lundi 20 décembre 2010

Les merveilles de Brigitte (5) ...

Le temps  de notre dernier rendez-vous avec les merveilles de Brigitte est venu... Des tableaux , des objets et en cette période de Noël où l’enfant qui sommeille en chacun de nous ne demande qu’à se réveiller, des jouets...

♥ Avez-vous jamais rêvé d’avoir sur vos murs les portraits de vos ancêtres  ? Moi ,je vous avoue que  j’adorerais, c’est pourquoi Célina et Célestin m’ont toujours fascinée. Ce sont les arrière-grands-parents de la grand-mère de  Brigitte, dont les portraits à l’huile étaient les véritables stars de son salon ...

Célina et Célestin

Ces peintures datent de 1850: à l’époque Célina était âgée de 29 ans et Célestin de 40 ans ...

Pas du tout évident de photographier des tableaux, j’ai fait un recadrage mais la définition n’est plus très bonne, j’en suis désolée... j’aurais aimé que vous puissiez vous rendre compte de la finesse des détails... Célina et Célestin gros plans

détail tableau Célina 

♥ Parmi les nombreux tableaux de mon amie, il y en a deux autres que j’aime particulièrement, des huiles du XIXe siècle représentant des paysages...En voici un aperçu... (Plus bas , vous les verrez dans leur cadre sur le mur )

paysages

♥ Et des paysages, dès la fin XIXe siècle on pouvait en admirer grâce au Stéréoscope,  permettant de voir en relief des images d’abord, puis des photos . Appareil  très en vogue, on en trouvera jusque dans les années 1940...  Celui-ci est un modèle de table qui par un système de mécanisme à chaine permettant de charger un nombre important de plaques photographiques, jusqu’à 50, permettait de visionner les photos sans quitter les oculaires des yeux en tournant la manivelle sur le côté de l’appareil...  Remarquez la jolie poignée et le filet en marqueterie ...

stéréoscope

Approchez-vous ! J’ai collé l’objectif de mon appareil photo sur un des oculaires de l’appareil pour vous montrer quelques unes des vues: la mer de glace, la grotte de Lourdes...

stéréoscope détails des vues

♥ Pour clore cet inventaire à la Prévert de ce que j’ai appelé “Les merveilles de Brigitte”, je vous propose de retrouver votre âme d’enfant avec quelques jouets...

jouets

 

 

 

 

 

Un fragile petit piano dont Brigitte pense qu’il est en carton-pâte ! Il a un peu souffert de l’enthousiasme des enfants qui l’ont utilisé ! Mais que de détails raffinés : les petites appliques chandeliers, les poignées en métal...

piano jouet détails

Une  superbe dinette dont il reste suffisamment de pièces pour imaginer la richesse du service lorsqu’il était complet...

dinette détails

Présentée sur un torchon en lin aux liteaux tissés sur quatre côtés, soupière, nombreux plats et raviers, théière, cafetière, bols, tasses et sous-tasses, assiettes,  pichets  et verres à pied permettaient aux fillettes d’apprendre tout en jouant à dresser une table à la française... nul doute qu’il y ait eu, un jour, des couverts pour accompagner la dinette en faïence...

cousette

Une ravissante cousette  d’époque Napoléon III , dont vous trouverez quelques détails ci-dessous...

cousette détails

 

 

Ainsi s’achève cette chronique, j’ai eu beaucoup de plaisir à photographier ces objets et à vous les présenter, à faire des recherches sur leur histoire... J’ai beaucoup appris grâce à Brigitte  et à ses trésors familiaux, c’est une chance pour moi  qu’elle ait accepté ce partage avec vous ...

La quatrième bougie de l’Avent a été allumée hier...

les 4 bougies de l'Avent

Je vous donne rendez-vous le 23 pour vous montrer quelques petits bouts de maison parée pour Noël... sobrement, car cette année, ma devise est “less is more”...

Posté par cathfd à 06:13 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , ,


vendredi 1 octobre 2010

Bluffant...

Il y a déjà quelque temps, une amie m’a envoyé un diaporama, j’ai récupéré quelques images pour les partager avec vous. Je sais que beaucoup de diaporamas circulent et peut-être l’avez-vous déjà vu, mais peut-être pas ...

A girl by the window

sisters and book

the old album

studying

Ce ne sont pas des photos, mais des peintures hyperréalistes d’un peintre iranien, Iman Maleki. Né à Téhéran en 1976, il est fasciné par la peinture dès son plus jeune âge et commence à peindre à 15 ans . En 2005 il remporte, entre autre, le prix William Bouguereau.( source wikipédia)

Je suis impressionnée par la perfection des détails. Quel phénoménal sens de l’observation faut-il développer pour arriver à un tel résultat... Je ne mettrais sans doute pas ces peintures dans mon salon, mais il n’empêche que je trouve que ce jeune peintre a une maitrise éblouissante de  son art.  Et vous , vous en pensez quoi ? quel type de peinture aimez-vous ?

Posté par cathfd à 06:52 - - Commentaires [80] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 16 octobre 2009

Carnets d'automne: les marrons d'Inde,les noix et Mattin Partarrieu...

Je ramasse les marrons d’Inde qui tombent en ce moment avec un plaisir enfantin ... ces drôles de fruits non comestibles s’apparentent pour moi  aux galets ramassés sur la plage, j’aime en toucher les rondeurs lisses et brillantes... j’aime la coque tantôt  piquante  tantôt lisse à l’extérieur, et  moelleuse et tendre à l’intérieur, un petit nid douillet où le fruit a lentement muri bien protégé de toute agression, une vraie matrice...

marrons d'inde

En allant commander mon bois chez un agriculteur du village, j’ai  d’abord admiré ce noyer majestueux, solidement campé sur d’énormes racines affleurant la surface,   puis ramassé quelques noix...

le noyer pf

jusque là rien de bien extraordinaire, sauf que de l’autre côté du chemin il y a un autre noyer, et là surprise, il donne les plus grosses noix  que j’ai jamais vues...

noix gros plan

noix sur plat Partarrieu

Je vous les présente sur un plat en céramique signé du peintre basque Mattin Laurent Partarrieu. Un peintre découvert il y a plus de quinze ans  au Pays Basque, dont j’aime beaucoup les tableaux ... en général de très grands formats que nous avons plaisir à aller voir tous les ans à St Jean  de Luz dans la galerie Hordago qui l’expose en exclusivité.

hommage à la goulue  soirée au piano bar  au mois d'août à St Jean de Luz  au balcon rue d'Alesia

A propos de Mattin Partarrieu, Robert Doisneau disait de lui qu'il :"montrait la comédie du quotidien avec un regard amusé et tolérant..." et  j’ajouterais volontiers, plein de tendresse ...

Nous  avons trouvé une année ce plat, pièce unique d’une toute petite série de céramique, nous avons aimé les couleurs monochromes (si bien accordées à la saison et à ces carnets d’automne) et la galerie de visages si typiques de Partarrieu qui en orne le bord...

Partarrieu détails

Pour vous remercier de vos  visites et  commentaires toujours plus nombreux et attentifs, ce cœur garni d’une liane de baies rouge vif, cueillie dans une haie et que, malgré mes recherches, je n’ai pas réussi à identifier... J’avais pensé à du bois-joli, la baie en elle même y ressemble mais il ne se présente pas sous forme de liane, ce n’est pas non plus de la douce-amère qui, elle, est une liane...

liane de baies rouges

♥ ♥ ♥

Edit de 15h40: je savais bien en faisant appel à votre sagacité que je trouverai le nom de ma liane, c'est Domi qui me l'a suggéré et elle a raison, c'est du tamier commun ou "herbe aux femmes battues" ou encore "racine de feu" ou "raisin du diable" ou "vigne noire"... Dans le sud de la France, son nom occitan est reponchon qui se prononce "repountchoun". La baie juteuse est toxique, d'où ses surnoms populaires...

Merci Domi !

Posté par cathfd à 06:32 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 11 septembre 2009

Chine estivale: acte II, gravures et cartes postales...

A Arcangues, dans ce joli village basque dont je vous ai parlé cet été, il y a aussi une petite brocante, autrefois installée juste derrière le restaurant aux grandes tables de schiste au cœur du village, maintenant expatriée à peine un peu plus loin ... Le propriétaire, homme affable et disert déniche toujours de jolis objets, souvent de la très jolie argenterie,  et cette fois-là j’ai été attirée par ces deux gravures...

soubrettes

Ne sont-elles pas exquises ces soubrettes ? L’une toque à la porte pour apporter du courrier, sans doute un billet doux car accompagné d’un bouquet de violettes et  dans le langage des fleurs, la violette signifie l’amour caché... Quant à l’autre, elle a interrompu sa tâche et le poing sur la hanche, elle écoute  par la porte entr’ouverte avide de recueillir quelque  nouvelle qu’elle pourra rapporter à l’office, la coquine !

soubrettes gros plan

J’ai été séduite tant  par la douceur des couleurs que par le sujet de ce gravures... l’un des cadres a un léger manque, mais ce n’est pas grave, je ne sais pas encore si je vais les patiner ou les garder dans leur jus... (A noter que dans cette boutique il y a l'intégralité des torchons de Jean Vier ainsi que quelques nappes avec une remise de 10% par rapport aux prix des boutiques du même nom...)

C’est  sur un vide grenier que j’ai déniché, une série de cartes datant de 1910, de jolies marines avec un cadre embossé...

cartes marines d'un père à son fils pf

Les quatre ont été adressées à quelques jours d’intervalle par un père à son fils parti en vacances avec sa mère , alors que le père est retenu à son travail... il écrit à son fils des mots simples qui témoignent de son amour paternel attentif et pudique, en ce temps là on s’écrivait beaucoup comme maintenant on se téléphone, pour des petites choses sans importance qui font le quotidien d’une vie mais qu’on aime partager. Les “sois aimable pour maman qui se donne tant de peine pour toi”, réitérés sur presque chaque carte m’ont amusée et fait penser à des courriers de mon père à ses parents, fils adoré et à jamais reconnaissant dont l’amour filial s’exprimait à chaque lettre...

Enfin parce que le coin était cassé, le brocanteur voulait 5 euros de cette carte au lieu des 10 qu’elle valait soi-disant (les prix des cartes anciennes me laissent perplexe parfois...) et parce que je n’avais que 2 euros de monnaie, c’est à ce prix que j’ai eu cette carte de 1903 dont j’adore le dessin...

les patineuses

Deux amies ? deux sœurs ? s’apprêtent à patiner  sur un lac glacé et l’une s’est assise pour mieux aider l’autre à attacher ses patins... Elles sont très élégantes, ne trouvez-vous pas ? Peut-être Aline qui signe la carte a-t-elle partagé ce genre de moment avec  Jane à qui elle l’envoie, le 10 décembre 1903..

élégantes patineuses gros plan 

Et enfin l’acte III de ma chine estivale  sera consacré aux textiles ...

Posté par cathfd à 06:41 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , ,