lundi 8 juillet 2013

Des pivoines, de la chine et les premières confitures de l’été...

D’abord merci à vous pour vos commentaires sur mon précédent billet, Monica s’est réjouie de voir l’accueil que vous avez réservé à sa Douelle et moi ,je me suis réjouie pour elle ...

DSC04793

Bien qu’elles soient déjà très épanouies, je n’ai pas résisté au plaisir de ramener à la maison ces pivoines doubles au somptueux cramoisi, au cœur ébouriffé mêlant étamines et pétales et offrant au regard leur  sensuelle et époustouflante beauté...

pivoines rouge foncé

Je les ai installées sur mon guéridon en compagnie de quelques objets chinés récemment (ou pas !): comme ce bol à bouillon d’une exquise délicatesse, dont la vendeuse m’assura qu’il s’agissait là de porcelaine de Sèvres...Les recherches que j’ai faites sur la signature ne m’ont pas permis de conforter ce point, qu’importe, cela ressemble en effet à du Sèvres ou à de la porcelaine de Paris, mais ce n’est pas en tant que collectionneuse que je l’ai acheté, seulement parce que ses délicates couleurs, son motif fleuri peint à la main, différent sur le bol et la soucoupe m’ont chaviré le cœur alors même que je ne suis pas fan de dorures !

bol à bouillon

Juste à côté posée sur le mouchoir en lin délicatement ajouré utilisé en guise de napperon, une main de poupée... Une petite main que le vendeur avait chiné au coup de cœur à Montreuil il y a 20 ans et que j’ai instantanément adoptée et chérie comme on peut le faire d’un objet imparfait (il manque un doigt) mais qui parle tellement à l’âme d’enfant qui sommeille au fond de vous qu’on ne réfléchit pas qu’on sort une pièce de 2 euros et qu’on repart le cœur en joie comme si on avait trouvé un trésor...En rentrant , on lui enroule une dentelle et quelques fleurs anciennes autour du crochet, histoire de la consoler d’avoir été séparée de son corps depuis si longtemps...

DSC04797

Et puis tout près , j’ai posé une petite boite métallique remplis de moules minuscules, animaux et formes classiques: dînette? moules à chocolat? ils sont craquants !

DSC04798

Enfin quelques torchons aux monogrammes ou liteaux rouges se sont posés dans un petit panier en  osier chiné voilà un certain temps...

DSC04806

En vis à vis du guéridon, de l’autre côté de la porte, c’est une chaise pliante en métal rouillé qui a pris place, dessus un torchon en chanvre très lourd  ...Cette chaise est d’une belle lourdeur gage de son ancienneté, avec des soudures à chaud témoins du savoir-faire de celui qui l’a exécutée, de douces volutes arrondies et de surprenants et superbes pieds boules en laiton massif, le tout attestant de  son authenticité, ce qui n’est pas négligeable en cette période où tout et n’importe quoi est copié de façon bluffante parfois...

chaise pliante

Le temps que je puisse m’en occuper pour les transformer en gelée, je n’ai pas résisté à installer pour le plaisir de l’œil les groseilles rouges et blanches achetées au marché dans la soupière et le plat “Groseilles “ de Sarreguemines...

DSC04807

groseilles rouges et blanches

Voilà donc pour moi, les premières confitures de cet été, une gelée parfumée et savoureuse, chapeautée de noir pour mieux faire ressortir sa couleur rubis, étiquetée à l’ancienne sur des étiquettes à pans coupés chinées écrites à la plume (plume et encre chinées aussi !)...

DSC04830

Enfin pour clore ce billet, six ravissantes tasses à café avec leurs sous-tasses de Digoin chinées pour 2 euros l’ensemble...

DSC04833

Là encore je n’ai pas '”vu “les dorures mais les couleurs délicates et la forme des tasses, c’est un grand plaisir d’y prendre mon café...tasses à café Digoin

Juste à côté du plateau avec les tasses sur la première photo, un bol Digoin, au motif de fleur rouge, large et généreux,  avec une patine d’usage pas trop prononcée et un léger fêle  qui n’a pas terni le plaisir rare dans ma région de trouver un bol Digoin abordable...

bol digoin fleur rouge

Et un ravissant et bucolique ornement décoratif en régule représentant des oiseaux dans des branchages avec leur nid...

DSC04838

Le temps des vacances est venu, je vous souhaite un bel ETE  !

Je vous retrouverai avec plaisir à la R E N T R E E...

Néanmoins je vous promets très vite (ce sera un billet programmé car je n’aurai pas de connexion  internet en vacances) une belle promenade en Béarn à la rencontre d’un jardin magnifique... Notre région a bien souffert des intempéries tout comme les Hautes-Pyrénées toutes proches, il ne faut pas hésiter à y venir en vacances, ces deux régions recèlent des trésors qui ne demandent qu’à être découverts...

hortensias bleus de Nanie

Posté par cathfd à 00:05 - - Commentaires [101] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


samedi 29 janvier 2011

La première confiture de l’année et un voyage immobile(18) à ne pas manquer....

DSC08381

Je ne vous les montre pas toutes, ce serait lassant, mais je vous montre celle-ci  parce que c’est la première confiture de 2011, parce que  vous n’en avez peut-être jamais fait, parce que c’est un délice parfumé que vous ne trouverez pas dans le commerce et que si vous aimez les mandarines, pas les clémentines ! les VRAIES mandarines, alors lancez-vous dans cette marmelade qui vous demandera un peu de temps mais en contrepartie vous régalera avec son goût merveilleux et inimitable...

marmelade de mandarinesmarmelade de mandarines 2

Prendre des mandarines bio (j’avais trouvé des mandarines de Sicile), les peler en quatre quartiers, enlever tous les filaments blancs qui veulent bien s’enlever, superposer les quatre quartiers de peau sur une planche et couper le zeste en minuscules bâtonnets tels que vous les voyez sur la photo au-dessus. Couper les quartiers de chair en travers et enlever soigneusement tous les pépins que vous mettrez dans un nouet pour la pectine, recueillir le jus bien sûr, mettre peaux, pulpe, jus et nouet avec les pépins dans une marmite plus un jus de citron par kg de mandarine, couvrir juste à fleur d’eau  et porter à ébullition. Eteindre le feu et laisser reposer au frais jusqu’au lendemain .

Le lendemain, peser le contenu de la marmite et ajouter le sucre , moi j’ai mis 550g par kg, porter encore une fois à ébullition et laisser à  nouveau  reposer jusqu’au lendemain. A ce stade, si vous aimez, vous pouvez ajouter de la cannelle en bâtons ( 1 bâton par kg de fruits) que vous casserez ensuite par petits morceaux dans  les pots, je l’avais fait l’an dernier, le mariage est très heureux...

Le surlendemain, troisième jour de la préparation, cuisson à feu vif, environ 30 minutes, ajout d’un peu d’agar-agar si vous trouvez la confiture trop liquide (ou cuisson un peu plus longue mais ce sera au détriment du goût de fruit frais), mise en pots et idéalement attendre un mois  avant de consommer... Mais rien ne vous empêche de déguster ce que vous avez raclé dans la marmite et mis dans un petit pot...Ce que j’ai fait avec délice...

Je vous annonce dans le titre un voyage immobile à ne pas manquer, vous vous souvenez,  c’est comme cela que je nomme mes lectures, et celle-là, quel voyage extraordinaire !

 

un bucher sous la neige

C ’est encore à Véronique que je la dois et comme je le lui ai écrit, c’est un beau cadeau.

En Ecosse au XVIIe siècle, une toute jeune femme, Corrag, attend dans une prison sordide la fin de l’hiver où elle sera brulée vive comme sorcière. Les temps sont troublés, le roi Jacques a pris la fuite en France  détrôné par Guillaume d’Orange et le pays est divisé, un massacre a été commis à Glencoe et le révérend Charles Leslie,un irlandais fidèle du roi Jacques part enquêter sur ce massacre espérant trouver les preuves qu’il a été commis sur ordre de Guillaume. Il fait halte dans la petite ville d' Inverary où il apprend que cette jeune femme prisonnière a été témoin du massacre, il décide de l’interroger , malgré sa répulsion et son mépris. Corrag accepte de dire ce qu’elle sait à cet homme à la condition qu’il écoute le récit de sa vie pour transmettre et témoigner de qui elle  était réellement après sa mort...

Et jour après jour, Charles va venir l’écouter. Et jour après jour, on suit dans les lettres qu’il écrit le soir à sa femme  l’évolution de ses sentiments , on le voit se remettre en question, faire tomber ses œillères et peu à peu devenir terriblement plus humain que ce qu’il était au départ, prisonnier de son savoir et de l'étroitesse d’esprit caractéristique des hommes de l’époque. Car Corrag,  sous ses haillons et sa tignasse emmêlée cache un cœur d’or et une grâce extraordinaire,  et si on la traite de sorcière comme sa mère et sa grand-mère avant elle, c’est à sa science des plantes et de leur pouvoir de guérison qu’elle le doit.   A sa liberté et à son indépendance   aussi. Dans un premier temps, le révérend Leslie  attribue à ses pouvoirs de sorcière , le don incroyable de Corrag de décrire si bien les lieux où elle a vécu, qu’elle a parcouru dans sa fuite à travers l’Angleterre jusqu’aux Highlands sauvages où elle a trouvé refuge.

”Elle a relaté sa vie  dans cette forêt frontalière et tandis qu’au retour de la geôle je marchais dans la neige, il me semblait humer des odeurs de mousse et de terre mouillée .Il me semblait fouler des pommes de pin. Sorcellerie que cela. Je ne serai pas dupe.”

Car Corrag qui a toujours vécu en symbiose avec la nature , qui a toujours été attentive à la moindre parcelle de vie et à la moindre étincelle de beauté dans ce qui l’entoure,  a ce don unique de vous transporter par ses paroles et de vous faire vivre ce qu’elle raconte...C’est une écriture magnifique, envoutante, un sublime portrait de femme, des personnages secondaires attachants et un hymne à la vie et à l’amour...

Lisez ce livre, vous serez émerveillés... si vous l’ouvrez , vous ne pourrez pas le quitter. Vous serez tenus en haleine tout au long des 400 pages  et comme moi , vous aurez souvent la gorge nouée, vous vibrerez, vous souffrirez, vous respirerez et aimerez aussi avec Corrag, vous vous émerveillerez  de la beauté d’une nature sauvage et splendide que cette magicienne des mots saura vous restituer dans toute   sa plénitude sans que jamais ces descriptions ne vous pèsent.

Susan Fletcher a un talent immense, et la lecture de ce roman est comme il est écrit sur le retour de couverture, une véritable “expérience sensorielle”. Le livre que j’ai commencé quelque temps après m’a paru bien fade...

Posté par cathfd à 00:01 - - Commentaires [84] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 31 août 2010

Où il est question de confiture et de chine...

pêches blanches

Un plateau de succulentes pêches blanches du Roussillon rapporté du marché m’a donné envie de mettre en pot ce délice parfumé tout en vous montrant quelques trésors de chine butinés ici ou là sur brocante ou vide-grenier  durant l’été. Un rassemblement hétéroclite  à la Prévert  dont le seul point commun est le plaisir que j’ai eu à les chiner...

chine et confiture de pêche 

Tout d’abord un tout petit pot à confiture ancien, idéal pour les petits restes, vous savez , la dernière louche qui ne rentre pas dans le pot,  et ce qu’on racle sur les parois de la bassine pour ne pas perdre une goutte de la précieuse gourmandise...Je ne sais pas si vous avez remarqué, ces pots anciens, plus ils sont petits, plus ils sont chers, j’ai réussi à négocier celui-ci (7 cm de haut, 8 cm de diamètre intérieur) 13 euros  mais il a fallu beaucoup de persuasion et aussi que le brocanteur ait envie de me faire plaisir, je crois !

mini pot à confiture 

J’ai laissé la peau des pêches ce qui explique la couleur rose très prononcée de ma confiture de pêches... blanches ! Et après cuisson, elle avait fondu littéralement et nous ne l’avons pas trouvée à la dégustation...

Je vous montre l’ensemble, confitures et objets chinés sur un drap de bébé en lin superbement travaillé avec un monogramme fleuri, un feston profond  sur le revers et surtout entièrement ourlé à jour sur tout le tour du drap.

monogramme drap BB

feston drap BB

 

Vous vous souvenez peut-être que l’an dernier à Paris, j’avais eu un coup de foudre pour des assiettes de la faïencerie Longchamp, j’ai retrouvé cet été deux assiettes à compartiment saucier pour asperges ou artichauts  de la même provenance.

assiette Longchamp

Enfin, un joli motif en bois sculpté dans la masse, avec un très léger manque facilement réparable...

bois sculpté

Je vous laisse avec ce couple d’hirondelles en conversation très animée !

conversation d'hirondelles

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 08:07 - - Commentaires [96] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 18 janvier 2010

Petits plaisirs et jolies surprises de janvier...

Le tout premier jour du premier  mois de cette année nouvelle, j’ai préparé un petit plaisir rien que pour moi, non que je sois subitement devenue égoïste avec le passage d’une année à l’autre, mais il se trouve que cette gourmandise-là n’intéresse que moi à la maison... Une marmelade de citrons et bergamotes, ces drôles de citrons au nombril proéminent, dont le zeste  contient l’huile essentielle  qui permet de parfumer le thé Earl Grey  ou les bergamotes, spécialité de Nancy...marmelade citron et bergamote D’après la recette de Natalia, quelques petits pots pour faire durer le plaisir tout au long de l’année... et en offrir si  d’aventure, je trouvais des amateurs de saveurs citronnées !

Janvier pour les étudiants, c’est le moment redouté des partiels, je suis donc partie une dizaine de jours chez la Demoiselle de Bordeaux assurer l’intendance et faire un peu de cocooning pendant cette période... Avant de partir, j’ai rangé le sapin et une grande partie de la déco de Noël, rassemblé les dernières jacinthes dans un bouquet pour en profiter jusqu’au bout et ne pas les laisser se faner toutes seules dans la maison désertée...

jacinthes et chatons

Je suis partie alors que la neige arrivait sur le sud-ouest, et j’étais assez préoccupée  à l’idée de la route qui m’attendait... J’ai failli ne pas aller voir ma boîte aux lettres en pensant que le facteur n’était pas encore passé. J’aurais donc pu partir sans voir qu’un paquet m’attendait, une surprise envoyée par Elle ! Je suis vite partie et arrivée à destination (trois heures plus tard quand même mais sans la moindre neige sur la route) j’ai découvert avec ravissement ce qu’elle m’avait envoyé...

surprise d'Isabelle

Un carnet houssé de lin avec  son marque page (une création de Par un beau matin d’hiver) et deux superbes coupons de lin imprimé d’écritures avec de ravissantes dentelles, un croquet gris avec une étiquette en céramique (création Minéral), clin d’œil à notre département, de jolies étiquettes avec du rose et du gris... une carte  de vœux avec des ailes d’ange...  Isabelle, tu sais combien j’ai eu de plaisir à découvrir cette surprise ...

Pendant mon séjour bordelais, j’ai vu de la neige uniquement ... sur vos blogs ! et j’ai raté  çà :

pi-mont_enneig-[1] Photo aérienne prise par un collègue de mon mari, du piémont pyrénéen enneigé...

Sur la route du retour, nous nous sommes arrêtées, la demoiselle et moi pour prendre en photos ... des grues ! Rassemblées par centaines dans un champ de maïs, elles étaient tranquilles à quelques mètres de la route nationale 10 et de son trafic intense, glanant sans crainte quelques grains de maïs oubliés sans doute, se reposant, lissant leurs longues plumes ou déambulant avec cette démarche étrange des grands échassiers...

grues à Captieux

L’Aquitaine est une des zones d’hivernage des grues cendrées sur les sites de Captieux  (Gironde) et d’Arjuzanx (Landes). Elles glanent dans les champs cultivés  et alentour toute la journée et se regroupent  en poussant leur cri caractéristique par centaines en dortoir pour la nuit. Voir d’aussi près ces oiseaux mythiques était  un  petit bonheur du jour...

A notre arrivée à la maison, une autre surprise m’attendait dans ma BAL, d’Elle cette fois-ci...

surprise d'Elvézia

Un paquet délicatement parfumé, est-ce l’eucalyptus qui sent si bon ? qui contenait  un magnifique coupon de lin fleuri de chez Cabbages & Roses, en direct de Londres où elle vient de faire un séjour ! Et l’accompagnaient tout en délicatesse, un oiseau aux écritures, une étiquette  partition, une étoile en zinc, une  petite pince adorable et une mini éprouvette au nom de son blog... Elvézia,  toi aussi tu sais quel plaisir tu m’as fait...

La MAC n’aura pas trop le temps de se reposer, elle était partie à Bordeaux avec moi pour pouvoir terminer sur place les double rideaux occultants de la Demoiselle, elle va très vite reprendre du service... !

Posté par cathfd à 07:05 - Commentaires [67] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 19 septembre 2009

La Pomme de Cydon...

coings

La fin de l’été coïncide avec la saison du coing, connu dans la Grèce antique sous le nom de Pomme de Cydon... Ce fruit odorant lorsqu’il est à maturité, parfumera votre cuisine en attendant que vous le transformiez en gelée d’une  couleur qui varie d’un bel orangé au rouge selon les fruits et ...la durée de la cuisson !

gelée de coings

Avec la pulpe j’ai fabriqué des pâtes de fruits, délices fruités régressifs, souvenirs de mon enfance, puisque les pâtes de fruits ont été longtemps les seules sucreries ayant droit de cité à la maison...

gelée et pâte de coings

Pour toutes celles qui se demandent d'où viennent mes bougeoirs silhouettes du post précédent, ils ne sont pas anciens ! Je les ai trouvés dans ma boutique de déco favorite, sous la marque Chehoma ...

Un immense MERCI pour vos nombreux et enthousiastes commentaires sur mes derniers messages, en particulier l'acte III de mes chines estivales ...Vous m'avez à votre tour parfois confié  ce qui vous touche dans le linge ancien et j'ai adoré vous lire ! Je n'ai pas pu vous répondre, vous comprendrez mieux la semaine prochaine ce qui a rempli mes journées...

♥  Très bon weekend à vous ♥

Posté par cathfd à 07:20 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags :

lundi 17 août 2009

Callas orangés...

Bien que ne raffolant pas trop des fleurs exotiques, hormis les orchidées, tous les étés, j’aime ramener du marché un bouquet de callas...

callas et abricots

J’aime leur couleur feu qui hésite entre l’orange et le bordeaux, et j’aime le contraste avec le bleu...ce jour là j’avais fait avec la collaboration de M. Rose & Gris, de la confiture d’abricots à la vanille et aux amandes... d’abricot. Il m’en restait juste de quoi faire une tarte et la couleur des fleurs faisait écho aux nuances des fruits, présentés ici à l’abri d’une cloche chinée récemment, en verre taillé avec un curieux bouton dont l’aspect me fait penser  à de la corne...

callas et abricots sous cloche chinée

C’est dans l’entrée de l'appartement que j’aime installer mes callas, toujours pour le contraste avec le bleu du mur et aussi parce que leur couleur répond à celles de la baguette, du biseau et de la gravure du cadre au dessus de la console...

callas oranges

Posté par cathfd à 07:29 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 29 juillet 2009

Le temps des confitures...

Bien que l’on puisse faire des confitures presque toute l’année, je les associe plus volontiers à l’été et lorsque je pense vacances, je pense aussi confitures et donc à tout ce qui faut pour les faire : une grande marmite, des pots, des épices, de la belle vanille en gousses bien grasses et de chaque marché je ramène des fruits ...

prunes rouges et jaunes   

Cette fois-là, j’ai jeté mon dévolu sur de petites prunes; arrivée sur le marché un peu tard, j’ai pris tout ce qui restait dans les cagettes...

J’ai commencé par faire un moelleux clafoutis en mélangeant les deux variétés...

clafoutis aux prunes

J’utilise depuis des années une recette de Christian Constant, de l’époque où il était chef pâtissier du Crillon. Recette donnée pour un clafoutis aux mirabelles, mais que j’utilise avec bonheur avec les cerises et les abricots tout autant qu’avec les prunes.

clafoutis gros plan

C’est une pâte fondante et goûteuse  que j’ai un peu adaptée:

100g de poudre d’amandes, 4 œufs, 160g de  sucre (la recette initiale en comportait 200g) , 2 cuillères à soupe de maïzena, 6 cuillères à soupe de crème (de soja pour moi) . Battre le tout et verser sur les fruits dénoyautés, enfourner 25 à 30 mn à 180° en chaleur tournante. Des proportions faciles à diviser  par deux si vous avez peu de fruits... Je garnis abondamment le fond de mon plat mais je suis bien incapable de vous dire quelle quantité de fruits j’utilise...

Le reste des prunes m’a servi pour faire quelques pots de confiture...

confiture de prunes

Après quelques heures de macération avec le sucre (600g par kilo de fruits dénoyautés),la vanille et le jus de citron, une courte ébullition et le repos d’une nuit, deux cuissons séparées de 20 mn pour les jaunes et 30 mn pour les rouges, un peu d’agar-agar pour aider la gélification tout en gardant le goût du fruit frais grâce à la cuisson courte et voilà du régal en bocal pour le petit déjeuner ou le goûter...

confitures de prunes et dominos anciens Sur un dessus de coussin ancien de famille, un jeu de domino chiné sur le marché d’Aix en Provence, en ébène et os, et  deux verres chinés dans une petite brocante de village en Bigorre.confitures détails

Avec en prime le parfum voluptueux des noces des fruits et du sucre qui envahit la maison, la satisfaction de remplir soigneusement les pots un à un à ras bord, le plaisir gourmand de goûter la confiture encore chaude  en raclant les parois de la marmite et de la louche, celui enfin d’aligner les pots sur l’étagère aux confitures...

* * *

Posté par cathfd à 07:29 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 24 février 2009

Du soleil en pot...

En plein coeur de l'hiver, c'est justement le moment de préparer les confitures d'agrumes, les fruits sont savoureux et c'est une façon d'inviter le soleil à sa table, quoi de mieux pour débuter une journée ?

marmelade_de_pamplemousses

Marmelade de pamplemousse rose et orange sanguine bio

Prendre 4 pamplemousses roses et une orange sanguine (pour renforcer la couleur),des fruits bio (très important puisqu'on utilise tout le zeste), les peler, enlever soigneusement toute la partie blanche des zestes ainsi que le maximum de peaux sur la chair, recueillir la chair  à vif et le jus qui s'en échappe, tailler  les zestes en minuscules bâtonnets d'1 mm de large sur 1,5 à 2 cm (ou passer au robot, c'est moins joli après, mais c'est plus rapide...J'avoue que c'est ce que j'ai fait là !) Peser chair, jus et zestes et ajouter le même poids d'eau pure. Laisser reposer 24 H.

Le lendemain, ajouter 700g de sucre blond bio en poudre par kilo de préparation, porter à ébullition et laisser cuire 45 à 60 mn. Si la confiture vous paraît trop liquide, rajouter en remuant bien un peu d'agar-agar plutôt que de prolonger la cuisson. A titre indicatif j'avais 2 kg de fruits + eau, j'ai mis 1,4 kg de sucre et 3 g d'agar-agar.

Mettre immédiatement en pots en remplissant à ras bord, visser immédiatement les couvercles et retourner les pots jusqu'à refroidissement.

Idéalement laisser reposer huit jours avant de déguster et si comme moi, vous avez un pot qui n'est pas rempli complètement, alors mettez-le au réfrigérateur... C'est plus difficile d'attendre quand on prend un coup de soleil chaque fois qu'on ouvre la porte du dit réfrigérateur... A vous de voir...

*****

 

Posté par cathfd à 08:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :