La grand-mère du petit Jules, mon amie, marraine de ma cadette, m’avait confié deux objets fort anciens  pour que j’essaie de les mettre en valeur avant de les offrir à sa fille.

angelots en ivoire

Cette croix de berceau et cet angelot se trouvaient sur le berceau de son arrière-arrière-grand-père dans les années 1870. La tête se mettait à l’avant du berceau ou bercelonnette, elle est en ivoire massif, la croix quant à elle, se plaçait au bout de la flèche qui supportait le voilage de berceau. Elle est creuse et  seuls l’anneau, la bélière et la tête d’ange avec les ailes sont en ivoire massif, le corps de la croix est peut-être en celluloïd, inventé aux Etats-Unis en 1870 comme substitut à l’ivoire  pour la fabrication des boules de billard.

 

angelots encadrés

Je les ai simplement posés sur un fond en lin, fixés avec une ficelle de lin et encadrés avec une baguette vieillie que je savais au goût de mon amie et de sa fille.

J’ai pris infiniment de plaisir à manipuler ces jolis et rares (je n’en ai jamais vu dans les brocantes, juste sur internet chez un antiquaire) objets. 
Maintenant le commerce de l’ivoire est interdit et heureusement, car l’ ivoire a été taillé et  sculpté depuis la préhistoire, et c’est seulement en 1989 que le commerce international en a été interdit; dans certaines régions d’Afrique et d’Asie, seuls restent en vie les éléphants sans défenses, aussi leur patrimoine génétique est en train de se modifier et les défenses tout simplement en train de disparaître !   Tout en déplorant l’inconséquence humaine qui a conduit à une quasi disparition des animaux porteurs d’ivoire, on peut néanmoins admirer le savoir faire des artisans ivoiriers. C’est un véritable travail d’artiste...

merci

Pour vos messages si chaleureux qui ont accompagné mon retour après cette longue pause,

merci d’avoir continué à visiter mon blog assidument pendant ce temps là,

merci à celles qui sont passées pour un coucou ou une pensée amicale,

merci à celles qui m’ont écrit,

merci à celles qui ont marqué la sainte Catherine...

Sans le faire de façon systématique,  je répondrai néanmoins à chacun(e) le plus régulièrement possible par un petit mot ou une visite afin d’essayer de garder le plus de temps possible pour les préparatifs de cette période de fêtes qui arrive... vite, trop vite, tout en continuant à vous faire partager mon petit monde...