lundi 14 mai 2012

Stockman & Cie... la suite !

Vous avez tous constaté comme moi qu’en matière de chines il y a parfois des hasards stupéfiants qui mettent sur votre chemin en plusieurs exemplaires et en peu de temps quelque chose que vous avez cherché durant des mois voire des années sans trouver... C’est ainsi qu’un TROISIEME mannequin est entré dans ma maison !!! Un vrai Stockman plus ancien encore que la svelte silhouette de la décharge, à la toile noire et à la silhouette caractéristique  de la fin du XIXe siècle, le ventre creusé, la taille très fine, inspirée de celle de l'impératrice Eugénie...

Je vous présente Adélaïde...

 DSC00830

L’histoire des mannequins est passionnante et étroitement liée à celle  des vêtements féminins. Saviez-vous que les premiers mannequins étaient en osier, puis en fil de fer  et enfin  en carton cousu, molletonné et recouvert de tissu. C’est  à un tailleur pour dame, Alexis Lavigne, inventeur du mètre ruban et d’une école de couture qui existe toujours sous le nom d’Esmod, que l’on doit cette invention qui va révolutionner le monde de la couture et ensuite  l’industrie du vêtement lorsqu’interviendra un de ses anciens élèves, Frédéric Stockman, qui fera passer la fabrication des mannequins d'un stade artisanal à industriel en les standardisant.  Mannequins hommes et femmes sont numérotés, le chiffre correspond à la moitié du tour de poitrine, pour les enfants, le chiffre fait référence à l’âge. Si en 1865, M.Lavigne vendait une cinquantaine de bustes par an, en 1900, plus de 30 000 sont écoulés dont la majorité porte la signature Stockman...

Si vous voulez en savoir plus sur cette réussite exemplaire, lisez cet article  passionnant...

(Merci à Peggy  de “La malle ô bidulles” chez qui j’avais trouvé ce lien.)

DSC00823

Sur cette belle silhouette, un autre de mes cols, en organdi brodé et dentelle de Valenciennes fermé par un bouton en métal ancien orné d’une fleur de fuchsia, un long sautoir en  rocaille de  jais début XXe donné par ma belle-mère et un chapelet en nacre chiné. C’est la reine Victoria qui lança la mode des bijoux de deuil en jais, cette matière fossile proche du charbon composée à  70-75% de carbone pur dont la dureté permet le polissage. Il y avait des mines de jais ou “jayet” en France  et toute une industrie, notamment en Ariège, qui déclinera avec différents facteurs, entre autres la perte des coutumes de deuil et la concurrence de nouveaux matériaux: le verre teinté de Bohême,  la galalithe puis le plastique... Le jais était utilisé pour des bijoux  ainsi que  de nombreuses parures et plus couramment pour les boutons jusqu’en 1930.

Stockman détails

Adelaïde veille sur le palier de repos de l’escalier à côté d’un miroir. Une fine guirlande  de roses drapée sur celui-ci accentue le romantisme de l’ensemble ainsi qu’une bourse en  toile de soie brodée doublée de moire rose chinée récemment à Tarbes, d’une fraîcheur exceptionnelle et dont le rapprochement avec le mannequin s’est imposé comme une évidence...Un plaisir chaque fois que nous empruntons l'escalier...

DSC00809

Grâce à Angélique, brodeuse émérite, j'ai appris que cette jolie bourse ancienne est brodée au point de Beauvais, un point très solide qui nécessite un vrai savoir-faire dans le maniement du crochet nécessaire à son exécution... Une découverte pour moi, car j'ignorais l'existence de ce type de broderie...

DSC00810

Dès 1890 les pieds tournés en chapelet des mannequins destinés à être posés au sol (une succession de boules, voir la publicité en début du post précédent, les deux mannequins de droite ont un pied en chapelet) commencent à laisser place au pied en balustre qui est devenu et resté depuis, le standard...

 DSC00805

Un jour, peut-être trouverai-je un Stockman enfant, ou un buste de comptoir idéal pour présenter encore un de mes cols ou encore un de ces fabuleux mannequins prolongés par une jupe d’acier tels que celui de droite sur la photo ci-dessous...

mannequins littleemmaenglishhomehttp://littleemmaenglishhome.blogspot.com

Les prénoms que j'ai donnés  à mes mannequins n'ont pas été choisis au hasard,

 ce sont des prénoms usités dans ma famille fin XIXe et début XXe siècle !

frise stockman pf 

Posté par cathfd à 00:15 - - Commentaires [92] - Permalien [#]
Tags : ,


jeudi 26 avril 2012

Stockman & Cie...

 

publicité pour mannequins en couture

Publicité parue dans La mode Parisienne de 1894

Un rêve de mannequin ancien, un concours de circonstances inouïes, souvenez-vous (c’était ) et mon rêve commençait à prendre forme...

Très peu de temps après sur un vide-grenier, j’ai trouvé un autre mannequin, plus récent, à la silhouette plus massive, la toile assez abimée, mais je n’ai pas résisté à son tout petit prix (35 euros) et c’est ainsi que depuis quelques temps, un couple s’est invité dans ma salle à manger...

Je vous présente Valentine et Anatole...

DSC00803

DSC00789

Toiles dépoussiérées, piétements repeints en “Off-black” de F&B, il arborent fièrement  un grand col de dentelle pour l’une et  un faux-col bien amidonné parfaitement à sa taille (tour de cou 38) pour l’autre. L’occasion de vous montrer quelques chines ... Le col, en dentelle d’Irlande incrusté de broderies sur tulle, l’un de mes préférés dans ma collection, est fermé par un bouton en émail peint à la main récemment chiné...

bouton émaillé

DSC00790

Elle porte en pendentifs trois médaillons chinés avec des photos de famille, les deux noirs sont des médaillons de deuil Napoléon III. C’est la reine Victoria qui avait lancé cette mode à la suite du décès de son époux. Le médaillon pouvait renfermer un portrait peint ou une mèche de cheveux...

médaillonsMon père en communiant, mon arrière grand-mère maternelle bébé et sa fille, jeune femme...

mannequins détails

Faux-col fermé par un bouton de nacre grise chiné en 2009, bagues de serrage en laiton et en aluminium...


Posté par cathfd à 17:41 - - Commentaires [82] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 17 avril 2012

Inattendue autant qu’inespérée, une chine généreuse...

Cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de chine et pourtant j’ai chiné tous ces mois passés, manque de temps ou d’envie, je n’ai pas fait de “retour de chine”... Mais là, c’est une chine tout à fait étonnante que je vais vous montrer, étonnante par ses circonstances et par son contenu généreux, enfin je trouve...

Le lundi de Pâques , il y avait un  vide-grenier dans les environs, avec les vêtements, jouets et divers plastiques qui sont désormais plus courants que les objets sortis des greniers. Néanmoins un stand était tenu par une dame qui d’après ce que j’ai compris vidait la maison de sa maman partie en maison de retraite et elle était loin d’avoir tout amené ce jour-là. Je lui ai acheté pour 1 euro cette petite cloche à la poignée ouverte sous laquelle sont venues se poser deux de mes plumes en papier...

DSC00534

Echange de téléphone, rendez-vous  pris et deux jours après, nous voilà partis monsieur Rose & Gris, une amie de chine et moi, chiner à domicile... C’était à la fois très amusant et excitant, car il y avait des cartons partout,  et à première vue pas grand chose d’intéressant. Pourtant, j’ai fini par dénicher quelques trésors, trésors à mes yeux évidemment, tout est relatif ! D’un premier tri j’avais sélectionné cela...

DSC00526

Un cartel d’horloge joliment travaillé avec un gentilhomme contant fleurette à sa belle laquelle détourne pudiquement la tête, un premier petit porte-chapeau (j’ai trouvé le deuxième plus tard), 4 fleurs de lys en métal blanc, enfin blanc une fois nettoyées car elles étaient plutôt noires d’oxydation et surtout...18 serviettes de table monogrammées de belle taille ! Elles étaient très tachées, piquées, jaunies et je ne savais pas si j’arriverais à en récupérer quelques unes d’utilisables, au pire les monogrammes de fort jolie facture seraient eux récupérables... Après un double lavage à 95°, je peux dire que j’ai eu raison de les prendre surtout que la dame m’a fait le lot à ...3 euros ! quelques unes nécessitent encore un traitement contre la rouille, et deux sont irrémédiablement tachées, mais qu’importe!

chine à domicile 1er lot

Dans un deuxième temps, nous avons trouvé d’autres choses qui m’intéressaient fort, même si certaines étaient dans le même état que les serviettes de table...Regardez plutôt...

DSC00503

 Un très vieux livre pour enfant de 1869, “Les petits hommes” de Louis Ratisbonne (homme de lettres français 1827-1900, auteur d’une traduction en vers de “La Divine Comédie”, de nombreux ouvrages pour les enfants, il fut l’exécuteur testamentaire d’Alfred de Vigny, une stèle à sa mémoire se trouve au jardin du Luxembourg, la connais-tu Françoise ?) je vous montrerai plus tard les adorables vignettes en noir et blanc illustrant les historiettes très morales de ce livre pour lesquelles j'ai pris ce livre car la reliure est assez délabrée...Un numéro de Lisette passablement abimé de 1922, deux documents notariés de  1843, 1866 et une facture pour de l’huile de 1869...

DSC00525

DSC00524

De la mercerie, il y en avait en quantité mais je n’ai pris que ce qui me semblait sortir de l’ordinaire et de fait, je n’avais jamais vu de galons et dentelles telles que ceux que j’ai choisis, le tout posé sur un coupon de cretonne imprimée de mûres, feuilles, fruits et fleurs...

DSC00513

Les cartonnettes ne sont pas celles d’origine, car les métrages ne correspondent absolument pas, pas plus me semble-t-il que l’inscription “rayonne”  qui désigne à partir de 1934 une fibre artificielle  qui n’a plus rien à voir avec la viscose d’origine végétale en fibres de bois inventée en 1884  en Isère par un français, le comte Hilaire de Chardonnet ...En tout cas , les petites étiquettes sont sympas et je pourrais les scanner pour les réutiliser...

 galons détails

Trois guimpes en tulle brodé, ce tulle ancien doux si délicat qui n’a pas grand chose à voir avec le tulle actuel piquant et désagréable à toucher... La guimpe est depuis le  XIIe siècle selon le dictionnaire de l’Académie française (1986) une pièce de toile blanche, couvrant le cou et encadrant le visage, dont le port est devenu traditionnel dans le costume de certains ordres religieux. Par extension, ce nom a été donné au plastron qui couvre le décolleté, il pouvait être brodé ou plissé, parfois montant haut sur le cou ou comme  ici ras de cou. (J’avais déjà eu l’occasion d’en chiner une en tulle aussi,  sans broderie mais avec un col et deux petites baleines pour maintenir le col droit...)

guimpes 

Une pièce récupérée certainement du bord d’une culotte ancienne  vu le sens du monogramme, avec une incrustation de tulle brodée  sur une fine batiste...

incrustation tulle brodé

Des pièces festonnées qui vont par paire, dont j’ignore la destination, peut-être des bas de manches ? Saurez-vous me dire ce que c’est ? Très foncées lorsque je les ai trouvées,  j’ai été enchantée de les ressortir de la machine bien blanches...

bandes festonnées

Et enfin, un grand drap en lin avec un jour assez simple mais au magnifique monogramme fleuri ...

drap RC

Si je vous dis que j’ai dépensé  en tout 20 euros, me croirez-vous ? et pourtant c’est le cas, vous imaginez mon plaisir avec cette chine imprévue en pleine semaine...

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 06:28 - - Commentaires [104] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 2 avril 2012

Haranbeltz ...

En faisant du tri dans mes photos, je me suis rendue compte que je ne vous avais pas parlé d’un lieu extraordinaire visité l’été dernier. Au printemps 2011 nous avions saisi au vol quelques images de l’émission “Des racines et des ailes”  sur ce lieu, la chapelle Saint-Nicolas  d’ Haranbeltz(ou  Harambels ) et nous étions promis d’aller la voir, ce que nous avons fait cet été... Je vous emmène donc en Basse-Navarre, sur la commune d’Ostabat-Asme...

chapelle d'Harambels

Avant de vous montrer l’intérieur de la chapelle dont vous voyez ci dessus le profil très caractéristique avec son clocher trinitaire et son abri de sonneur adossé en bois,  il faut que je vous raconte un peu l’histoire de ce lieu, à la croisée de trois des quatre chemins de Saint-Jacques de Compostelle, et dont l’originalité réside en son appartenance à quatre familles, descendantes des communautés de donats, ces frères et sœurs hospitaliers qu’on retrouve dans toute la France médiévale mais qui ont survécu jusqu’à la Révolution  au pays basque. Les donats étaient des laïcs qui avaient néanmoins prononcé des vœux, de chasteté, consistant à ne pas se remarier en cas de veuvage, de pauvreté, qui les empêchaient seulement de désigner leurs héritiers choisis par la communauté, et d’obéissance à leur chef élu, le Prieur. On trouve mention du Prieuré d’Harambels dès 1059. Ces communautés agricoles et familiales ont joué un rôle primordial dans le fonctionnement des établissements hospitaliers et des hôpitaux qui accueillaient les pèlerins. Il aurait fallu pouvoir vous montrer une photo aérienne  pour que vous vous rendiez compte de la situation des lieux inchangée depuis le Moyen Age, une clairière, la seule  au milieu des bois assez sombres de la vallée qui l’entoure et qui lui a donné son nom (haran en basque, c’est le val et  beltz, c’est noir)

Fin 1784, un édit du roi Louis  XVI dissout les communautés de donats et à la Révolution, l’église est confisquée. A l’époque,  de l’ancienne communauté, il reste quatre familles qui vont racheter leur propre bien à l’Etat !  C’est ainsi  que les descendants de ces quatre familles, héritiers de mille ans d’histoire, sont toujours les propriétaires indivis de la chapelle Saint-Nicolas ce qui nous permet aujourd’hui de pouvoir voir ce joyau qui aurait sans nul doute disparu si elle n'était restée propriété privée et  sans cette étonnante histoire...

DSC01696

Le portail est la partie la plus ancienne qui soit parvenue jusqu’à nous, il serait daté du XIIe ou XIIIe siècle, surmonté d’un Chrisme  et d’une croix de Malte.

De l’ancien hôpital qui jouxtait l’église et dont une eau-forte d’Odilon Redon atteste l’existence encore en 1866, il ne reste qu’une porte lourdement ferrée ouvrant sur le champ voisin...

DSC01708-001

A l’intérieur de la chapelle, le contraste avec l’extérieur extrêmement simple et rustique est total. La facture du retable est en date du  8 juin 1736. C’est naïf, voire simpliste,  coloré, relativement hétéroclite mais il y règne une atmosphère tout à fait particulière  qui nous a charmés et à laquelle la ferveur qui a présidé à la décoration du lieu n’est sans doute pas étrangère...

DSC01692

 

DSC01691

Le panneau central reprend la légende de saint Nicolas et des trois enfants...

DSC01693

La voûte devait vraisemblablement être peinte en bleu étoilé d’or un tout petit bout préservé a été retrouvé), mais un curieux décor de fausses briques à joints blancs est venu remplacer le décor originel, en pied de voûte des peintures  des évangélistes et d’autres saints...

peintures

Un bas relief intéressant qui semble d’origine romane mais...des recherches ont fait apparaitre qu’il date du milieu du XVIIIe siècle, il a été peint “à la façon” du XIIIe ! mais surtout il est sûrement d’origine locale car la Vierge est assise sur un coffre typiquement basque. Il aurait été réalisé par le même auteur que le bas-relief de Saint-Nicolas...

DSC01681

Ce lieu a été récemment restauré de juin 2008 à décembre 2010 avec le concours  de l’Etat et de la Région et ouvert aux visites  de façon assez large, nous avions été accompagné par l’un des habitants du hameau propriétaire de la chapelle et passionné par son histoire et avons quitté à regret ce hameau paisible. Si ce n’était la présence de voitures, d’engins agricoles et les fils électriques, on aurait pu croire que le temps s’y est arrêté...Pendant notre visite, un pèlerin est passé, mais il fallait qu’il marche encore un peu pour atteindre désormais le gîte le plus proche...

hirondelles

Pour en savoir plus:http://www.lesamisdharanbeltz.fr/wordpress/

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 06:13 - - Commentaires [61] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 9 mars 2012

Quelques lectures envoûtantes...

Voyages immobiles, chronique n°22

Cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de lecture, non que je n’ai pas lu ces derniers mois (sans doute un peu moins que d’habitude) mais parce que, mis à part le dernier livre lu en 2011, il en est beaucoup qui ne m’ont pas plus marquée que cela et  dont je n’avais pas envie de parler...En revanche ceux qui suivent...

Room, mon dernier coup de cœur de 2011

room

Comment vous parler de ce livre et vous donner envie de plonger illico dans sa lecture  sans trop vous en dévoiler si par chance vous n’avez pas encore lu quelque chose à son propos ?

L’histoire est racontée par un petit garçon de cinq ans, Jack, avec ses mots irrésistibles de drôlerie, inventés pour nombre d’entre eux ou simplement traduction enfantine de mots compliqués mais tellement plus parlants dans sa version à lui. Sa Maman est le centre de son univers, univers dont on comprend très vite qu’il se résume à la Chambre dont il n’est jamais sorti, où tout  est personnalisé,  Monsieur Lit, Madame table et Petit dressing où Jack va dormir chaque nuit quand arrive Grand méchant Nick...Sa vie avec sa Maman est très codifiée, très ritualisée mais aussi pleine de fantaisie et de joie de vivre. Jack est un petit garçon très intelligent dont vous vous souviendrez longtemps...

De sa maman aussi, vous vous souviendrez, très jeune mère courage qui trouve en elle des ressources incroyables pour élever ce petit garçon et lui construire une vie la plus normale possible:  des temps de lecture, d’apprentissage, de jeux, de repas, de corvées, de tendresse infinie... Au delà de l’histoire forte, dérangeante, bouleversante, magnifique malgré ce qui se cache derrière, ce livre pose plein de questions sur la liberté, la maternité, la relation fusionnelle mère-enfant...

A lire absolument...

Fugue, le premier coup de cœur de 2012

 Fugue

Le jour de la rentrée scolaire, ses enfants tous scolarisés pour la première fois, Clothilde se retrouve seule dans sa grande et belle maison. Que va-t-elle faire de ce temps libre désormais, trouver un travail peut-être, reprendre la musique ... sa réflexion est interrompue par l’appel de la directrice de l’école, sa fille  Madeleine a fugué... Elle part accompagnée de son chien qui l’emmène jusqu’aux bords de la rivière ...Clothilde hurle le nom de sa fille avant de la découvrir de l’autre côté de la rive saine et sauve...La petite fille est retrouvée, mais Clothilde a perdu sa voix... et là commence vraiment l’histoire, passionnante de cette femme qui envers et contre tous refuse les traitements (injections, psychiatre...)et trouve sa voie différemment en passant par sa voix chantée. Car si elle ne peut pas parler , elle peut chanter et sa voix chantée est sublime... C’est l’histoire  d’une page qui se tourne dans la vie d’une femme, pourtant en apparence très heureuse mais  à un moment charnière justement, dans l’incompréhension totale de son entourage, mari, amies, père... Seuls les enfants s’accommodent de cette maman qui communique différemment avec eux désormais... Il règne dans ce roman une très belle ambiance, où la musique est omniprésente et envoûtante... L’histoire est magnifique, elle se finit bien, et j’aime çà, pourtant elle aurait pu mal finir ! Un portrait de femme émouvant, des personnages secondaires attachants, des lieux superbes, un village aux vieilles pierres dominé par une abbaye où Clothilde va chanter, un second roman beaucoup plus abouti et profond que le premier (La relieuse du gué) qu’au demeurant j’avais déjà beaucoup aimé...

Plongez au cœur de cette fugue sans hésiter, vous y passerez un merveilleux moment !

Les oreilles de Buster

les oreilles de buster

Eva, 56 ans, cultive ses rosiers, partage sa vie avec Sven, papote aves ses amies, s’occupe d’une vieille dame plus qu’acariâtre et le soir venu, se sert un verre de vin et écrit au long de nuits d’insomnie dans un cahier offert par sa petite-fille pour son anniversaire...Elle commence à raconter son enfance et sa jeunesse aux côtés d’un père aimant mais faible et d’une mère, belle, égocentrique et destructrice qui ne l’aime pas et n’a de cesse de l’humilier jusqu’à sa rencontre avec un jeune marin anglais John avec qui elle vivra une très belle histoire d’amour...Elle n’en sera pas “sauvée” pour autant ... Eva raconte doucement le fil de sa vie, ses choix, ses erreurs. Les rapports complexes entre mère et fille sont terrifiants, les sentiments d’amour et de haine sont dépeints avec une très grande puissance et pourtant ne croyez pas que ne se dégage de ce roman que  la violence des sentiments, il y aussi beaucoup de sérénité, de douceur, de tendresse, d’humour aussi... Bien des surprises vous attendent au détour des pages, j’avais du mal à le lâcher  et n’eussent été un besoin impérieux de dormir et des occupations incontournables( cela m’arrive de lire une journée entière si je le peux ) je l’aurais lu d’une seule traite. A chaque fois que je le reprenais, c’était avec une grande tendresse pour Eva...Le titre vous parait énigmatique ?

Lisez-le et vous saurez tout des oreilles de Buster et de leur rôle dans l’histoire !

Rien ne s’oppose à la nuit

Rien ne s'oppose à la nuit

Dans ce roman bouleversant qui m’ a chamboulée, Delphine de Vigan essaie de dessiner le portrait de sa mère  Lucile suicidée en 2008 et de comprendre comment cette famille, sa famille, en apparence si joyeuse, fantasque, haute en couleurs a pu engendrer de tels drames. Car les suicides, les accidents se sont succédés... L’auteur essaie de trouver sa vérité, questionne les proches, lit des écrits, entend des témoignages et se questionne elle-même sur l’écriture, sur la matière de son roman, car c’est sa vérité qui ne ressemble peut-être pas à celle de sa sœur ou de ses tantes, d’où la qualification de roman, pourtant c’est bien de sa vie, de son enfance livrée à elle-même, de l’enfance de sa mère, mais que sait-on de l’enfance de ses parents ? de la vie de ses grands-parents, couple hors-norme et fortes personnalités dérangeantes ( un grand-père ogre qui brisera tous ses enfants, une grand-mère, incroyable femme dévouée à son mari jusqu’au sacrifice des siens et paradoxalement lumineux personnage ) dont il s’agit... Un sujet pas évident et pourtant quelle délicatesse, quelle pudeur, quel respect... Elle dresse le portrait d’une femme infiniment attachante avec ses failles, ses secrets, ses non-dits, son mystère car quoiqu’elle ait pu apprendre sur elle, cette femme, sa mère restera à jamais un mystère... Un texte qui a résonné très fort en moi et m’a laissée à certains moments pantelante, sonnée et que j’ai profondément aimé. Je n’oublierai pas de sitôt Lucile et sa famille...

La liste de mes envies

La liste de mes envies

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être...

Ce court roman qui caracole en tête des ventes, phénomène littéraire vendu dans douze pays avant même sa parution, dont les droits cinématographiques ont été aussitôt achetés, cache sous son “pitch” un brin racoleur, un petit bijou à la portée universelle. Second roman de l'auteur plusieurs fois primé pour le premier, dans une langue simple mais avec un sens aiguisé de la formule qui fait mouche à chaque fois, se dessinent devant nous le portrait inoubliable et terriblement attachant de Jocelyne, un roman sensible et tendre dont l'argent n’est pas le sujet principal contrairement à ce qu’on pourrait croire, et au final une histoire plutôt noire. Qui n’a pas rêvé de toucher le gros lot et de changer de vie ? Pourtant l’argent n’achète  pas tout, il y a des choses gratuites qui, elles, sont...essentielles !

Un petit bijou , je vous dis, dont il serait dommage de vous priver...

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 10:16 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags : ,


vendredi 2 mars 2012

Valentine’s hoop...

Un charmant petit tableau à suspendre pour inscrire un mot doux, installer une photo... que sais-je encore, offert pour la Saint-Valentin, mais à utiliser sans modération à tout moment !

Via Pinterest, j’ai découvert les “happy hoops” de Pillipilli et si j’ai bien compris (my english is not perfect !), ce modèle avec pinces permettant de suspendre quelque chose est sa contribution au livre “Zakka style”. Ce que je vous montre en est mon interprétation ...

Vous ne savez pas ce qu’est le Zakka, je vous rassure je ne le savais pas non plus jusqu’à ce que Domi l’explique avec précision ... chez Angel Mélie, vous trouverez aussi une rubrique Zakka bien fournie... J’avoue que j’aime beaucoup l’esprit  Zakka ... 

DSC03829 

Un cercle à broder (hoop) un peu de lin, quelques chutes de tissu imprimés, liberty et autres, de la ficelle de lin épaisse et des pinces cœurs recouvertes de liberty, un molleton mince , un peu de tissu noir à pois pour le dos, un bouton à message, un ruban pour suspendre,  un zeste de patience (et aussi de colle sur les cercles )pour installer le tout  et voilà "my Valentine's hoop" est prêt...

happy hoop 

Pour la photo je l’ai suspendu sur un des deux porte-chapeaux chinés il y a quelques mois, métalliques(en nickel pour les pieds ?), finement travaillés,  ce qui est plutôt rare... Ma belle-mère, modiste n’en avait jamais vu, à l’atelier, elle utilisait des porte-chapeaux en métal, mais lisses ...

DSC03835

gros plan sur leurs têtes...

porte-chapeaux détails

Pour découvrir une interview (en anglais) de Katrien, la créatrice des holly hoops :

www.heartmadeblog.com/blog/interview-katrien-van-deuren-from-pilli-pilli

et pour découvrir ses créations ravissantes, son blog:  http://abitofpillipilli.blogspot.com/

♥ ♥ ♥

DSC04095

Mésange bleue et Fauvette à tête noire (la femelle a une calotte rousse !)

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 00:01 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 24 février 2012

Ma V.I.P. ( Very Intelligent Pocket )...

DSC03843

Via Abracadacraft (une mine d'idées, plein de blogs à découvrir, des portraits de blogueuses aussi, si vous ne connaissez pas encore , allez-y séance tenante !!!) et Isa M., j’avais trouvé un très bon tuto pour un “organiseur” de sac permettant de rassembler peu ou prou tout ce qui est indispensable dans un sac à main et  de changer de sac en un tournemain sans rien oublier...Dans la vitrine d'un magasin de maroquinerie hier, j'ai noté avec amusement qu'une marque existante proposait ce type de "pochette" sous le nom de VIP: Very Intelligent Pocket et comme le nom d'organiseur ne me plaisait pas trop, voilà donc ma pochette rebaptisée V.I.P....

Le tuto d’origine vient de ce blog.

Cadeau idéal m’a-t-il semblé pour ma Grande dont c’était l’anniversaire. J’avais chiné en octobre 2010 quelques pièces de cuir d’agneau dont ce vert souple à souhait et très sensuel à manipuler...A l’extérieur , trois poches d’un côté et deux de l’autre doublées du même tissu que l’intérieur de la pochette centrale...

organiseur de sac détails poches extérieures

A l’intérieur, une poche avec fermeture éclair, deux poches encadrant un porte-cartes et une attache porte clef ou autre bidule...Doublure en toile enduite Artiga, collection hiver 2011-2012, j’ai joué sur les différentes rayures et bordure de biais liberty Tatum...

DSC03855

Et puis j’ai complété, pour utiliser au maximum les chutes de cuir car j’avais placé les pièces principales de la grande pochette organiseur au milieu de la peau plus régulière dans son grain et son épaisseur. Outre un étui à mouchoirs en toile enduite que vous avez vu sur la première photo , j’ai fait une pochette doublée de liberty à fermeture éclair, une petite bourse avec un bouton recouvert de cuir (sportif la couverture du bouton en cuir,  mais le résultat en vaut la peine!!!) et un étui molletonné pour son téléphone ...maroquinerie AL détails

M’étant trompée dans les dimensions de l’étui à portable, je l’ai récupéré pour le mien et  je peux vous dire  que c’est un plaisir de manipuler ce cuir souple et doux au quotidien... J’ai eu beaucoup de plaisir aussi à coudre ces ouvrages, en tremblant un peu de rater une couture car le cuir ne permet ni bâti ni erreur... Pour une fois , j’ai cousu ...lentement !

♥ ♥ ♥

anémones

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 00:01 - - Commentaires [79] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 20 février 2012

Tuto plumes en papier...

Mes plumes en papier vous ont beaucoup plu,  voici un petit tuto pour vous permettre de les réaliser, c’est très simple...

tuto plumes 1 matériel

Vous avez besoin de:

  • quelques papiers, documents notariés, papier musique ou tout autre à votre goût
  • des tiges en fil de fer assez fines, j’en avais un lot depuis très longtemps dont je ne me rappelle plus la provenance, en tout cas un fil de fer le plus droit possible
  • une pince coupante ou un ciseau qui ne craint rien
  • un plioir ou un couteau à beurre si vous n’en avez pas
  • des petits ciseaux bien aiguisés, j’avais prévu le cutter mais c’est plus facile avec des ciseaux !
  • un rouleau en mousse ou un pinceau large pour encoller et de la colle vinylique

tuto plumes encollage

Encoller la moitié du papier que vous avez choisi d’une couche fine et régulière. Ici j’ai utilisé des chutes de documents notariés et une partition ancienne... poser le fil de fer qui symbolise le rachis de la plume et repasser un peu de colle dessus.

Replier votre papier ou poser une autre feuille dessus et délicatement appuyer le long du fil de fer avec le plioir (ou le couteau à beurre). Attention, le papier humide est très fragile!!!

tuto plumes 4 plioir

Laisser sécher entre deux buvards ou quelques feuilles de papier essuie-tout mais attention qu’il n’y ait pas du tout de colle à l’extérieur de votre ouvrage sinon buvard ou essuie-tout se collerait dessus et l’endommagerait.

tuto plumes 5 séchage

Mettez un poids dessus, quelques livres ou si vous travaillez sur une table de coupe, glissez l’ensemble dessous, le poids de la table de coupe suffit amplement pour çà...Oubliez-le au moins quinze-vingt minutes, c’est le moment d’aller vous faire un thé !

tuto plumes 5bis séchage

Quand vous reprenez votre ouvrage, si l’ensemble s’est bien raidi, c’est sec...vous ne risquerez pas de déchirer le papier en le découpant ensuite...Si la forme de votre plume ne vous convient pas, vous pourrez toujours la retoucher même une fois que les barbes auront été découpées

Je découpe à main levée la forme de ma plume, mais si vous le préférez, vous pouvez en  dessiner  la forme avant de découper... restez à quelques millimètres de chaque côté du fil de fer pour faire la base de la plume

tuto plumes découpe

Il vous reste à découper les barbes de la plume patiemment avec le ciseau en biais tous les 1,5/2mm et surtout sans aller jusqu’au fil de fer, en s’arrêtant à 2mm... Inutile de vouloir aligner vos découpes, ce n’est pas grave si certaines vont un peu plus loin et d’autres un peu moins...

tuto plumes 8 découpage barbes

Voilà, il vous reste à courber doucement la plume et à délicatement passer les doigts dans les barbes pour les ébouriffer très très légèrement... et à utiliser votre création dans votre déco, sur un paquet cadeau ou dans une composition sous globe par exemple ! Je suis sûre que vous aurez des tas d’idées...

 tuto plumes 9 les plumes terminées 

J’ai trouvé l’idée sur ce blog,  ce tuto est mon interprétation... A vos ciseaux !

Posté par cathfd à 00:01 - Commentaires [112] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 15 février 2012

L’oiseau découverte du weekend...

Un soleil radieux malgré le froid piquant nous a incité à promener aux alentours du village ce weekend. Samedi d’abord, nous sommes partis rejoindre le chemin Henri IV. Ce chemin que l’on peut parcourir à pied à cheval ou en vélo , interdit aux  voitures, relie Pau à Lourdes  sur 35 km et en dépit de son nom, est  largement antérieur  au règne d’Henri IV . Il offre une vue magnifique sur la chaîne des Pyrénées...

Dès la sortie du village, nous avons repéré dans un jardin, un oiseau superbe que nous n’avions encore  jamais vu ...

 DSC03888

 

Accompagné d’une bergeronnette à longue queue, nous l’avons d’abord cru isolé...

le vanneau et la bergeronnette

En réalité  comme nous allions très vite nous en rendre compte, c’était des bandes entières qui peuplaient les champs...Difficiles à approcher, car  immobiles dans les herbes des prairies, leur présence ne saute pas aux yeux et dès qu’il percevait notre présence, un guetteur lançait son cri provoquant des envolées désordonnées  les emmenant trop loin pour mon objectif...

envol 

Nous avons continué notre promenade, pu admirer les sommets enneigés ...

 DSC03964 

 DSC03965

avant de rentrer nous réconforter d’un chocolat chaud, d’un chausson aux pommes géant maison  et... de faire des recherches pour identifier  cet oiseau élégant que jamais nous n’avions vu dans nos contrées.

Il s‘agit du vanneau huppé, vanellus vanellus, petit échassier limicole, migrateur, se nourrissant essentiellement de vers de terre, d’araignées et de petits insectes, nichant au sol...

Le dimanche ,  nous sommes repartis vers une autre partie du village et là encore , ce sont des centaines de vanneaux que nous avons vus...

De loin, on pourrait croire qu’il est noir mais son plumage est magnifique, irisé avec du vert,  du beige, du blanc éclatant  pour le ventre et une partie du dessous des ailes... En témoignent ces plumes ramassées dans un champ...

 DSC04031

On n’imagine pas en le voyant au sol, sorte de gros pigeon, l’incroyable envergure de ses ailes déployées.

en vol 

Si vous voulez en apprendre beaucoup plus sur cet oiseau clic sur la photo ci-dessous empruntée avec l’autorisation de son auteur...

à coeur et à cris 

Ce jour-là un héron blanc était sur les lieux et partageait son espace avec ces oiseaux élégants...

 DSC04003 

Pas plus facile à approcher !

DSC04002

Je vous laisse avec ces plumes home made en papier ancien, et vous remercie de tous vos petits mots sur le post précédent, j’ai peu répondu, soyez-en ici remerciées  de tout cœur ! Je vous lis avec attention et un immense plaisir mais je n’ai pas toujours le temps nécessaire pour répondre à chacune de façon personnalisée et aussi visiter les blogs qui me tiennent à cœur...Le coussin à théière vous a beaucoup plu, lancez-vous, c’est agréable à réaliser (très facile si vous ne mettez pas de passepoil ) et si délicieux à utiliser...

DSC04028

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 12:24 - - Commentaires [71] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 10 février 2012

Faire plaisir...

Voici quelques ouvrages dont le seul point commun a été l'envie de faire plaisir à leurs destinataires ! D’abord quelque chose que j’avais très envie de faire depuis longtemps, parce que j’en avais reçu un superbe entièrement brodé de jours par Marie-Christine et que c’est un régal pour les sens à utiliser, un coussin de théière...

DSC03534

Rempli de batons de cannelle émiettés(j’ai tout utilisé et oublié d’en garder pour la photo, mais il y en a plein !) de clous de girofle, d’anis étoilé et de riz, j’ai choisi de le faire en lin noir, il y a toujours une goutte de thé qui peut s’échapper de la théière et j’en ai fait l’expérience, le coussin est vite taché...Un passepoil de liberty contrastant, une esperluette brodée (merci Marie-Christine !!!) et voilà un coussin odorant à souhait, un grand plaisir qui précède de peu  celui de boire un délicieux et revigorant thé en ces temps de froidure...

DSC03530

Un gros sachet de lavande  en lin gris avec une application dont l’effet  plissé n’est qu’un effet  d‘optique. J’avais repéré cette idée il y a très longtemps ici  et j’avoue que je l’avais un peu oubliée... Or avec un peu de minutie, le résultat est vraiment très joli et je ne regrette pas de m'en être souvenu...J’ai mis en fond de mosaïque un gros plan pour que vous puissiez bien voir, c’est simplissime...J’ai commencé par la couture centrale et ensuite j’ai fait des piqûres parallèles toutes espacées régulièrement (de la valeur de mon pied de biche)  soigneusement arrêtées en tirant les fils sur l’arrière et en les nouant, un coup de ciseau bien au milieu des piqûres, un bouton recouvert du même liberty, quelques grigris  et c'est tout...

coeur plissé 

Un vide-poches largement inspiré par ceux de Stéphanie, tissus chinés, teint pour la face avant, un lourd torchon de lin pour la face arrière, un beau monogramme  rouge au point de croix, un peu de lin fleuri, le tout molletonné  pour une meilleure tenue, une ficelle de lin épaisse avec des pinces à linge histoire d’accrocher quelque pense-bête ou jolie image, un bouton ancien en nacre pour séparer en deux espaces la poche du bas, le tout accroché par des nouettes en lie de coton chinée sur un cintre ancien juste blanchi à la cire, avec un cartouche émaillé ...

DSC03537

 

vide-poches détails

clic sur la photo pour la voir en plus grand 

Enfin  absolue nécessité autant que plaisir, un boudin de porte pour la demoiselle de Poitiers afin d‘empêcher que l’air glacial du couloir  ne s’infiltre sournoisement  sous sa porte...

DSC03658

♥  

Posté par cathfd à 06:10 - - Commentaires [78] - Permalien [#]
Tags : ,