vendredi 20 janvier 2012

En Lavedan...

Première balade de l’année sur ces pages, c’était pour nous la dernière de 2011, fin décembre par une magnifique journée...Nous étions partis vers le val d’Azun, une des 7 vallées du Lavedan et nous étions arrêtés  dans le village d’Aucun, petit village montagnard...

 toitsdétails

L’église paroissiale, Saint-Félix, d’origine romane du XIe siècle doit son originalité à ses deux nefs croisées, elle a en effet été remaniée au XVe siècle. Le petit clocheton situé sur le toit renferme un chimboulet (petite cloche au son clair qui annonçait l’élévation durant la messe). Portail à chrisme, corniche à double rangs de billettes (les petits carrés) soutenus par des modillons d’époque romane représentant  des animaux et des têtes humaines...

 égliseéglise détails 2 église détails

♥ ♥ ♥

Nous sommes redescendus vers la vallée de Saint-Savin pour manger et du restaurant j’avais en face de moi une petite chapelle, Notre Dame de Piétat, chère à notre cœur. Perchée sur une butte, elle domine la vallée d’Argelès et offre une vue superbe à 240° sur les Pyrénées... Construite à partir du XIe, remaniée au XIVe et XVIIIe siècles , cette jolie chapelle est dotée d'un clocher à coyaux superposés (ce sont les pièces de bois qui permettent à la couverture de déborder du toit). Elle a pour origine une légende qui remonte au XIe siècle : la veuve d’un preux chevalier mort en Terre Sainte voulut marier sa fille à un beau jeune homme revenu des croisades. La veille du mariage, elle apprit l’origine de son futur gendre : il était le fils illégitime de son défunt mari et d’une levantine chrétienne rencontrée à Jérusalem. La jeune promise se suicida et le beau jeune homme se repentit en faisant construire cette chapelle où il se retira du monde.

 DSC03322Notre Dame de PiétatDSC03332

♥ ♥ ♥

Plus bas encore, l’église de Soulom, la plus curieuse de cette vallée de Saint-Savin, édifiée en l’honneur de Saint-André au XIIe siècle  et fortifiée au XVe siècle. Elle est dotée d'une galerie en encorbellement, de mâchicoulis et d’une rangée  de créneaux ouverts. Un chemin de ronde en galerie percée d’ouvertures régulières entoure l’abside et les nefs... Elle est difficile à prendre en photo tant elle est enserrée par les habitations au cœur du village et on ne se rend pas compte de l'effet saisissant qu'elle produit quand on la découvre dans son environnement naturel...

soulom soulom

DSC03312

♥ ♥ ♥

Posté par cathfd à 00:01 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


vendredi 30 septembre 2011

Une église et une chapelle basques...

Il y a environ une quinzaine d’années, nous avions été écouter un concert de chants corses et basques dans l’église d’Ustaritz... Nous n’y étions jamais revenus depuis, et cet été, lors des  rares embellies de la fin juillet, nous sommes partis à la découverte ou redécouverte de certains lieux du Pays Basque. Nous avons commencé par Ustaritz  et comme vous allez le voir, bien nous en a pris d’y aller ce jour-là plutôt qu’un autre.

De l’extérieur, Saint-Vincent est une église plutôt classique voire sévère comme il y en a tant, silhouette élancée avec son clocher qui grimpe vers les cieux, datant du XIXème siècle...

Ustaritz 

La surprise est d’autant plus grande à l’intérieur, et cet après-midi là nous avons eu la chance de la trouver toute éclairée. Quatre personnes s’y tenaient, un couple de touristes, le prêtre de la paroisse et une dame chargée de l’art sacré au niveau du diocèse qui venait voir le nouveau mobilier liturgique, en laiton massif, livré à l’église le mois précédent.

Saint-Vincent mobilier liturgique

Le plus remarquable, ce sont les couleurs qui  habillent l’intérieur de l’église et lui donnent une atmosphère chaleureuse et gaie...

 Saint-Vincent le choeur

Saint-Vincent l'autel de la Vierge

Saint-Vincent nef et vitraux

Une des particularités de l’église est l’utilisation, d’avant-garde pour l’ époque, de  la fonte pour la structure des galeries, ces galeries typiques des églises basques habituellement tout en bois...

Et ce qui frappe le visiteur d’emblée, outre l’explosion de couleurs, ce sont les peintures du chœur datant de 1946  représentant une procession des saints du XIXème siècle, auxquels les habitants du village ont prêté leurs traits. Les couleurs vives, les visages incroyablement expressifs, les détails ornementaux, les frises qui encadrent les groupes de personnages, tout l’ensemble  est d’un effet  saisissant  et une récente restauration nous les offre dans leur fraicheur originelle...

DSC01502

DSC01499

Saint-Vincent détails des saints

DSC01504

Alors que nous  écoutions attentivement la conversation qui se tenait sur le patrimoine religieux de la région,  le prêtre a parlé d’une chapelle des environs  qui venait  d’être consacrée quelques jours auparavant par Mgr Aillet, l’évêque de Bayonne. Il a proposé de nous y accompagner, heureusement car nous ne l’aurions pas trouvée faute de signalisation! (d’Ustaritz, il faut prendre la route de Saint-Pée  sur Nivelle , la D3 et tourner à gauche au chemin de Bidachuna)

Cette chapelle a la particularité, nous a expliqué le prêtre pendant le trajet, d’être au confins de trois communes, Ustaritz, Souraïde et Saint Pée, au lieu dit d’Otsanz et d’être propriété privée. En effet, le cinéaste René Clément en découvrit les ruines en 1991 sur la propriété qu’il venait d‘acquérir, un bout de mur et la pierre monolithique de l’autel. L’origine de cette chapelle détruite à la révolution remonte au Moyen-Age, lieu de cachette des chrétiens pendant les invasions et halte pour les pèlerins de Compostelle. Madame Clément selon la volonté du cinéaste disparu en 1996,  s’occupa de faire renaitre la chapelle, ce qui fut fait il y a deux ans avec l’aide d’artisans locaux, tailleurs de pierre, charpentiers et maçons...Avec la consécration, la chapelle a retrouvé son âme et sa destination liturgique.

chapelle sainte Marie-Madeleine

Les pierres foncées sont tout ce qui restait de la chapelle avec la pierre d‘autel de plus d’une tonne  dans laquelle fut scellée une pierre contenant des reliques de sainte Marie-Madeleine le jour de la consécration .

chapelle ste Marie Madeleine détails

Ici point de couleurs, la sobriété est de mise: Pour seuls ornements,  la pierre  taillée, une  charpente de toute beauté, un crucifix en bois sobre et nu, la lumière naturelle, la chaleur blonde de la pierre, des portes massives en bois clouté à l’ancienne...  Il y règne une atmosphère rare due peut-être à cette renaissance en un lieu chargé d‘histoire, en plein XXIe siècle avec  un savoir-faire digne de ceux qui l’avaient érigée il y a si longtemps..

DSC01526

DSC01531

DSC01525

Nous sommes repartis heureux de ces rencontres et émus d’avoir pu découvrir cette petite chapelle si loin de la débauche picturale de saint-Vincent  mais si belle dans son humilité et sa simplicité, posée au milieu des champs, non loin d’une ferme, ouverte au passant et au pèlerin...

♥ ♥ ♥ 

du coeur et des mains

Un rendez-vous à ne pas oublier:

 la vente solidaire pour AFOUS

 aujourd'hui dès 8h et demain seulement

Posté par cathfd à 06:14 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 19 août 2009

Arcangues...

Lorsque je suis en vacances sur la côte basque,

il y a un lieu où j’aime revenir régulièrement, c’est Arcangues.

L’histoire de ce petit bourg labourdin est étroitement liée à la famille des seigneurs d’Arcangues connue depuis le XIIème siècle.

blason d'Arcangues

Le cœur du village où toute circulation est interdite ressemble un peu à un décor  d’opérette... Il correspond en fait à une volonté délibérée de mettre en scène élégamment les éléments attendus du village basque mythique, c’est ainsi que se côtoient autour du fronton de pelote, la mairie et les écoles, l’auberge avec ses tables de schiste ,

l'auberge du fronton tables de schiste pf

l’église, le presbytère, la maison des servantes de Marie et enfin le cimetière.

eglise d'arcangues

La légende d’Arcangues:

[Primitivement on avait décidé de bâtir l'église sur une colline autre que celle sur laquelle elle est actuellement. Mais les " laminak ", ces petits lutins farceurs qui peuplent les légendes du Pays Basque en avaient décidé autrement et avaient, eux, choisi l'emplacement actuel.
Si bien que lorsqu'on commença à déposer des matériaux sur le lieu primitivement choisi, les " laminak ", dans la nuit, les transportaient sur la colline de leur choix. On a prétendu aussi que ce n'étaient pas les " laminak " qui étaient intervenus ainsi, mais des anges et c'est pourquoi le village aurait un peu leur nom.]

  clocher gros planSi l’église date de 1516, le clocher subit plusieurs transformations avant d’aboutir  à son aspect actuel qui date de 1961.

 

 

Voyons l’intérieur...

eglise chevet

eglise galeries

Particularité unique en Europe, les églises basques de l’ancien diocèse de Bayonne présentent des galeries de bois, à deux ou trois étages, disposées sur les deux côtés et le fond de la nef unique, elle-même couverte d’un lambris caréné et peint. Ces galeries du XVIIème siècle passent pour les plus anciennes de cette province, elles reposent sur des consoles richement décorées. Comme les balcons d’un théâtre, les galeries font face à l’autel surélevé  et sont dévolues aux hommes tandis que les femmes prient en bas ...

église arcangues détails intérieur pf

 

La prochaine fois, je vous parle de  l’endroit que je préfère à Arcangues...

Posté par cathfd à 07:31 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , ,