mercredi 15 juillet 2015

Notre Dame de Piétat

Vous vous souvenez peut-être de cette petite chapelle si belle perchée sur son promontoire rocheux au dessus de la vallée, je vous en avais  raconté une légende ici.

IMG_4530

Bien que je connaisse ce lieu depuis mon enfance, le hasard a voulu que jamais je n’y sois rentrée. Elle est pourtant ouverte tous les jours en été et de nombreux  weekends le reste de l’année grâce à des bénévoles qui l’ouvrent aux visiteurs( le vol de chandeliers en  bois dorés du XVIIIe et d’éléments de la statuaire du retable a rendu sa fermeture inéluctable comme dans tant d’autres petites églises et chapelles)

IMG_4566

Ce jour-là était un heureux jour pour moi puisqu’enfin nous allions pouvoir la découvrir… On ne sait pas grand chose de l’histoire ancienne véritable de cette chapelle qui n’était ni une église paroissiale ni une dépendance de l’abbaye de Saint-Savin située à 800 mètres…

IMG_4608

L’abbaye et le village de Saint-Savin vus depuis le belvédère de Notre Dame de Piétat

On sait seulement que la dévotion à Notre Dame de Pitié (la Vierge aux Douleurs et plus spécialement la Vierge pleurant sur le corps de son fils descendu de la Croix) s’est répandue en France au XVe siècle et qu’une confrérie Notre Dame de Piétat est attestée en ce sanctuaire dès 1493. C’est au  XVIIIe siècle que l’édifice subit les embellissements les plus importants avec la création du retable dédié à la Vierge et la peinture des voutes en bois.

IMG_4568

La modestie et la simplicité extérieure de la chapelle ne laisse pas imaginer l’intérieur coloré, exubérant et chaleureux !

ND de Piétat

IMG_4571

A gauche, la voute de pierre en berceau de la chapelle nord dédiée à Ste Anne semble indiquer  que les lieux existaient bien avant le XVe siècle…

IMG_4572

En face la voute  en bois peint  de la chapelle sud avec un décor un peu différent en camaïeu de bleu et corniche en faux-marbre rouge…

IMG_4570

La chaire  (XIXe ) et juste à côté un fragment de fresque du XVe siècle…

chaire et fresque ND Piétat

Un pèlerinage annuel a lieu le dimanche le plus proche du 8 septembre, date de la Nativité de la Vierge, avec messe et bénédiction des enfants et j’imagine qu’alors la bannière de procession reprend vie…

IMG_4589

L’escalier vers les galeries, en bois peint en faux marbre comme les balustrades et avec les mêmes décors de rinceaux et d’oiseaux sur les murs et le plafond tandis qu’un paysage fantastique s’installe sur le mur du fond de la première galerie…

IMG_4580

IMG_4573

IMG_4591

Heureux d’avoir enfin pu découvrir l’intérieur de cette petite chapelle, nous sommes repartis vers une autre église, celle où nous nous sommes mariés, dans un village tout proche et c’est avec un œil différent de celui d’il y a presque 38 ans que nous l’avons redécouverte… ce sera l’objet d’une autre promenade si vous le voulez…

IMG_4607

Vue sur la vallée d’Argelès-Gazost depuis la chapelle

(Chapelle de Piétat à Saint-Savin 65400)

 

IMG_3953

Posté par cathfd à 00:30 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 2 avril 2012

Haranbeltz ...

En faisant du tri dans mes photos, je me suis rendue compte que je ne vous avais pas parlé d’un lieu extraordinaire visité l’été dernier. Au printemps 2011 nous avions saisi au vol quelques images de l’émission “Des racines et des ailes”  sur ce lieu, la chapelle Saint-Nicolas  d’ Haranbeltz(ou  Harambels ) et nous étions promis d’aller la voir, ce que nous avons fait cet été... Je vous emmène donc en Basse-Navarre, sur la commune d’Ostabat-Asme...

chapelle d'Harambels

Avant de vous montrer l’intérieur de la chapelle dont vous voyez ci dessus le profil très caractéristique avec son clocher trinitaire et son abri de sonneur adossé en bois,  il faut que je vous raconte un peu l’histoire de ce lieu, à la croisée de trois des quatre chemins de Saint-Jacques de Compostelle, et dont l’originalité réside en son appartenance à quatre familles, descendantes des communautés de donats, ces frères et sœurs hospitaliers qu’on retrouve dans toute la France médiévale mais qui ont survécu jusqu’à la Révolution  au pays basque. Les donats étaient des laïcs qui avaient néanmoins prononcé des vœux, de chasteté, consistant à ne pas se remarier en cas de veuvage, de pauvreté, qui les empêchaient seulement de désigner leurs héritiers choisis par la communauté, et d’obéissance à leur chef élu, le Prieur. On trouve mention du Prieuré d’Harambels dès 1059. Ces communautés agricoles et familiales ont joué un rôle primordial dans le fonctionnement des établissements hospitaliers et des hôpitaux qui accueillaient les pèlerins. Il aurait fallu pouvoir vous montrer une photo aérienne  pour que vous vous rendiez compte de la situation des lieux inchangée depuis le Moyen Age, une clairière, la seule  au milieu des bois assez sombres de la vallée qui l’entoure et qui lui a donné son nom (haran en basque, c’est le val et  beltz, c’est noir)

Fin 1784, un édit du roi Louis  XVI dissout les communautés de donats et à la Révolution, l’église est confisquée. A l’époque,  de l’ancienne communauté, il reste quatre familles qui vont racheter leur propre bien à l’Etat !  C’est ainsi  que les descendants de ces quatre familles, héritiers de mille ans d’histoire, sont toujours les propriétaires indivis de la chapelle Saint-Nicolas ce qui nous permet aujourd’hui de pouvoir voir ce joyau qui aurait sans nul doute disparu si elle n'était restée propriété privée et  sans cette étonnante histoire...

DSC01696

Le portail est la partie la plus ancienne qui soit parvenue jusqu’à nous, il serait daté du XIIe ou XIIIe siècle, surmonté d’un Chrisme  et d’une croix de Malte.

De l’ancien hôpital qui jouxtait l’église et dont une eau-forte d’Odilon Redon atteste l’existence encore en 1866, il ne reste qu’une porte lourdement ferrée ouvrant sur le champ voisin...

DSC01708-001

A l’intérieur de la chapelle, le contraste avec l’extérieur extrêmement simple et rustique est total. La facture du retable est en date du  8 juin 1736. C’est naïf, voire simpliste,  coloré, relativement hétéroclite mais il y règne une atmosphère tout à fait particulière  qui nous a charmés et à laquelle la ferveur qui a présidé à la décoration du lieu n’est sans doute pas étrangère...

DSC01692

 

DSC01691

Le panneau central reprend la légende de saint Nicolas et des trois enfants...

DSC01693

La voûte devait vraisemblablement être peinte en bleu étoilé d’or un tout petit bout préservé a été retrouvé), mais un curieux décor de fausses briques à joints blancs est venu remplacer le décor originel, en pied de voûte des peintures  des évangélistes et d’autres saints...

peintures

Un bas relief intéressant qui semble d’origine romane mais...des recherches ont fait apparaitre qu’il date du milieu du XVIIIe siècle, il a été peint “à la façon” du XIIIe ! mais surtout il est sûrement d’origine locale car la Vierge est assise sur un coffre typiquement basque. Il aurait été réalisé par le même auteur que le bas-relief de Saint-Nicolas...

DSC01681

Ce lieu a été récemment restauré de juin 2008 à décembre 2010 avec le concours  de l’Etat et de la Région et ouvert aux visites  de façon assez large, nous avions été accompagné par l’un des habitants du hameau propriétaire de la chapelle et passionné par son histoire et avons quitté à regret ce hameau paisible. Si ce n’était la présence de voitures, d’engins agricoles et les fils électriques, on aurait pu croire que le temps s’y est arrêté...Pendant notre visite, un pèlerin est passé, mais il fallait qu’il marche encore un peu pour atteindre désormais le gîte le plus proche...

hirondelles

Pour en savoir plus:http://www.lesamisdharanbeltz.fr/wordpress/

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 06:13 - - Commentaires [61] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 20 janvier 2012

En Lavedan...

Première balade de l’année sur ces pages, c’était pour nous la dernière de 2011, fin décembre par une magnifique journée...Nous étions partis vers le val d’Azun, une des 7 vallées du Lavedan et nous étions arrêtés  dans le village d’Aucun, petit village montagnard...

 toitsdétails

L’église paroissiale, Saint-Félix, d’origine romane du XIe siècle doit son originalité à ses deux nefs croisées, elle a en effet été remaniée au XVe siècle. Le petit clocheton situé sur le toit renferme un chimboulet (petite cloche au son clair qui annonçait l’élévation durant la messe). Portail à chrisme, corniche à double rangs de billettes (les petits carrés) soutenus par des modillons d’époque romane représentant  des animaux et des têtes humaines...

 égliseéglise détails 2 église détails

♥ ♥ ♥

Nous sommes redescendus vers la vallée de Saint-Savin pour manger et du restaurant j’avais en face de moi une petite chapelle, Notre Dame de Piétat, chère à notre cœur. Perchée sur une butte, elle domine la vallée d’Argelès et offre une vue superbe à 240° sur les Pyrénées... Construite à partir du XIe, remaniée au XIVe et XVIIIe siècles , cette jolie chapelle est dotée d'un clocher à coyaux superposés (ce sont les pièces de bois qui permettent à la couverture de déborder du toit). Elle a pour origine une légende qui remonte au XIe siècle : la veuve d’un preux chevalier mort en Terre Sainte voulut marier sa fille à un beau jeune homme revenu des croisades. La veille du mariage, elle apprit l’origine de son futur gendre : il était le fils illégitime de son défunt mari et d’une levantine chrétienne rencontrée à Jérusalem. La jeune promise se suicida et le beau jeune homme se repentit en faisant construire cette chapelle où il se retira du monde.

 DSC03322Notre Dame de PiétatDSC03332

♥ ♥ ♥

Plus bas encore, l’église de Soulom, la plus curieuse de cette vallée de Saint-Savin, édifiée en l’honneur de Saint-André au XIIe siècle  et fortifiée au XVe siècle. Elle est dotée d'une galerie en encorbellement, de mâchicoulis et d’une rangée  de créneaux ouverts. Un chemin de ronde en galerie percée d’ouvertures régulières entoure l’abside et les nefs... Elle est difficile à prendre en photo tant elle est enserrée par les habitations au cœur du village et on ne se rend pas compte de l'effet saisissant qu'elle produit quand on la découvre dans son environnement naturel...

soulom soulom

DSC03312

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 00:01 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 30 septembre 2011

Une église et une chapelle basques...

Il y a environ une quinzaine d’années, nous avions été écouter un concert de chants corses et basques dans l’église d’Ustaritz... Nous n’y étions jamais revenus depuis, et cet été, lors des  rares embellies de la fin juillet, nous sommes partis à la découverte ou redécouverte de certains lieux du Pays Basque. Nous avons commencé par Ustaritz  et comme vous allez le voir, bien nous en a pris d’y aller ce jour-là plutôt qu’un autre.

De l’extérieur, Saint-Vincent est une église plutôt classique voire sévère comme il y en a tant, silhouette élancée avec son clocher qui grimpe vers les cieux, datant du XIXème siècle...

Ustaritz 

La surprise est d’autant plus grande à l’intérieur, et cet après-midi là nous avons eu la chance de la trouver toute éclairée. Quatre personnes s’y tenaient, un couple de touristes, le prêtre de la paroisse et une dame chargée de l’art sacré au niveau du diocèse qui venait voir le nouveau mobilier liturgique, en laiton massif, livré à l’église le mois précédent.

Saint-Vincent mobilier liturgique

Le plus remarquable, ce sont les couleurs qui  habillent l’intérieur de l’église et lui donnent une atmosphère chaleureuse et gaie...

 Saint-Vincent le choeur

Saint-Vincent l'autel de la Vierge

Saint-Vincent nef et vitraux

Une des particularités de l’église est l’utilisation, d’avant-garde pour l’ époque, de  la fonte pour la structure des galeries, ces galeries typiques des églises basques habituellement tout en bois...

Et ce qui frappe le visiteur d’emblée, outre l’explosion de couleurs, ce sont les peintures du chœur datant de 1946  représentant une procession des saints du XIXème siècle, auxquels les habitants du village ont prêté leurs traits. Les couleurs vives, les visages incroyablement expressifs, les détails ornementaux, les frises qui encadrent les groupes de personnages, tout l’ensemble  est d’un effet  saisissant  et une récente restauration nous les offre dans leur fraicheur originelle...

DSC01502

DSC01499

Saint-Vincent détails des saints

DSC01504

Alors que nous  écoutions attentivement la conversation qui se tenait sur le patrimoine religieux de la région,  le prêtre a parlé d’une chapelle des environs  qui venait  d’être consacrée quelques jours auparavant par Mgr Aillet, l’évêque de Bayonne. Il a proposé de nous y accompagner, heureusement car nous ne l’aurions pas trouvée faute de signalisation! (d’Ustaritz, il faut prendre la route de Saint-Pée  sur Nivelle , la D3 et tourner à gauche au chemin de Bidachuna)

Cette chapelle a la particularité, nous a expliqué le prêtre pendant le trajet, d’être au confins de trois communes, Ustaritz, Souraïde et Saint Pée, au lieu dit d’Otsanz et d’être propriété privée. En effet, le cinéaste René Clément en découvrit les ruines en 1991 sur la propriété qu’il venait d‘acquérir, un bout de mur et la pierre monolithique de l’autel. L’origine de cette chapelle détruite à la révolution remonte au Moyen-Age, lieu de cachette des chrétiens pendant les invasions et halte pour les pèlerins de Compostelle. Madame Clément selon la volonté du cinéaste disparu en 1996,  s’occupa de faire renaitre la chapelle, ce qui fut fait il y a deux ans avec l’aide d’artisans locaux, tailleurs de pierre, charpentiers et maçons...Avec la consécration, la chapelle a retrouvé son âme et sa destination liturgique.

chapelle sainte Marie-Madeleine

Les pierres foncées sont tout ce qui restait de la chapelle avec la pierre d‘autel de plus d’une tonne  dans laquelle fut scellée une pierre contenant des reliques de sainte Marie-Madeleine le jour de la consécration .

chapelle ste Marie Madeleine détails

Ici point de couleurs, la sobriété est de mise: Pour seuls ornements,  la pierre  taillée, une  charpente de toute beauté, un crucifix en bois sobre et nu, la lumière naturelle, la chaleur blonde de la pierre, des portes massives en bois clouté à l’ancienne...  Il y règne une atmosphère rare due peut-être à cette renaissance en un lieu chargé d‘histoire, en plein XXIe siècle avec  un savoir-faire digne de ceux qui l’avaient érigée il y a si longtemps..

DSC01526

DSC01531

DSC01525

Nous sommes repartis heureux de ces rencontres et émus d’avoir pu découvrir cette petite chapelle si loin de la débauche picturale de saint-Vincent  mais si belle dans son humilité et sa simplicité, posée au milieu des champs, non loin d’une ferme, ouverte au passant et au pèlerin...

♥ ♥ ♥ 

du coeur et des mains

Un rendez-vous à ne pas oublier:

 la vente solidaire pour AFOUS

 aujourd'hui dès 8h et demain seulement

Posté par cathfd à 06:14 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 11 février 2011

Les chapelles jumelles ...

Lorsque cet automne, nous étions partis vers Iraty, nous nous étions arrêtés dans deux tout petits villages, connus pour leurs chapelles “jumelles”. En 1842 , trois anciennes paroisses distantes de quelques kilomètres à peine furent regroupées en une seule commune, Ahaxe-Bascassan-Alciette qui compte environ trois cents âmes à l’heure actuelle. Les chapelles de Bascassan et d’Alciette offrent la particularité d’une construction et d’une décoration intérieure quasiment identiques.

Saint-André de Bascassan

C’était le premier hameau sur notre route mais hélas nous avons trouvé porte close et personne n’a répondu dans la maison habitée la plus proche. En fait, nous l’apprendrons de la bouche de la personne qui nous a ouvert l’autre chapelle, nous ne frappions pas à la bonne porte ! Et malgré une seconde tentative, les gens en charge des clés étant absents, nous ne verrons que l’extérieur de cette chapelle...Le cimetière attenant ainsi que le décor intérieur sont classés monuments historiques. A l’origine, cette chapelle n’était qu’une simple grange, halte hospitalière sur le chemin des pèlerins. Sur la porte, remarquez l’étonnant personnage autour de l’entrée de serrure ...

Bascassan vue d'ensemblebasacassan cimetierreBascassan (3)

Le petit bâtiment  à côté de la chapelle, m’intriguait et comme Alba à peu près à la même époque  dans un autre village basque, j’ai découvert qu’il s’agissait d’une benoîterie, institution typiquement basque. La benoîte était la gardienne de l’église et du cimetière, il s’agissait d’une charge souvent d’un coût élevé, dont le choix était ratifié par l’évêque, en contrepartie de laquelle la benoîte , une jeune fille de plus de trente ans, parfois une veuve, s’engageait pour sa vie durant à servir l’Eglise moyennant le logement, des redevances en nature et des rétributions lors des cérémonies religieuses. C’est elle qui veillait notamment aux rites funéraires qui sont  très particuliers dans cette région de France, en quelque sorte c’était l’équivalent du sacristain ou du marguillier...  (pour en savoir plus, clic)

Et la benoîte de Bascassan était la dernière benoîte en activité au Pays Basque lorsqu’elle est décédée il y a une vingtaine d’années. La benoîterie est classée ainsi que son potager.

bascassan la benoiterie

Sainte Croix d’Alciette

Nous avons eu plus de chance avec la seconde chapelle, située je vous le rappelle à quelques kilomètres seulement. A quelques détails près, même construction, même origine, une simple grange hospitalière pour les pèlerins, pas de benoîterie attenante, même cimetière autour de la chapelle avec ses croix anciennes si particulières en pierre, différentes des stèles discoïdales basques habituelles.

Alciette le porche et le cimetière Alciette extérieur

Et une fois la porte franchie, quel émerveillement devant d’authentiques trésors cachés sous une si humble apparence...

Alciette vue d'ensembleAlciette voute étoilée bancs et prie-DieuAlciette retable, confessionnal et fonts baptismauxAlciette peintures voute

Les peintures des apôtres sur fond de paysages agrestes datent du XVIIIe siècle. Il émane de cette chapelle une impression extraordinaire, la décoration est riche mais si fraiche dans sa naïveté et les couleurs employées que c’était une vraie émotion de pénétrer en ce lieu...

Nous avons continué notre route...

Mendive

Le fond du cimetière de Mendive  où ont été rassemblées toutes les anciennes croix et quelques stèles discoïdales...J’ai trouvé que de l’ensemble se dégageait une rare et paisible harmonie autour de la croix de cimetière en pierre certainement très ancienne elle aussi...

♥ ♥ ♥

Merci pour vos commentaires sur le post précédent, même si je ne vous réponds pas individuellement, c'est toujours avec un immense plaisir que je vous lis. Merci pour votre fidélité...

♥ ♥ ♥

 

 

 

Posté par cathfd à 15:28 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags : , , ,