vendredi 13 mars 2015

Elle aurait eu cent ans dimanche dernier…

Les objets que je chine au fil des vide-greniers ou des brocantes n’ont la plupart du temps jamais fait l’objet d’une quête spéciale, leur achat tient plutôt du feeling, du coup de cœur, sans lien apparent entre eux. Et puis parfois, une sorte d’alchimie se produit et je les rassemble sans vraiment y avoir réfléchi juste parce que c’est une évidence (pour moi !)…

C’est le cas des objets rassemblés sous ce petit globe, lui-même posé sur un socle bien plus ancien au centre de la console du salon.

IMG_2445 

Cela a commencé par une paire de” babies” d’enfant en cuir noir. Les premières chaussures de la maman de la personne qui me les a vendues, c’était marqué sur la boite de la main de sa grand-mère “les premières chaussures de Josette”…

IMG_2463

Et puis cette paire de chaussettes tricotées main, des chaussettes du dimanche assurément, finement travaillées…

IMG_6019

Elles étaient très salies et malgré deux passages en machine à 95° elles s’obstinaient à faire grise mine avec des taches récalcitrantes. Un bain de savon noir additionné de cristaux de soude et une petite ébullition en casserole leur a redonné leur blancheur d’origine. Et elles sont allées rejoindre les petites chaussures…

IMG_6016

Bien qu’on ne voie pas l’intégralité de sa tenue, il m’a semblé évident que la petite fille de cette carte postale (chinée avant, après, qu’importe en fait…)aurait pu porter ces babies noir avec ces chaussettes amoureusement tricotées par sa grand-mère et la carte est venue tout naturellement se glisser entre les chaussettes, tenue par un pique fleur ancien…Le premier que je chine,  tout petit, tout rond…

IMG_6015 

Par la suite, j’ai chiné  quelques bouquets de modiste destinés à embellir les chapeaux et l’un d’eux, des fleurs violettes, est venu mettre le point final à ma composition.

IMG_6011

IMG_2445-001

J’ai réalisé alors, que l’ensemble (ne cherchez pas de ressemblance !) me faisait penser

à cette petite fille-ci,

Maman à l'âge de 7 ans…

IMG_6488

Elle aurait eu 100 ans dimanche dernier…

Et comme chaque année, j’ai mis un bouquet de violettes devant sa photo, ses fleurs préférées, celles que ne manquait jamais  de lui offrir le grand amour de sa vie, Papa.

IMG_6478

Sur la console au pied de la lampe, un dessin de petite fille tout en tendresse, une carte ancienne avec des violettes et un pétale séché d’hortensia aux sublimes couleurs protégé par  une délicate ventouse en verre soufflé bouche du XVIIIème siècle. Un petit miracle que ces ventouses d’une extrême finesse aient traversé les années intactes et se soient retrouvées sur l’étal d’un broc en plein air, offertes à la curiosité des chalands, il y en avait un plein carton, mais leur fragilité m’ont fait hésiter à les prendre toutes car ensuite où les ranger en sécurité ? J’en ai pris juste quelques unes…

IMG_2450

Juste à côté, une petite chaise de poupée avec une minuscule poupée Petitcollin patiemment habillée de dentelle et mise en boule par mon amie Jeanine avec un délicieux calendrier de 1891 dont les couleurs ont gardé une fraicheur irréprochable…

IMG_2456

IMG_2458

Tout en rendant hommage à Maman, je vous ai montré de toutes petites chines comme je les aime , des petits riens du tout qui  font surgir des souvenirs, me font rêver, créent des émotions et embellissent ma vie…

Posté par cathfd à 18:05 - - Commentaires [75] - Permalien [#]
Tags : , , ,


mardi 30 octobre 2012

La voix de son maître...

Lors de notre dernière chine, dans un coin, une boite fermée m’a intriguée, en assez mauvais état, avec des manques dans la moleskine et de nombreuses traces de rouille sur les ferrures, mais ce qu’elle avait à l’intérieur m’a suffisamment enthousiasmée pour que je passe outre sa piteuse allure...

DSC03148

Et c’est avec une immense joie qu’après quelques heures de travail , patient décrassage, dérouillage des parties métalliques à la paille de fer extra-fine, cirage de la boite, ré-argenture de la manivelle et de la fermeture, remontage de l’équerre d’ouverture du couvercle, j’ai pu installer et faire fonctionner mon ... Gramophone !

gramophone de face et de profil

Car c’est bien d’un gramophone “La voix de son maître” qu’il s’agit. Je n’ai pas de souvenir personnel de cet appareil, bien que mon père en ait possédé un, mon frère me l’a confirmé et lui s’en souvient, mais lorsque j’étais enfant, Maman écoutait encore des 78 tours. Elle était fan d’opérettes qu’elle avait vues pour la plupart avec sa grand-mère à Paris et j’étais plus familiarisée avec La belle-Hélène(1864), La vie parisienne(1866), La Périchole(1868) , La fille de Madame Angot(1872), Les mousquetaires au couvent(1880), Véronique(1898), Là-haut et le Pays du sourire(1923), L’auberge du cheval blanc (1930) et les voix de Maurice Chevalier, Georges Thill ou du célèbre couple Marcel Merkès et Paulette Merval qu’avec les musiques et chanteurs en vogue dans les années 60...Et ce sont tous ces souvenirs qui ont resurgi, un pan joyeux de mon enfance car nous entonnions souvent à tue-tête nos airs préférés au moment le plus inattendu ou dans les lieux les plus insolites...

DSC03207 

Le petit chien au gramophone,  sans doute le logo  le plus connu et célèbre du monde !  Francis Barraud, peintre anglais(1856-1924) avait recueilli Nipper, le petit chien de son frère après le décès de celui-ci ainsi qu’un phonographe avec de nombreux enregistrements de sa voix. Un jour qu’il avait mis en marche l’appareil il remarqua l’intérêt manifesté par l’animal qui semblait reconnaitre... la voix de son maître. Il en fit un tableau dont le directeur de la Compagnie du gramophone de Londres  acquit les droits   et c’est ainsi que le petit chien eut la destinée que l’on sait...L’étiquette est assez abîmée mais suffisamment lisible pour attester  de son origine....

gramophone détails

Le gramophone-valise fut produit en grande quantité entre 1920 et 1950 et fut un très grand succès populaire. Henri, mon beau-père m’a raconté qu’il était chargé de remonter la manivelle lorsqu’il était enfant et que les adultes poussaient les meubles pour danser au son du gramophone...Il a trouvé place chez moi sous le vieil évier du salon juste à côté du portrait de Maman, posé sur une boite qui en le rehaussant, permet à la manivelle de fonctionner...

DSC03211

Juste à côté un piège à guêpes éclairé d’une guirlande, une jolie idée de Marie et à droite, deux merveilleux volumes reliés en cuir de La mode Parisienne de 1893 et 1894 que je vous ouvrirai un jour si vous le souhaitez ainsi que deux cintres anciens trouvés derrière les volets, l’un nettoyé et simplement ciré pour mettre en valeur la jolie veinure  de son bois et l’autre en bois plus ordinaire, blanchi avec la base gris foncé. Chacun a reçu un petit cabochon émaillé chiffré...

♥ ♥ ♥

Envie d’un peu de nostalgie ou pour les plus jeunes de découvrir une de ces chansons désuètes  et le son très particulier de cet instrument ? alors cliquez pour démarrer l’enregistrement ...

Posté par cathfd à 00:05 - - Commentaires [92] - Permalien [#]
Tags : , , ,