVIIIe siècle, en France, le terme « courge » a désigné les calebasses, et ce n'est que dans le courant du XIXe siècle qu'il s'est imposé pour désigner nos courges actuelles, c'est-à-dire les potirons et citrouilles.

courges gros plan

En haut à gauche, la butternutou doubeurre, excellente en gratin associée à la pomme de terre à la façon d’un gratin dauphinois, ou ajoutée dans une soupe de légumes à laquelle elle va apporter un moelleux et un goût incomparable, au centre le potimarron  au goût subtil de châtaigne que j’aime en velouté, rehaussé d’une touche de crème, en bas à droite le pâtisson ou artichaut de Jérusalem, un délice farci après une pré-cuisson entier à la vapeur, de sa propre chair associée à une brunoise de  champignons et de carottes,  revenue doucement , légèrement crémée, reversée dans le pâtisson soigneusement évidé et mis à gratiner avec un peu de gruyère. Au dessus du pâtisson, le patidou que je connais moins mais que je ne vais pas manquer de goûter et enfin cette citrouille plissée et verruqueuse à souhait avec cette couleur vert-bleu est une variété italienne la buen gusto de Horno, une découverte de mon dernier marché dont  la chair est orange vif, bonne crue râpée, cuite sous toutes les formes.

nature morte aux courges

Quelques bogues encore vertes de châtaignes sont venues apporter une touche de vert tendre qui fait le lien avec les pétales des hortensias que j’ai rentrés dans la maison pour profiter de leurs couleurs douces  et surprenantes,  des couleurs tendres alors qu'ils sont en fin de vie...

hortensias d'automne (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par cathfd à 06:25 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : ,


vendredi 2 octobre 2009

Deux livres en partage...(Voyages immobiles 11)

 

d_autres_vies_que_la_mienne

 

♥ Plusieurs jours après avoir tourné la dernière page, je vis encore avec les protagonistes de ce récit extraordinaire...

Emmanuel Carrère se trouve au Sri Lanka en 2004 pour des vacances dont il pressent que ce seront les dernières pour son couple au bord de la rupture. Il est le témoin du tsunami qui laisse l’île exsangue et fait des milliers de victimes dont une petite Juliette de 4 ans avec les parents et grand-père de laquelle il avait sympathisé à l’hôtel. Ce dernier l’interpelle au lendemain de la catastrophe ”toi qui est écrivain, tu vas écrire un livre sur tout çà ? tu devrais(...) moi, si je savais écrire, je le ferais”. Très peu de temps après, en France, la sœur de sa compagne, Juliette 30 ans( étrange hasard de cette similitude de prénom) meurt d’un cancer. Et ce sont ces vies: d'une part, celles de Delphine et Jérôme, les parents de l’enfant, celle de Philippe, le grand-père, d'autre part, celles de Juliette  magistrat et de Patrice, son mari, dessinateur de bandes dessinées et utopiste invétéré, qui ont trois petites filles, celle d’Etienne, magistrat lui aussi, collègue et ami  de Juliette, boiteux comme elle à la suite d’un cancer, épris de justice  comme elle avec qui il combat les organismes de crédit arrogants qui malmènent les plus fragiles et les plus démunis, ce sont donc toutes ces vies auxquelles Emmanuel Carrère va prêter sa plume pour un ouvrage de commande, qu’il va commencer puis laisser de côté pour écrire “Un roman russe”, impérieuse et vitale nécessité pour lui de mettre au jour les fantômes et secrets de famille avant de le  reprendre . Et en le menant à son terme,  il trouvera dans l’ouverture aux autres, enfin,  la possibilité pour lui de s’ouvrir à l’amour et à une certaine forme de sérénité ... Tout au long du récit de ces deux tragédies étrangères l’une à l’autre, il livre ses réflexions et l’écho en lui de ces rencontres intenses avec des personnalités d’une humanité bouleversante et d’une richesse humaine exceptionnelle. Sans jamais tomber dans le pathos ou le voyeurisme,  ce livre est un hymne à la vie magnifique, d’une rigueur et d’une honnêteté intellectuelle admirable. D’autres vies que la sienne certes, mais  ces vies croisées en sont indissociables et contribuent bel et bien à la constituer...

 

le_choeur_des_femmes

 

♥ Quelques temps auparavant, j’avais lu le dernier Martin Winckler.  Si vous aviez aimé ses précédents livres, “la maladie de Sachs” étant sans doute le plus connu puisqu’il avait fait l’objet d’une adaptation cinématographique, vous ne pourrez pas ne pas aimer ce roman généreux, foisonnant, émouvant, bouleversant aussi, une ode aux femmes et un plaidoyer pour une médecine plus proche des patients, pour une écoute plus attentive des soignants... ce sont là les thèmes chers à Martin Winckler, récurrents dans l’ensemble de ses écrits jusque dans les romans policiers... ne pas oublier qu’avant tout, il a exercé la médecine  pendant 25 ans et n’a eu de cesse de s’élever contre le mandarinisme et la soi disant toute puissance des médecins souvent trop imbus de leur savoir et trop formatés par la faculté pour entendre vraiment leurs patients et voir en eux autre chose qu’un cas médical  sorti du contexte de l’être humain dans sa globalité.

Jean Atwood, brillante interne des hôpitaux, futur professeur en  chirurgie gynécologique doit, avant d’obtenir le poste qu’elle convoite, passer par un stage de six mois dans un service de Médecine  de la femme, dirigé par un médecin généraliste à la réputation  sulfureuse, Franz Karma, chantre d’une médecine modeste, à l’écoute  de ses patientes qui l’adorent, entouré d’un personnel entièrement dévoué qui l’appelle par son prénom... du jamais vu pour cette interne carrièriste, aux dents longues qui n’a pas de temps à perdre à écouter les nanas lui raconter leurs jérémiades, elle ce qu’elle veut, c’est  du scalpel, des écarteurs,  des compresses, des maladies des vraies... la confrontation ne se passera pas du tout comme elle avait imaginé et elle  va être amenée à réviser ses positions et ses à-priori ...Ce roman fourmille de mille histoires, que l’on suit comme un feuilleton, il résonne de voix de femmes entendues par milliers.  Martin  Winckler n’a rien perdu de sa colère et de sa fougue contre la misogynie qui règne dans ces services qui devraient être au service de la femme et où les médecins se comportent  en dieux tous puissants, c’est un roman écrit dans une langue formidablement juste,  “qui parle, pleure, chante, s'enflamme, crie et passe sans crier gare par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. “(Télérama)...

J’adhère totalement aux idées de cet humaniste qu’est le docteur Marc Zaffran alias Martin Winckler et j’ai adoré ce pavé de 608 pages qui se dévore de façon addictive  et dessine à travers les histoires  chorales qui le composent le portrait de ce que pourrait bien être le médecin idéal...

Ce sont là deux livres très différents que je vous propose, qui m’ont enthousiasmée et émue, qui ont en commun une profonde générosité, des portraits humains vrais ou imaginés exceptionnels et une très belle écriture... Pour vous remercier de m'avoir lue jusque là et vous souhaiter un excellent weekend, je vous offre cette photo de ma clématite qui fleurit pour la quatrième fois de la saison...

cl_matite_d_but_octobre

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 07:09 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 30 septembre 2009

Carnets d'Automne: le bois....

Les belles flambées d’hiver se préparent chez moi fin septembre début octobre avec la livraison du bois...

livraison du bois

Commence alors un patient travail de rangement, une partie du bois dans la grange, une partie derrière... Un travail fatigant mais que j’aime infiniment, le faisant la plupart du temps seule, par choix.  Un travail physique indissociable d’une espèce de jeu d’observation consistant à choisir si possible du premier coup la bûche qui va venir compléter la rangée sans compromettre l’équilibre de l’édifice... Comme dans un puzzle, il suffit  de retourner une pièce pour que ce qui paraissait impossible devienne une évidence et quelquefois, ne pas hésiter à revenir en arrière pour remplacer un morceau par un autre et ainsi stabiliser la rangée entière et les suivantes...

bois détails pf

Quand tout est aligné, la satisfaction du travail bien fait, la promesse des flambées à venir, de cette convivialité et de ce bonheur simple procurés par le feu de cheminée suffisent à me faire oublier les courbatures...

Comme le toit de la grange ne déborde pas, en attendant de construire l’abri dont je rêve, il faut protéger le bois des intempéries et plutôt que poser une tôle sur le dessus comme il est d’usage dans nos campagnes, j’ai choisi une bâche imprimée de feuilles de vigne vierge... Elfie a adoré escalader le bois et la brouette, sentant mille odeurs inconnues et passionnantes, jouant dans la sciure et les rondins et observant comme toujours tous mes faits et gestes ...

Elfie et le bois

Posté par cathfd à 10:51 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 24 septembre 2009

Couture et décoration pour la demoiselle de Bordeaux...

Vous vous doutiez bien que ce n’est pas le sauvetage de mon petit carnet qui avait requis mon attention des jours durant, me tenant quasi absente de la blogosphère... Fin juin, j’avais eu le plus grand mal à terminer mes albums textiles, ma machine à coudre montrant des signes de faiblesse, voire refusant de faire ce pour quoi elle était faite... Une nouvelle machine , commandée sur le net fin août, n’est arrivée que le 11 septembre juste avant un weekend, trop bien rempli pour me permettre de l’apprivoiser ... Il me restait alors une toute petite semaine pour réaliser les ouvrages que j’avais prévu de faire pour la demoiselle de Bordeaux, puisque nous devions aller parfaire son installation le weekend suivant, les 19 et 20 septembre, juste avant sa rentrée lundi...

Il fallait bien personnaliser un peu un aménagement fonctionnel et basique de chez le géant suédois... Ensemble nous avions choisi des tissus pour accompagner le lin de base...

DSC02553

Pour rendre plus attrayant et plus cosy le grand canapé fuchsia,

elle voulait des coussins...

coussins

coussins détails

Pour emporter son linge à la laverie, et garder propre le cabas qui le ramènerait mouillé, je lui ai confectionné un grand pochon et un plus petit pour sa lingerie...

pochons à linge   

pochons à linge détails

 

Avec un magnifique monogramme offert parmi d’autres merveilles par Monica, une fidèle lectrice et amie...

En rentrant de la laverie, il faudra bien étendre le linge

avec des pinces qu’elle prendra là...

sac à pinces à linge

Deux cintres habillés  pour installer à quelque poignée de porte ou de fenêtre...

cintres habillés

Des petits sachets de lavande pour embaumer ses vêtements ...

sachets de lavande

 

sachets de lavande détails

Et puis en ville, impossible souvent d’échapper au vis à vis, il lui fallait des rideaux...

DSC02524

Il y a trois fenêtres comme celle-ci !

DSC02500

Enfin pour cacher les chaussures sur leurs étagères, un autre petit rideau ...

rideau cache chaussures

Parce qu’elle va cuisiner et qu’elle a recopié plein de recettes dans un répertoire, une couverture en lin matelassé pour le rendre plus joli...

mes petites recettes

Voilà ce qui m’a occupée !

Il en reste encore à faire, ce sera l’objet d’un autre post... Pour le plaisir, un aperçu de la décoration de ce petit appartement que nous avons voulu toutes les deux gai et chaleureux,  un parfait cocon pour étudier en toute sérénité...

bordeaux la déco aperçu

  ♥ 

Posté par cathfd à 06:46 - - Commentaires [77] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 21 septembre 2009

Sauvetage d'un petit carnet...

* Passer à proximité d’un dépôt-vente et ne surtout pas résister à l’envie d’y rentrer, j’y ai déjà trouvé de jolies choses...

* Aviser un drôle de petit carnet, esseulé sur une étagère, attendant celui ou celle qui saura lui trouver un intérêt, non qu’il soit très abimé, mais quand même, il est terriblement terni, les couvertures ne tiennent plus qu’à un fil, les pages de garde sont en partie déchirées...

* L’acheter un tout petit prix et le ramener à la maison pour le ... soigner !

album ancien

* Lui faire cadeau d’un très beau papier fait à la main pour réparer l’intérieur des couvertures et la page de garde, passer un peu de cirage pour recolorer la reliure, sans toutefois lui enlever toutes les traces d’usure, la lustrer doucement et redorer au pinceau fin les lettres embossées sur la couverture juste assez  pour faire ressortir la finesse des lettres du mot Album  , sans tomber dans le clinquant...

* Le poser sur le bord du vieil évier, prêt à recueillir idées, citations ou tout ce qui nécessiterait d’être consigné pour ne pas être oublié...

album ancien sur vieil évier

* S'étonner que ce carnet, car il a tout du carnet avec ses trois livrets intérieurs cousus, alors même qu’il porte des traces d’usure, donc de manipulation, soit vierge à l’intérieur... les cahiers intérieurs auraient-ils été changé ?  Je peux juste l’imaginer...

* * * * *

Posté par cathfd à 07:19 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : ,


samedi 19 septembre 2009

La Pomme de Cydon...

coings

La fin de l’été coïncide avec la saison du coing, connu dans la Grèce antique sous le nom de Pomme de Cydon... Ce fruit odorant lorsqu’il est à maturité, parfumera votre cuisine en attendant que vous le transformiez en gelée d’une  couleur qui varie d’un bel orangé au rouge selon les fruits et ...la durée de la cuisson !

gelée de coings

Avec la pulpe j’ai fabriqué des pâtes de fruits, délices fruités régressifs, souvenirs de mon enfance, puisque les pâtes de fruits ont été longtemps les seules sucreries ayant droit de cité à la maison...

gelée et pâte de coings

Pour toutes celles qui se demandent d'où viennent mes bougeoirs silhouettes du post précédent, ils ne sont pas anciens ! Je les ai trouvés dans ma boutique de déco favorite, sous la marque Chehoma ...

Un immense MERCI pour vos nombreux et enthousiastes commentaires sur mes derniers messages, en particulier l'acte III de mes chines estivales ...Vous m'avez à votre tour parfois confié  ce qui vous touche dans le linge ancien et j'ai adoré vous lire ! Je n'ai pas pu vous répondre, vous comprendrez mieux la semaine prochaine ce qui a rempli mes journées...

♥  Très bon weekend à vous ♥

Posté par cathfd à 07:20 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 17 septembre 2009

Variation sur le métal rouillé...

Un coup de foudre immédiat pour ces bougeoirs, exquises silhouettes, mes soubrettes coquines et mutines de l’acte II  réinterprétées en métal rouillé, m’a inspiré cette mise en scène sur la commode de la salle à manger...Elle y restera quelques jours puis les objets, se pliant à mes caprices s’éparpilleront dans la maison pour s’assembler avec d’autres et créer  ailleurs d’aimables décors ...

variation sur le métal rouillé

La boite en fer chinée cet été s’improvise jardinière et accueille deux mini lierres tandis qu’un vieux fer, celui de Mamie(je l’ai vue l’utiliser, elle n’a jamais repassé avec un fer électrique de sa vie !) accompagné d’une vieille  clé de tirage vient tenter d’équilibrer la composition  autour d’un photophore  en fer rouillé et pendeloques en cristal de roche...

métal rouillé détails

De nuit, j’aime l’atmosphère créée par la douce lumière des bougies et les reflets dansants sur le mur...

bougeoirs silhouettes de nuit

ombre portée sur le mur

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 06:58 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 14 septembre 2009

Chine estivale: acte III, textiles....

Si l’on trouve facilement des taies d’oreillers anciennes, plus rares sont les taies de traversin et lorsque sur une brocante, j’ai vu celle-ci, je n’ai pas hésité une seconde. parce que vous je ne sais pas, mais moi, souvent je tourne autour des objets, je visite tous les stands pour mieux revenir si mon coup de cœur se confirme au risque que l’objet de ma convoitise  ait été acheté par quelque chineuse plus impulsive...

taie de taversin pf

Cette belle taie, la plus jolie de toutes celles que j’avais vues jusqu’alors a la particularité d’être entièrement boutonnée ce qui  me permettra à défaut de l’utiliser en taie de traversin ( quoique j’y songe !) de l’utiliser en chemin de table ainsi que me l’a suggéré la dame qui me l’a vendue. Elle mesure 2 m10 sur 88 cm, ce serait effectivement un beau chemin de table de fête, non ?

A Saint Jean de Luz, il y a une boutique de linge ancien, réputée dans la France entière et dont l’adresse est donnée régulièrement dans les répertoires de “Art et Décoration”, les rares fois où j’ai tenté d’y aller, j’ai été refroidie par un  accueil si glacial que je regarde à peine la vitrine désormais. En revanche, il y en  a une autre dont la propriétaire est adorable,  une vraie passionnée, une vraie basque, intarissable sur les coutumes. Nous y avons passé un moment délicieux à parler chiffons anciens et dentelles...( elle a trouvé M. Rose & Gris très patient, car ce moment a duré une bonne heure quand même !!!) Iban, 26 rue de la république, Saint Jean de Luz

J’ai admiré chez elle des merveilles inaccessibles comme un drap  monogrammé (500€ !)  avec des jours d’une qualité exceptionnelle, un travail de titan vu la  largeur de la rangée de jours multiples et le nombre de roues intercalées au milieu des jours, hélas il partira au Japon vraisemblablement , ou cette chemise de nuit de noces Napoléon III avec un empiècement de dentelle de toute beauté...Toute à mon observation attentive et à notre bavardage ensuite j’ai oublié de prendre des photos...

serviette de toilette en fil

J’ai quand même acheté chez elle une merveilleuse serviette de toilette en fil, qui sort d’une maison très bourgeoise où tout le linge était magnifiquement brodé, regardez les détails...

serviette de toilette fil détails pf

Et j’ai appris quelque chose, pour emballer le linge ancien il faut utiliser du papier de soie BLEU, cette couleur, et elle seule, fait barrière à la lumière, aux insectes et à l’humidité... Vous savez ce qui vous reste à faire pour préserver vos trésors de linge ancien...

Tout au long de l’été je n’ai pas résisté lorsque j’ai trouvé des chemises de nuit anciennes, Mamika me comprendra, elle a le même virus...

les chemises de nuit chinées cet été

 

 

transparences

Certaines sont plus anciennes que d’autres, les une en fine percale, les autres en métis, si frais l’été, si agréable à porter malgré l'apparente épaisseur du tissu...

chemises de nuit détails des broderies pf

Les deux superposées à gauche sur la mosaïque étaient dans un sac poubelle avec une dizaine d’autres au même monogramme toutes différentes et toutes brodées de riches motifs floraux très fins... celle en haut à droite, en fine batiste est déchirée dans le dos, le brocanteur  m’en a fait cadeau...Et celle là, étonnante, elle se pressionne à l’entrejambe et elle est richement travaillée, même la couture du milieu dos s’agrémente d’un petit entre-deux de jours...

chemise-culotte

 

Enfin je peux pas terminer cette revue de linge ancien sans cette taie d’oreiller chinée pour moi par Nicole, merci ma grande sœur...!

taie d'oreiller de Nicole

Petit coussin brodé par  ma précieuse amie Marie-Christine

Enfin j’ai chiné un bibi rose dont la voilette est abimée mais que ma belle-mère  modiste se fera un plaisir de remplacer...

bibi rose

Ces chines d’été c’était chaque fois un petit 

bonheur

Posté par cathfd à 06:46 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 11 septembre 2009

Chine estivale: acte II, gravures et cartes postales...

A Arcangues, dans ce joli village basque dont je vous ai parlé cet été, il y a aussi une petite brocante, autrefois installée juste derrière le restaurant aux grandes tables de schiste au cœur du village, maintenant expatriée à peine un peu plus loin ... Le propriétaire, homme affable et disert déniche toujours de jolis objets, souvent de la très jolie argenterie,  et cette fois-là j’ai été attirée par ces deux gravures...

soubrettes

Ne sont-elles pas exquises ces soubrettes ? L’une toque à la porte pour apporter du courrier, sans doute un billet doux car accompagné d’un bouquet de violettes et  dans le langage des fleurs, la violette signifie l’amour caché... Quant à l’autre, elle a interrompu sa tâche et le poing sur la hanche, elle écoute  par la porte entr’ouverte avide de recueillir quelque  nouvelle qu’elle pourra rapporter à l’office, la coquine !

soubrettes gros plan

J’ai été séduite tant  par la douceur des couleurs que par le sujet de ce gravures... l’un des cadres a un léger manque, mais ce n’est pas grave, je ne sais pas encore si je vais les patiner ou les garder dans leur jus... (A noter que dans cette boutique il y a l'intégralité des torchons de Jean Vier ainsi que quelques nappes avec une remise de 10% par rapport aux prix des boutiques du même nom...)

C’est  sur un vide grenier que j’ai déniché, une série de cartes datant de 1910, de jolies marines avec un cadre embossé...

cartes marines d'un père à son fils pf

Les quatre ont été adressées à quelques jours d’intervalle par un père à son fils parti en vacances avec sa mère , alors que le père est retenu à son travail... il écrit à son fils des mots simples qui témoignent de son amour paternel attentif et pudique, en ce temps là on s’écrivait beaucoup comme maintenant on se téléphone, pour des petites choses sans importance qui font le quotidien d’une vie mais qu’on aime partager. Les “sois aimable pour maman qui se donne tant de peine pour toi”, réitérés sur presque chaque carte m’ont amusée et fait penser à des courriers de mon père à ses parents, fils adoré et à jamais reconnaissant dont l’amour filial s’exprimait à chaque lettre...

Enfin parce que le coin était cassé, le brocanteur voulait 5 euros de cette carte au lieu des 10 qu’elle valait soi-disant (les prix des cartes anciennes me laissent perplexe parfois...) et parce que je n’avais que 2 euros de monnaie, c’est à ce prix que j’ai eu cette carte de 1903 dont j’adore le dessin...

les patineuses

Deux amies ? deux sœurs ? s’apprêtent à patiner  sur un lac glacé et l’une s’est assise pour mieux aider l’autre à attacher ses patins... Elles sont très élégantes, ne trouvez-vous pas ? Peut-être Aline qui signe la carte a-t-elle partagé ce genre de moment avec  Jane à qui elle l’envoie, le 10 décembre 1903..

élégantes patineuses gros plan 

Et enfin l’acte III de ma chine estivale  sera consacré aux textiles ...

Posté par cathfd à 06:41 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 9 septembre 2009

Chine estivale: acte I, bois et fer...

Durant l’été, nous avons chiné, M.Rose & Gris et moi avec plaisir ici et là et je viens vous montrer les petits trésors accumulés, chinés à Ahetze , à Anglet ou encore à Port de Lanne, la plus grosse manifestation du sud-ouest qui a lieu autour du 15 août tous les ans, mais aussi à Aix en Provence ou Bonnieux en début d’été...

chine estivale bois et fer

J’ai toujours envie de formes à chaussures dont je diffère l’achat parce qu’on en trouve facilement mais quand j’ai vu cette paire d’embauchoirs à bottines,  je n’ai pas hésité une seconde...ce doit être une pointure 38...

embauchoirs à bottine pf

 

J’ai toujours aimé les vieux outils, et j’étais ravie de trouver ce mètre et ce ravissant pied à coulisse en bois et laiton tout petit... les jouets d’enfant anciens , voilà un thème bien sympathique mais dont les prix me laissent rêveuse, sans doute proportionnels à l’engouement des chineurs, j’ai cependant acheté avec plaisir et sans me ruiner cette toupie à ficelle(sans la ficelle !)

mètre, pied à coulisse et toupie pf

Au même stand que celui des embauchoirs, j’ai trouvé cette boite en fer, en haut à droite sur la première photo... elle devait être richement ornée, car il reste des traces de dorure qui ne se voient pas sur la photo, et on devine un motif de fruits dans le médaillon central. je me demande à quoi elle pouvait bien servir, même la poignée est travaillée...

détails de la boite en fer pf

Un drôle de petit poudrier, à mon avis une petite boîte de savon dentifrice, vous pouvez le voir à l’intérieur du couvercle , qui a été habillée d’étain ? on voit très nettement l’ajout et la jonction sur la bande de tour de la boîte ... avec son tamis cerclé de petites roses, je l’ai trouvé ravissant...

poudrier

Une petite montre de gousset joliment travaillée au dos avec des aiguilles fines et élégantes, sans doute une montre de femme que j’ai payée 3€ et qui vient assouvir mon envie d’une montre ancienne ! Quelques stands plus loin, la même montre était vendue 60€ sous prétexte que la partie centrale du motif était dorée, elle ne marchait pas plus que la mienne...

montre de gousset

Enfin, un fer à friser et un fouet à œufs, le même que celui qu’utilisait Maman ...par pur plaisir nostalgique...

fer à friser et fouet à oeufs 

 

Voilà, l’acte II dans quelques jours avec gravures et cartes postales...

brocante sépia

Posté par cathfd à 07:08 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , ,