mardi 11 septembre 2012

Mes lectures de l’été...

D’abord vous dire combien vos messages pour saluer mon retour sur la toile m’ont fait plaisir et même si j’ai répondu à chacune, vous l’écrire sur ces pages parce que cela  fait partie de ces petites choses qui font le sel de la vie et qu’ainsi je rajoute à postériori grâce à vous un paragraphe délicieux  à la liste de mes plaisirs de rentrée...Merci !

♥ ♥ ♥

Voyages immobiles , chronique n°23

Chose promise,  chose due, néanmoins vu le  nombre de livres lus, je ne vais pas vous en faire une critique détaillée, simplement essayer de vous dire rapidement pourquoi j’ai aimé, et certains plus que d’autres...Avant de partir en vacances, il y a eu une longue période où rien ne trouvait grâce à mes yeux  et si j’ai lu, c’était sans passion hormis un court premier roman dont il faut absolument que je vous parle bien qu’il fasse pas vraiment partie des lectures de l’été...

 les heures silencieuses

Inspiré par un tableau d’Emmanuel de Witte, c’est un premier roman lumineux et délicat qui dessine un touchant portrait de femme en 1667 à travers quelques pages  de son journal intime... C’est tout simplement très beau, porté par une belle langue... 

 

levy musso

Des années que je n’avais pas lu un Marc Levy ou un Guillaume Musso et je dois dire que les deux ont été un agréable moment de lecture, une histoire pleine de poésie pour Le Voleur d’ombres et une bonne surprise pour L’appel  de l’ange avec des personnages attachants, une histoire bien ficelée, du suspense... Mais je vous avoue qu’à part avoir passé un bon moment en les lisant, il ne m’en reste rien ce qui n’est pas le cas de...

 

 trilogie des Neshov T 2 et 3

J’avais lu en aout 2011 La terre des mensonges, le premier tome de cette saga familiale norvégienne et j’avais beaucoup aimé. Une histoire de non-dits, une famille écartelée, de fortes personnalités... C’est avec grand plaisir que je les ai retrouvés dans les deux autres tomes de la trilogie... Une écriture au scalpel pour une histoire sans happy end à laquelle il est difficile de s’arracher, Anne B. Radge excelle dans les portraits de ses personnages et l’art d’établir une atmosphère étouffante pourtant parsemée de moments d’une drôlerie décalée et réjouissante...

 

tout çà pour quoi

Je ne sais pas si vous aviez lu du même auteur “Il faut qu’on parle de Kevin”, personnellement j’avais adoré et j’ai beaucoup apprécié aussi l’adaptation qui en a été faite au cinéma  avec Tilda Swinton. J’attendais donc avec impatience de lire Tout çà pour quoi...

C’est un livre écrit au vitriol qui dénonce le système de santé américain et ses ravages sur la classe moyenne, analyse la place de l’argent dans notre vie, raconte la descente aux enfers morale et financière  d’une famille aux prises avec la maladie de la mère. C’est brillant et vous ne serez pas prêts d’oublier Shep et Glynis, sa femme, Jackson, son meilleur ami qui connait bien lui aussi le système de l’intérieur car sa fille ainée souffre d’une maladie rare( inoubliable portrait d’une adolescente en révolte, condamnée à court terme). La dernière partie est magnifique et apporte une bouffée d’oxygène à un moment où on ne s’y attend plus. J’ai beaucoup aimé cette fin d’où certains personnages sortent apaisés, grandis et changés  à jamais... C’est un livre coup de poing qui ne fait pas dans la dentelle, elle ne nous épargne rien et on n’en sort pas indemne mais c’est puissant et efficace...

 

rompre le charme

 

Aucun préjugé sur  cet auteur d’abord connue pour sa vie privée avant de se faire un nom en écrivant des pièces de théâtre à succès. Elle écrit là sur sa mère et le mot de charme est à prendre au sens de sortilège. Je l’ai lu jusqu’au bout, et vous ne savez que je ne me force jamais si je n’aime pas,  pourtant en refermant le livre j’avais un sentiment d’écriture brouillonne et de n’être jamais vraiment rentrée dedans, de l’avoir lu à distance... En fait il n’aurait pas fallu avoir lu avant “Rien ne s’oppose à la nuit “ de D. de Vigan autrement plus puissant, poignant et magnifique sur un thème somme toute assez similaire...Cela ne veut pas dire que celui-ci n'est pas bon...

 

le facteur des Abruzzes

 

Ce n’est que récemment que j’ai découvert que cette histoire étrange, mélange de réalité et d’imaginaire, a pris naissance dans des évènements survenus dans la vie de l’auteur... Cela se passe dans une communauté albanaise complètement perdue depuis une centaine d’années dans un village reculé des Abruzzes. Des mœurs complètement archaïques, où il est question de dette  de sang, de vendetta,  de virginité, de honte... des personnages hauts en couleurs, Mourad le boulanger qui propose le mariage à toute femme qui passe, Ismaël le libraire kosovar musulman isolé dans ce village de chrétiens analphabètes qui le méprisent autant qu’il les méprise, et Yussuf le facteur qui fait sa tournée même s’il n’a pas de lettres à distribuer et qui les distribue d’ailleurs selon des critères de priorité qui n’appartiennent qu’à lui (Laure, l’héroïne/l’auteur se verra ainsi remettre une lettre écrite dix ans auparavant par son mari !!!) ...C’est une histoire étonnante à découvrir en se laissant porter par une écriture très poétique (L’auteur a obtenu le Goncourt de la poésie pour l’ensemble  de son œuvre en 2011)

le fils 

Michel Rostain écrivain et metteur en scène de théâtre lyrique et musical   a perdu son fils âgé de 21 ans d’une méningite foudroyante en 2003. Avec ce livre, dont le narrateur est le fils disparu, l’auteur fait un récit subtil et intense de ce deuil terrible pour lequel un ami lui a dit “ On peut vivre avec çà”. Et à travers la voix ironique et tendre de son fils  il signe là un vrai hymne à la vie. La demoiselle de Bordeaux qui l’a lu avant moi, l’a beaucoup aimé, j’ai eu un peu plus de mal à le lire parce que trop d’empathie  pour ce père me bouleversait malgré la distance, l’humour et la dignité de ce témoignage sans pathos ni plainte...Avec le recul, et j’en ai quelquefois besoin pour remettre en place idées et émotions au sortir d’un livre, je me dis qu'il fait partie de ces livres forts qu’on  n’est pas prêt d’oublier...

 

le sel de la vie

Une lettre écrite à un ami, un monologue qui détaille sur 80 pages une longue liste de ces menus plaisirs, ces émotions, ces images, ces moments fugitifs de grâce qui superposés les uns aux autres construisent notre personnalité. Dans l’esprit de “La première gorgée de bière et autre plaisirs minuscules” de P. Delerm, mais d’une façon différente puisque Delerm explique, décortique longuement  ses plaisirs minuscules, alors qu'ici il s’agit seulement d’une énumération sans justification ni explication, par association d’idées qui lui sont personnelles mais qui peuvent résonner et faire sens en chacun de nous ...En quelque sorte une belle méditation sur ces petits riens qui font le sel de la vie...A lire sans modération, à grappiller un peu, beaucoup, passionnément...

 

 1Q84

J’ai gardé pour la fin la saga de Murakami dont je suis en train de lire le troisième livre. Je n’avais jamais rien lu de cet auteur, et j’ai plongé avec délice dans l’univers de 1Q84, cette année parallèle à 1984, un univers en décalage subtil mais non moins vivant où brillent deux lunes, où règnent d’étranges lutins, les Little People. On suit l’histoire parallèle de Aomamé et de Tengo, ils ont été ensemble à l’école primaire durant deux années, ne se sont jamais revus, on pressent qu’il leur faudra se retrouver, mais où? quand ? Je préfère ne rien vous dévoiler de cette œuvre hypnotique et fascinante. J’aime vraiment beaucoup l’écriture de Murakami, les portraits ciselés qu’ils dresse de ses personnages, l’atmosphère étrange qu’il installe au fil des pages où la normalité la plus absolue et  presque la plus banale côtoie le merveilleux. Mais ne vous y trompez-pas, le monde qu’il décrit n’est pas un monde tendre, c’est un monde de sectes, de fanatisme religieux, de violence, de sexe dont il parle avec poésie et douceur tout autant qu’avec crudité ...  Mais il parle aussi d’amour pur,  de solitude, d’écriture...Envoûtant !

Merci de m’avoir suivie jusque là, je suis sûre que chacun pourra trouver son bonheur parmi cette moisson de titres, j’espère vous avoir donné envie d’en découvrir  quelques uns, bonne lecture !

DSC02845

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 00:01 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :


lundi 3 septembre 2012

Le sel de la vie...

Aimer la fin des vacances et le retour à la maison, les petits matins frais qui annoncent la fin de l’été, retrouver mon jardin encore fleuri grâce aux bons soins d’une voisine, aimer être accueillie par les anémones du Japon aux graciles  corolles,

DSC02727

aimer cueillir une brassée de cosmos sur le bord de la route, un de ces petits plaisirs de la rentrée dont je ne me lasse pas,

DSC02740

poser à côté du bouquet, quelques torchons anciens chinés et une serviette brodée, et laisser vagabonder mon esprit sur ces matières si belles et la manière de les utiliser en les mettant en valeur et en rendant hommage à celles et ceux qui les ont tissées, cousues, brodées,

matières été 2012

  aimer cueillir la lavande plantée cette année, la mettre à sécher sur un tamis ancien, puis l’égrener en imaginant les futurs sachets qui viendront l’habiller pour ensuite embaumer les armoires,

DSC02712

installer un énorme broc de toilette chiné cet été sur la table dehors à côté de la soupière, aimer cette association,

DSC02713

aimer classer les photos de l’été, se réjouir de ces instantanés qui fixent durablement dans le souvenir les détails de doux moments en famille, comme ce joyeux pique-nique vespéral, sur les hauteurs au dessus de Sare,

DSC02351

la lumière onirique d’une balade matinale sur la plage un jour,

DSC02692

les couleurs intenses de l’eau et du ciel un autre jour,

DSC02586

aimer m’apercevoir que la canicule tant détestée a au moins eu un avantage:

celui de me permettre de nombreux voyages immobiles

DSC02694

J’ai emprunté à Françoise Héritier le titre de son livre pour ce  billet, je vous en parlerai avec celles de mes lectures que j’ai préférées dans mon prochain billet...A très vite!

♥ ♥ ♥

 

Posté par cathfd à 18:32 - - Commentaires [90] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 16 juillet 2012

Retrouver son âme d’enfant...

“Allo, Mme D. êtes-vous toujours intéressée par la boîte dont nous avions parlé ?...Eh bien, tout dépend du prix que vous en voulez bien sûr... 20 euros ...Alors oui avec grand plaisir !!!”

C’était  une quinzaine de jours après ce fameux vide-maison, la dame devait voir avec ses filles si elles étaient intéressées, elles ne l’ont pas été si bien que...

DSC01990

♥ Revenir toute excitée avec LA boîte, la vider et la nettoyer d’abord, elle était recouverte d’une épaisse couche de poussière accumulée au fil des années dans la cave, laver le contenu ...

La teinter pour enlever ce côté neuf du bois blanc alors qu'elle doit avoir 50 ou 60 ans voire plus...(teinte effet grisé de Libéron)

Fabriquer un couvercle, trouver exactement les initiales de son ancienne propriétaire sur une serviette de table chinée ailleurs, capitonner les parois intérieures de lin avec un passepoil sur le bord...

détails boite

♥ Enfin la regarnir joyeusement de son contenu, en cherchant la meilleure disposition,  imaginer la petite fille qui avait un jour reçu ce cadeau et joué sans doute des heures avec et qui avant moi déjà, rangeait soigneusement dans cette boite...

sa dînette !

DSC01996 

♥ Tailler et ourler à la main dans un torchon irrécupérable trouvé dans la même maison, deux torchons à la mesure de la dînette ( les assiettes font 12,5 cm de diamètre, le grand plat ovale mesure 18 cm de long), les marquer de ruban chiffré...

Une fois trouvé l'agencement idéal, se régaler à ressortir toutes les pièces une à une pour mieux vous les montrer !

 DSC01997

 

♥ Dresser un inventaire et l’inscrire sur une étiquette collée à l’intérieur du couvercle (image Graphic fairy ), s’émerveiller que toutes ces pièces aient passé les ans sans dommages ou presque, car mis à part le compotier qui avait dû voler en éclat et qui est tout “raccommodé”,  une anse de tasse cassée, un léger fêle sur le saladier, le reste est en parfait état... Elle devait y tenir à sa dînette la petite Marie !

dînette détails

(Il manque sûrement des pièces: des tasses notamment, peut-être un pichet aussi et une cafetière, car les services de poupée d’autrefois reprenaient  en miniature les grands services de table alors en usage ...)

♥ Imaginer que parfois, je dirais “je suis très occupée” mais qu’en réalité je serais en train de jouer avec la dînette de Marie, ouvrir la boîte, sortir quelques pièces, partir dans une douce rêverie, et puis qui sait, chiner un jour des couverts de poupée...

DSC02012 

Mille Mercis

pour vos adorables messages sur mes petits espaces de rêverie au jardin,

je vous y accueillerais bien volontiers le temps d’une tasse de thé et d’un échange informel et amical...

Le temps est venu d’une pause estivale, je vous souhaite un bel été et je vous dis

à bientôt ...

Posté par cathfd à 00:02 - - Commentaires [96] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 10 juillet 2012

Invitation à une douce oisiveté...

Les beaux jours étant enfin là, il fallait que je me dépêche de mettre en service ce petit lit chiné chez les compagnons l’automne dernier qui attendait encore que je me décide quant à son sort...Le laisser se rouiller ? J’en ai un à l’intérieur de la maison. Le repeindre en blanc (sa couleur d‘origine)? Non, je l’ai repeint en gris, comme les boiseries de la maison et le pied du guéridon bistrot qui est à côté a subi le même sort...

DSC01728

Ensuite je me suis attaquée à  sa garniture afin de le rendre douillet et accueillant...

 coussinagecoussinage 2

Du chanvre, du lin, du jute... Un grand napperon rond chiné m’a inspiré pour un grand coussin rond bien moelleux, le napperon teint et retaillé doublé d’un reste de chemise ancienne teinte dans une autre nuance, un passepoil rayé, un entourage en lin anglais de chez Cabbages & Roses rapporté de Londres par ma grande... J’ai adopté la méthode proposée dans le dernier Marie-Claire Idées  pour ce type de coussin, il est ainsi déhoussable facilement et  me permettra le repassage facile et efficace du centre brodé: la bande froncée est coulissée derrière tout simplement par dessus le coussin intérieur.

Un grand coussin rectangulaire dans un immense et solide torchon de chanvre trouvé dans le vide-maison dont je vous ai parlé il y a quelque temps, sur la rayure atypique duquel j’ai cousu, sur une face, un ruban d’Aurélia qui n'en laisse apparaître que la crénelure, un effet décoratif  sympa, je trouve...

Deux coussins carrés, dos en chanvre et face avant en lin anglais et un petit coussin rectangulaire dont la face avant a été  taillée dans un sac à café “chiné” chez mon torréfacteur  sont venus compléter ce coussinage. Je me suis amusée à lui faire un passepoil en lin anglais, trouvant le contraste entre les deux matières intéressant et son dos est réalisé avec deux chutes de chanvre différents  et fermé par deux boutons de nacre joliment incurvés chinés  et une grosse ficelle de lin nouée...Un ruban et une pièce de lin imprimé d’Aurélia se sont posés sur le jute ainsi qu’un cœur en zinc noué de satin violet...

Le tout est posé sur un matelas de mousse houssé d’un vieux drap en chanvre brodé à mes initiales  dont j’ai refait la couture centrale en la renforçant (couture rabattue) et en la déplaçant pour la garder au milieu du matelas et surtout pour garder en vue les initiales qui étaient tout au bord du drap...

DSC01943

A défaut d’arbre et d’ombrage bienfaisant, c’est un parasol qui apporte un peu  de protection à cet espace où il fait bon s’installer le matin quand la grange étend encore sur lui son ombre  fraiche et le soir quand l’ardeur du soleil s’adoucit...J’ai planté juste derrière trois pieds de lavande dont le parfum en fin de journée sera un petit bonheur pour qui viendra s’installer là...

 DSC01945

♥ ♥ ♥

Ce matin-là, j’avais cueilli quelques têtes d’hortensias, car en 48 heures de chaleur intense elles avaient commencé à griller comme en  plein mois d’août, pour les rentrer dans la fraicheur de la maison où elles m’offriraient encore quelque jours,  leur délicatesse et leur douceur...

DSC01925 

Une brassée de rose à mauve clair  rassemblés dans le Médicis au pied de l’escalier et deux fragiles têtes de cette variété que j’aime tant, les pétales très clairs ourlés de rose plus foncé et  tiges et nervures rouges, ont été rejoint par trois branches de lavandin dans un vase ampoule en verre...

bouquets d'hortensias ♥ ♥ ♥

Sur ma lancée, j’ai fabriqué un grand coussin dans le sac à café, doublé de tissu rayé et deux autres carrés rayés doublés toile de Jouy coordonnée, ils rendent plus accueillant le banc dans le jardin derrière la cuisine...(un des coussins carrés est installé devant le mur de la maison sur un banc de  pierre)

DSC01947

DSC01948

Ensuite, j’ai cousu...

DSC01926

Je vous raconterai cela une autre fois !!!

édit de 9h35: 

Hélas , le beau temps qui était bien là quand j'ai pris ces photos s'est envolé depuis,et le petit lit est resté vide depuis de nombreux jours, car les coussins passent la nuit à l'abri de l'humidité, le matelas sous housse dans la grange, les coussins du lit sur mon canapé, les autres dans la grange aussi... je ne me hasarderais pas à les laisser en permanence dehors ! Le Béarn est une région très très verte, très très arrosée !!!

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 12:48 - - Commentaires [101] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 2 juillet 2012

Pochettes aux demoiselles (suite)...

Ce n’est pas sur une mais sur trois cartes de Gaëlle Boissonnard que j’avais craqué ce printemps et moi qui n’aime pas faire deux fois la même chose, je me suis lancé le défi de réaliser trois pochettes différentes sur un même schéma...

 Pour vous présenter la seconde, j’ai associé du rose et du gris !!!

DSC01793

Six serviettes  de table chinées il y a trois ans, teintes  ces jours-ci avec le rose fuchsia n°29 (une cuillère à soupe ? j’ai oublié le dosage exact.. Tu devrais noter ! me dit chaque fois monsieur Rose & Gris et il a raison ...) Un joli monogramme inscrit dans un losange, une incrustation  dans un angle, une double rangée de jours sur tout le tour et un lin granité très agréable à l’œil et au toucher...A côté un faitout en tôle émaillée grise en parfait état hormis le couvercle où quelques éclats sont les  témoins de ses bons et loyaux services passés...

serviettes rose soutenu 

La pochette est en lin rose, la demoiselle est transférée sur un carré de tissu à pâquerettes sur fond gris de la Droguerie, lui-même posé sur une bande échantillon de tissu brodé violine donné par ma sœur. Et comme j’ai bordé cette bande d’un galon fleuri, pas de passepoil pour cette pochette-là pour ne pas la surcharger... le même petit imprimé pâquerettes a été utilisé pour doubler la bandoulière et la pochette...Une discrète touche de bleue sur la carte reprise par un bout de biais entre deux autres rubans sur le côté...Cette fois-ci le froufrou est dans le même lin rose que la pochette...

pochette rose détails pf

Pour la troisième , il se trouve que j’avais d’abord eu un coup de foudre pour un biais à la Droguerie et que cette carte là s’associait parfaitement avec ce biais, pour une pochette dans les couleurs estivales, ensoleillée par l’orange et rafraichie par le bleu turquoise, une couleur que j’aime depuis toujours porter l’été...

DSC01803

Sur fond de lin naturel, la demoiselle qui danse avec les étoiles et la lune dans sa robe de nuage est posée sur un coton satiné turquoise, que l’on retrouve en doublure de la pochette et de sa bandoulière. Ce carré est posé sur une superbe dentelle ancienne sur tulle blanche, qui fait écho à la robe de la demoiselle,  dentelle bordée d’un simple croquet blanc.Tu la reconnais, Monica ? Le biais qui m’avait inspiré m’a servi à faire le froufrou et à border la poche intérieure...

Chèche emprunté à la demoiselle de Poitiers pour la similitude parfaite de ses couleurs avec les miennes !

pochette lin naturel 

Sur la première photo vous pouvez voir une toute petite tasse  et sa sous-tasse. Je vais vous raconter son histoire, je ne l’ai pas chinée, pourtant elle est ancienne et elle a fait un très long voyage...

DSC01806

Mon grand-père maternel, professeur de philo-latin-grec était aussi principal de collège et il avait reçu toute une année un ou deux étudiants chinois qui avaient vécu au pensionnat du collège. Ce sont eux qui avait apporté en cadeau cette tasse, enfin j’imagine  un service complet mais elle est la seule rescapée, c’est maman qui à l’époque était enfant, dans les années 20-30, qui m’a raconté l’histoire et transmis la fameuse tasse, elle y tenait beaucoup...Il faut dire que dans ces années-là côtoyer des étudiants chinois devait paraitre sacrément exotique, les échanges  estudiantins ne connaissaient pas la même vogue et la même facilité que maintenant... Ce n'était pas des collégiens, comment mon grand-père avait-il été amené à les recevoir ? comment le contact avait-il été noué ? Je ne le sais pas, je peux juste imaginer...

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 00:02 - - Commentaires [69] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 25 juin 2012

Retour de chine...

 Vous me dîtes souvent que j’ai un œil de lynx, je vous en remercie, mais il faut que je vous fasse une confidence, j’ai la chance d’avoir un mari atteint du même virus de la chine que moi. Il est très attentif et déniche souvent des merveilles que je n’avais pas vues, quand je m’attarde devant un stand, il file en éclaireur sur les autres pour ne pas laisser partir ailleurs la huitième merveille de la chine, celle qu’on espère tous,  qui nous fait mettre un réveil le dimanche matin et partir parfois dans le froid ou sous la pluie. S’il pense l’avoir trouvée, il revient vite me chercher. Ce n’est donc pas avec mes deux yeux seulement que je chine, ce sont quatre yeux aiguisés qui scrutent les étals ! Alors permettez moi de lui dire  ici merci: merci à toi sans qui les chines du dimanche n’auraient pas la même saveur, merci pour ton enthousiasme et ta patience...♥ !

DSC01809

Trouvé sur le même vide-grenier que le morceau de frise (dont finalement je pense qu’il n’est pas en zinc à cause de sa malléabilité, mais en plomb ce qui veut peut-être dire qu’il est beaucoup plus ancien !) ces deux petites nappes à thé en lin brodé à 1 euro pièce. L’une a déjà revêtu son habit de couleur mauve et l’autre attend mon bon vouloir...Un très joli travail de broderie ajourée et de d’œillets minuscules, un monogramme dans un angle et à l’opposé un motif de richelieu rond, une guirlande de feuilles découpées et d’œillets remplace les jours et fait le tour des nappes, un  travail minutieusement exécuté...

nappes à thé détails

Un samedi nous avons fait dans un village voisin, un vide-maison dans une ambiance sympathique et atypique car les gens qui l’organisaient,  légataires de la maison, découvraient en même temps que nous le contenu des armoires et de la cave. Tandis que nous mettions de côté ce qui nous nous souhaitions peut-être acheter, eux mettaient de côté ce qu’ils souhaitaient garder pour eux. Nous étions les seuls acheteurs ! Dans une armoire, j’ai trouvé 4 morceaux inégaux de bandes festonnées main pour une longueur totale de 4m...

DSC01740

et deux grands draps en lin avec couture centrale et un monogramme magnifique, bien que mon armoire commence à déborder, à 10 euros pièce, impossible de les laisser, je suis sûre que vous serez d’accord avec moi !

DSC01738

Admirez l’extraordinaire qualité de la broderie, son épaisseur, sa régularité...C’est sans doute l’un des plus beaux monogrammes de tous ceux que j’ai chiné au regard de cette perfection...

DSC01739 

J’ai trouvé six assiettes à dessert Digoin de la série Aquitania, que je vous présente en compagnie d’autres assiettes chinées précédemment et que je ne vous avais pas encore montrées...

DSC01814

En haut les Digoin Aquitania, en bas à droite cinq assiettes plates Digoin modèle Cannes chinées sur un vide-grenier à Lourdes et juste à côté deux petites assiettes aux iris de Gien datant de 1878 chinées à Poitiers pour 2 euros (avec une petite assiette de Sarreguemines ). L’association des petites Digoin et des Gien est très jolie sur une table car les couleurs sont absolument identiques...

faïences 

Pour rester dans la vaisselle, voici une soupière chinée 3 euros il y a quelques mois. Elle est assez abimée à l’intérieur, mais cela ne me gène pas je ne l’ai chinée que pour l’installer sur la table de jardin où elle fait merveille avec les chaises bleues et la cabane rouge à proximité... Le modèle s’appelle Marie mais la marque est illisible, est-ce une Digoin ? peut-être pourrez-vous me le dire...

DSC01725

Revenons à  notre vide-maison, c’est dans la cave que nous avons déniché le plus de choses, comme ces pots à confiture de petite taille, exactement ceux dont les prix s’envolent en brocante de façon excessive, six coniques, les plus recherchés et un droit, tous différents mais de taille à peu près identique, idéale pour les desserts ou les petites sauces, voire même les  petites salades en entrée ...

DSC01750

 et ce très joli bocal des années 50/60 avec son couvercle en bakélite, joint intérieur en liège et ses étiquettes d’origine, le seul à les avoir conservés parmi les nombreux bocaux présents...

bocal la poule au pot

Les anciens propriétaires des lieux vendaient de l’épicerie sur les marchés jusqu’à ce que les premiers supermarchés arrivent et de ce passé,  restait aussi un carton de papeterie publicitaire. Des protège-cahiers et blocs-notes de la chocolaterie Lanvin,  des blocs-notes de la fromagerie Bel (La vache qui rit née en 1921) , et  de la fromagerie Grosjean qui concurrençait directement la Vache qui rit avec sa Vache sérieuse  née en 1926 ! Pendant des années, la guerre des deux vaches fit rage jusqu’à ce que la justice interdise en 1959 à Grosjean de commercialiser sa Vache sérieuse. Ce fut la plus grosse affaire  de contrefaçon à laquelle dut faire face la fromagerie Bel...

papeterie publicitaire

Les murs de la cave étaient entièrement tapissés de caisses en bois de chicorée Leroux, nous en avons ramené deux,  elles sont nettoyées et l’une d’elles est en cours de transformation.  A suivre donc...

 

DSC01835

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 00:05 - - Commentaires [81] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 22 juin 2012

Curiosité...

D’étranges visiteurs sont arrivés au fond de notre jardin...

clathre grillagé 1

 Un œuf ? mais de quelle espèce ?

Après “l’éclosion”, regardez, c’est surprenant...

 les clathres

Il s’agit d’un champignon CLATHRUS RUBER: le clathre rouge ou clathre grillagé, surnommé encore cœur de sorcière ou lanterne du diable ! Lorsque l’œuf éclot, une lanterne grillagée aux mailles  polygonales irrégulières se déploie, ses lanières sont spongieuses, molles, fragiles et couvertes d’une substance visqueuse verdâtre bourrée de spores qui dégage une odeur pestilentielle attirant les mouches  qui vont assurer la diffusion des spores... On trouve cet étonnant champignon dans le sud de la France, en Corse  et sur le littoral atlantique plus particulièrement du printemps à l’automne... Bien que sa toxicité ne soit pas démontrée,  vous ne serez pas étonnés d’apprendre que ce champignon est délaissé par les cueilleurs !!! Si dans l’absolu , c’est une petite merveille de la nature, je puis vous assurer que de près, cet espèce d’extra-terrestre est parfaitement déplaisant en raison de l’aspect de ses lanières et de son odeur catastrophique...Il ne manquerait plus que le jardin en soit envahi, je les ai éliminés sans pitié !!!

♥ ♥ ♥

Tant qu’à être envahie , je préfère ces envahisseurs-là...

 

Fraises des bois

Un coin du jardin derrière la grange est colonisé depuis l’an dernier par des fraisiers des bois qui se sont installés si bien que tous les deux ou trois jours selon le temps,  j’en ramasse une coupe pleine...

DSC01668

♥ ♥ ♥

Je vous donne rendez-vous lundi pour vous montrer quelques chines...

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 09:12 - - Commentaires [67] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 18 juin 2012

Une carte, une pochette...

Je suis fan des demoiselles de Gaëlle Boissonnard, vous le savez et une copinaute aussi qui m’envoie régulièrement une de ces cartes préférant souvent ainsi la conversation épistolaire au commentaire du blog. Et vendredi, j'en ai reçu une, qu'elle a choisie tout spécialement parce qu’elle trouvait qu’elle “collait” bien à mon blog, à mes couleurs et à mes goûts...

Elle était loin d’imaginer à quel point...

DSC01779

Posée sur un immense torchon d’office récemment chiné et aussitôt passé à la poudre magique (mélange de lie de vin n°51 et de violet intense n°30 avec un peu plus de violet)  et un bouquet d’hortensias tout juste cueilli chez mes beaux-parents, la demoiselle  est en parfaite harmonie avec les serviettes de table que je viens de teindre... Vous vous souvenez de cette chine fabuleuse à domicile, j’avais pris 18 serviettes de table (pour 3 euros) sans trop en attendre des miracles vu leur “tristitude” et  j’avais réussi à en récupérer 12 en parfait état... Je les ai teint en dégradé ...

DSC01777 

(mélange égal de lie de vin et de violet intense, la différence avec le torchon est importante mais la matière n’est pas du tout la même, ceci explique aussi cela !)...

monogrammes détails couleurs

Et cette fameuse carte, une des nouveautés printanières de la dessinatrice, j’avais eu un coup de foudre pour elle il y a quelque temps déjà et j’avais immédiatement imaginé une pochette où elle viendrait se poser...

DSC01786

J’avais envie de froufrous, de quelque chose de très féminin et je n’avais pas eu beaucoup à réfléchir pour trouver des associations qui me ravissent: un lin gris, une bande de dentelle grise reçue en cadeau, un satin uni pour la bandoulière et le passepoil,   un joli fleuri pour doubler la pochette, une poche intérieure bordée d’un très joli ruban froncé pour le portable (même lin gris que l’extérieur, la couleur des photos du bas n'est pas exacte!), un petit fond amovible de double épaisseur de jeffitex habillé du même tissu que la doublure de la bandoulière, un petit volant  de liberty assorti à la robe de la demoiselle, un peu de ouatine pour la tenue...

pochette Gaelle Boisssonard 1

Tu vois Danielle, tu ne pouvais pas mieux choisir et cette carte est l’une de mes préférées parmi ma collection !

 DSC01780-001

♥ ♥ ♥

Petit message personnel:

Lucile, je pense fort à toi aujourd'hui...

♥ ♥ ♥ 

Posté par cathfd à 00:02 - - Commentaires [90] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 14 juin 2012

Zinc, atout charme du jardin...

Cela avait commencé par un arrosoir, une bassine, puis un broc, et cela commençait à ressembler à une mini collection... Sur les brocantes ou vide-greniers, difficile de passer à côté de ces pièces intemporelles surtout lorsque leur prix est raisonnable voire riquiqui  et surtout que leur forme... comment dire ? lorsque c'est exactement celle qu’on n’a pas ! car vous êtes d’accord ce n’est pas drôle d’accumuler des modèles identiques, mais beaucoup plus  de mettre la main sur des formes originales voire un peu rares...

C’est ainsi qu’à Bonnieux j’ai eu le coup de foudre pour un nouvel arrosoir...

les arrosoirspf

Tout à droite, regardez, n’est-il pas intéressant avec sa forme si particulière et cet arrondi qui permet d’y glisser la main et de le porter facilement lorsqu’il est plein... Il a vécu et porte sur lui les traces d’un passé  besogneux et rude, soumis aux aléas du climat qui ne l’a pas épargné, poignée un peu enfoncée, traces de rouille, étanchéité défunte... il a  donc bien gagné le droit de se reposer dorénavant  dans mon jardin tandis que travailleront ses collègues...

♥ ♥

les brocs

Contre le mur de la grange, ce sont les brocs que j’ai rassemblés devant une grille chinée et repeinte en rouge, histoire avec cette mise en scène d’attirer l’œil et de détourner l’attention d’une partie du mur  rebouchée, quelle hérésie, avec des moellons ! Le pichet central est le dernier chiné à Soumoulou (il y a plusieurs mois, je dois bien l’avouer!) J’aime beaucoup cette forme différente...

♥ ♥ ♥

l'abreuvoir sur le banc

Sur un coin du banc, a pris place un abreuvoir   atypique et original, sans doute à pigeons, trouvé à Villeneuve les Avignon. Très ancien et rare, m’a dit le brocanteur, ce que je veux bien croire car je n’en ai vu passer aucun d’identique ni sur les brocantes, ni sur les blogs et mes recherches sur google sont restées vaines...

l'abreuvoir détails 

On trouve couramment l’abreuvoir avec une gouttière circulaire mais je n’avais jamais vu ce type avec six trous et un pétale de zinc sous chacun des trous...Et vous, en aviez-vous déjà vu ?

Edit du 20 juin: Philippe de Gris-bleu avait chiné en 2008 un abreuvoir différent des classiques abreuvoirs circulaires, avec un trou et un "pétale" de zinc vous pouvez le voir ici et grâce à Yvette j'ai appris  que le mien est un abreuvoir à poussins. Lorsqu'elle était enfant, ses parents élevaient des poussins et tous les abreuvoirs étaient du même type que celui que j'ai chiné, suspendus au ras du sol pour rester accessibles aux poussins mais ne pas se souiller au contact de la terre....Merci Yvette!

♥ ♥ ♥ ♥

la frise de zinc

Enfin, pour 1 euro, oui vous avez bien lu, cet adorable morceau de frise de zinc chinée à Pau. Une chute qui avait dû être conservée à l’abri, car elle est comme neuve... Pour l’instant simplement posée au sol devant l’échelle de bambou et les bouteilles anciennes pour que les intempéries la patinent un peu, avant de  la rentrer  dans la maison un peu plus tard... Dans la bouteille la plus étroite, une bouteille  de cognac, sont rassemblées les tiges métalliques de coquelicots en céramique trouvés chez Jardins animés qui viennent créer la surprise et mettre un peu de couleur devant le vieux mur en attendant que fleurissent les hortensias...

Et bien que ce ne soit pas du zinc, je vous montre deux autres objets métalliques à l’intérieur de la maison cette fois, suivez-moi...

DSC01763

Une balance Roberval émaillée turquoise chinée sur l’île d’Oléron en mars, à laquelle il manque l’aiguille et je ne m’en suis aperçu que plus tard, dont les plateaux ne sont pas d’origine et donc, pas à la bonne taille !!! Il reste encore à nettoyer le mécanisme, les plateaux, quant à eux, après un bain d’acide citrique ont retrouvé un éclat oublié depuis longtemps. Devant à gauche, une adorable petite boite de coton à repriser “A la croix” en tôle lithographiée, chinée à Bonnieux et dont l’intérieur est bleuté aussi, ce n’est pas le reflet de la balance ! Du coup, j’ai rassemblé des objets aimés aux couleurs en harmonie: une coupelle artisanale à la forme et aux couleurs superbes, reçue en cadeau, une poterie découverte chez des amis et achetée l’année suivante  à Florence (tu te souviens, Michèle?), poterie dont je suis toujours amoureuse dix ans après et une serviette à thé brodée de bleuets par Maman. La nappe et les serviettes furent sa dernière broderie, elle attendait alors ma naissance...

harmonie de bleus

J’ai plein de trésors de chine à vous montrer, et j’espère ne pas vous faire attendre trop longtemps (n’est-ce pas Sophie !) Il faut dire que l’appel du jardin  (quand il ne pleut pas) et mille occupations dans la maison me rendent un peu moins disponible sur l’ordinateur ... Pourtant vous me manquez, alors à bientôt!

♥ ♥ ♥

 

Posté par cathfd à 00:15 - - Commentaires [82] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 29 mai 2012

Couleurs de Provence...

Petit aparté pour vous remercier de vos nombreux commentaires sur le billet précédent.  Je suis ravie que vous ayez apprécié d’apprendre l’histoire de ces mannequins mythiques qui nous font toutes rêver...Votre enthousiasme et  votre  intérêt sont pour moi un plaisir toujours renouvelé et une fabuleuse motivation ...

Une escapade de quelques jours en Provence et dans la Drôme pour conjuguer retrouvailles familiales et exposition-vente de Villeneuve les Avignon. La découverte émerveillée d’une profusion de fleurs qui font de chaque sortie un enchantement... Le  bleu des iris, ici le long de l’allée de platanes d’un château viticole,  une vision féérique et grandiose... Le rouge des coquelicots, une explosion  de gaieté  qui aurait ravi Monet... Le vert cru des vignes et des jeunes raisins et celui plus doux des céréales ondoyant au gré du mistral...Le jaune éclatant et ensoleillé des odorants genêts...Le bleu lumineux d’une fragile petite fleur qui recouvre des pans entiers de collines (des bragalous ou aphyllante de Montpellier dite encore "oeillet bleu de Montpellier" merci Dadou)...Les camaïeux de rose des pivoines, reine incontestée du marché aux fleurs de la place de l’Hôtel de Ville d’Aix...

sannesIris 4DSC01166 coquelicotsvignescéréalesDSC01343 sDSC01577 pivoines 

Ma mise en page est inspirée par celles d’Anne que j’aime beaucoup . Si vous ne la connaissez pas, allez vite lui rendre visite, vous découvrirez une artiste aux multiples talents, des textes fins et ciselés, de belles photos et un partage généreux de ses carnets de voyage...

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 00:00 - - Commentaires [82] - Permalien [#]
Tags : ,